fransaskois.info Le fil RSS de www.Fransaskois.info Sat Jul 20 02:20:22 CST 2019 https://fransaskois.info/ Les petits gars ont bien essayé, mais leurs efforts ont été vains Mes amis partisans, la saison de nos petits gars est maintenant terminée. D'une façon ou d'une autre dans notre for intérieur, on avait un peu hâte que ce cauchemar de saison se termine à un moment donné. Donc vendredi soir dernier à Edmonton, notre équipe préférée a tout donné, mais elle a perdu 23 à 20 grâce à un placement de derniers instants du Edmonton. 2011-11-07 22:43:19.0 https://fransaskois.info/les-petits-gars-ont-bien-essaye-mais-leurs-efforts-ont-ete-vains-t7386.html oppaquet.t7386 opTexte
Tous les grands connaisseurs de football de la Saskatchewan, et ils sont nombreux, ont la réponse à cette galère qui s'est perdue au beau milieu de la saison dans l'océan et qui n'a jamais été capable de revenir au quai. Mais moi, chers amis partisans, qui connait tout juste une ou deux choses au football, je vais vous le dire ce qui s'est passé avec notre équipe chérie. D'après ma savante analyse d'ancien footballeur universitaire, il ne s'est rien passé. C'est comme ça avec le football. Parfois, on n'a pas profité de la chance qu'on avait sur le terrain et parfois, on a été malchanceux dans certaines situations. Donc, oubliez les grandes théories de connaisseurs de football. C'est le football. Avec une saison comme la dernière, on se dit : Bien, on se reprendra l'année prochaine. Ça fait maintenant 101 ans qu'on se le dit avec notre petite équipe, à part évidemment 3 coupes Grey.

Bon, on revient à ce dernier match de la saison de nos Roughriders contre les Eskimos d'Edmonton. Nous, on n'a rien à perdre, car on ne fait pas le détail tandis qu'eux, le Edmonton, ont tout à gagner avec cette partie. En effet, ils ont à gagner la première place de la très forte division ouest avec les Lions et les Stampeders. Bon, il fait froid un peu et on gagne la mise au sort. On prend le ballon et Ryan Dinwiddie, notre quart réserviste, s'en va redonner un peu de velours à notre attaque endémique. Comme d'habitude, on ne fait rien et on botte le ballon. Le Edmonton, aussi, y va d'un botté de dégagement à leur première série. Ensuite, notre autre quart-arrière réserviste, Cole Bergquist , y va d'une chance à propulser notre attaque. Non, ça ne fonctionne pas. Puis, par la suite, on a rien d'un match de football super excitant au premier quart. On travaille fort, mais on a de la misère à attraper les ballons. Donc, c'est 0 à 0 à la fin du premier quart.

Puis, on débute le deuxième quart et Oh miracle ! Ryan Dinwiddie lance une belle passe de touchée au Réginois , Chris Getzlaf, qui lui, y va d'un petit pas de danse dans la zone des buts, en plus d'être accompagné de presque tous les joueurs. On est tellement contents, car ça faisait environ 6 semaines que nos petits gars n'avaient pas réussi un touché par la passe. Mes amis partisans, c'est incroyable, car on ne semblait pas se rappeler comment s'attrapait une belle passe pour un touché. WOW ! C'est 7 à 0 pour nous maintenant.

Par contre, quelques minutes plus tard, le vétéran quart-arrière des Eskimos d'Edmonton, Ricky Ray, y va de toute une passe de touché au receveur Adarius Bowman. Je me rappelle de ce nom, car Adarius était avec notre équipe auparavant et celui-ci avait beaucoup de difficultés à attraper des ballons pour les Verts. Comme je le mentionne parfois, disons qu' il avait les mains pleines de pouces… En tous les cas, il ne devait pas les avoir pour cette partie, car il y réussit un autre touché de 24 verges avec une belle réception. Adarius Bowman attrapera dix passes pendant cette partie. Juste ça . Bon, on s'en va à la pause et le pointage est maintenant de 14 à 7 pour les Eskimos.

On commence la deuxième demie et notre petite équipe jouait du très bon football. Le botteur de l'équipe, le francophone Christopher Milo a même réussi deux beaux placements dans cette partie. Bref, on s'amène au dernier quart et le pointage est de 20 à 13 pour les Eskimos. Puis vers la fin de la partie, le quart Dinwiddie lance une autre belle passe de touchée à qui ? À Chris Getzlaf encore une fois ! Malgré les déboires de nos petits gars, le receveur de passe réginois a réussi à marquer dix touchés cette saison. Un record pour ce receveur de passes. Autant cette année, il était capable d'attraper des ballons, autant il les échappait tous. Bref, on est à 20 à 20 en fin de partie et les Eskimos prennent le ballon et y vont d'un placement qui leur donne l'avance 23 à 20. Notre équipe adorée tente bien que mal de retourner le ballon lors du botté d'envoi d'après placement, mais notre joueur échappe le ballon et le Edmonton égraine le temps régulier et la saison de misère se termine.

Maintenant, on fait quoi ? Tout d'abord, on doit trouver un nouvel entraineur en chef qui saura rebâtir cette équipe et redonner confiance aux joueurs. Ça fait depuis la saison 2001 que notre petite équipe adorée n'avait pas connu un tel sort. Puis, on doit mettre sous contrat certains joueurs clés comme Andy Fantuz, Darian Durant… Possiblement certains joueurs prendront peut-être leur retraite comme Jason Clermont, Gene Makowski… Bref, on doit passer un bon coup de balai et dépoussiérer ce vestiaire. Toute une tâche mes amis partisans. Donc, beaucoup de surprises lors de la saison morte. En terminant, un immense merci à l'entraineur en chef, M. Ken Miller, qui quitte l'organisation afin de retourner à la maison en Caroline du Nord pour ces dernières années excitantes.

En tous les cas, les Roughriders sont éliminés et la saison est terminée. L'hiver peut maintenant commencer. ]]>
0
Les gars avaient le sourire en revenant au vestiaire… Samedi dernier, on recevait les Tiger Cats d'Hamilton pour, malheureusement, la dernière partie de la saison 2011 au vieux stade Mosaïc. Eh oui ! On ne fera pas le détail en cette année de misère. Non ! Pas de partie éliminatoire afin de se rendre à la coupe Grey à Vancouver vers la fin de novembre. Non ! Pas de revenue dans les coffres de nos petits gars, car voyez-vous, une partie éliminatoire dans le vieux stade représente des revenus d'environ 1 million… Non ! Pas cette année. On y pensait bien après que M. Miller ait pris les guides de l'équipe lors du remerciement de l'ex-entraineur en chef, M. Marshall et l'ex-coordonnateur à l'offensive, M. Berry. On y pensait bien après les trois victoires de suite de M. Miller. Ensuite ce fut le désastre. Six défaites de suite. Pas de touchés pendant un mois. Finalement, un misérable majeur réussit par la course au sol de notre quart partant, Darian Durant, contre le Calgary la semaine dernière. 2011-10-31 08:02:39.0 https://fransaskois.info/les-gars-avaient-le-sourire-en-revenant-au-vestiaire-t7343.html oppaquet.t7343 opTexte
Bon, on revient sur cette belle victoire de nos garçons. Plusieurs partisans soupiraient à la fin de la partie et se demandaient pourquoi nos grands garçons n'avaient pas joué de cette façon au courant de cette saison. Mystère et boule de gomme… On va mettre une personne là-dessus …

On commence la partie. C'est frais et oui ça prend la tuque et les mitaines. On est à la fin d'octobre. Chanceux qu'il n'y ait pas eu de neige. Il y avait bien des sièges de libres. Ça me rappelait les années 90 lorsque les RoughRiders peinaient à affiler des victoires et ramassaient des défaites à la place. Bon, on est prêt et il vente pour écorner les bœufs. On ne sait pas à quoi se préparer pour cette partie. Plusieurs partisans ont quitté la galère depuis un certain temps à cause des défaites de l'équipe. En tous les cas, nous on reste avec notre petite équipe. Comme dans le mariage. Allez ! Pour le meilleur ou bien le pire sauf que depuis un mois environ, c'était pour le pire et le … pire.

On gagne le tirage au sort et on prend le ballon avec le vent en bonus. Les Tiger Cats doivent botter avec le vent pour écor… en pleine face. Justin Medlock y va de son botté d'envoi et ce n'est pas fort comme botté. Il est chanceux que son botté ne revienne pas à son point de départ. Toujours est-il que nos petits gars prennent le ballon au milieu du terrain. Le quart réserviste, Ryan Dinwiddie, lance le ballon au Réginois, Jason Clermont, qui y va de sa cinq-centième réception dans la ligue canadienne. Wow ! Tout un bel exploit par M. Clermont. Bon, on réussit à s'avancer près de la ligne des buts et le francophone, Christopher Milo, y va d'un placement de onze verges. C'est 3 à 0 pour nous. On est content pour Christopher, car depuis environ un mois, c'est lui qui a produit la majorité des points de notre équipe, car on n'est pas fort sur les touchés.

Puis les Tiger Cats y vont avec le ballon avec le vent dans la face. Ils ne font pas grand dommages. On prend le ballon et comme d'habitude, on doit faire un botté de dégagement. Christopher s'installe et botte le ballon. Le vent transporte le ballon très haut et très loin. Le ballon tombe environ 10 verges derrière le gars des Tiger Cats et roule, et roule, et roule hors de la zone des buts. Un beau botté de 108 verges. Une chance qu'il n'y avait pas de trous dans la clôture du vieux stade, car on chercherait encore le ballon. Il serait surement près d'Assiniboia. Juste pour vous indiquer la direction du vent… Bon, c'est quatre à zéro pour les Verts.

Finalement, pour terminer la demie, notre botteur y est allé avec deux autres placements et un autre joueur de Regina, le numéro 32, Neil Hughes, a marqué sur une course au sol bon pour un majeur. On termine la première séquence par le pointage de 17 à 0 pour nous.

On revient pour la deuxième demie et la seule chose que les Tiger Cats de l'entraineur francophone en chef, Marcel Bellefeuille, réussissent à faire est un maigre placement avec le vent. Une chance !

Bref, on avait le vent dans les voiles, on jouait bien, on était heureux et les joueurs avaient le sourire en revenant au vestiaire. Chose qu'on n'avait pas vu au stade depuis la fête du Travail au début de septembre !!! Sauf que lorsqu'on y pense, pour la dernière partie des Riders, ça serait bien de clôturer avec une victoire juste pour frustrer les Eskimos d'Edmonton et surtout de réussir un touché par la passe, chose qu'on n'a pas vue depuis 6 parties.

Allez les petits ! Une petite victoire pour ramener cette galère perdue pendant la saison au port…]]>
0
Et Paf ! En plein dans la tronche !!! Eh ! Que-ça-val-mal-pour-notre-petit-club-qu'on-aime-tant-et-qui-s'enlise-de-plus-en-plus ! Oh oui que ça va mal. Courage les garçons, il ne reste plus que deux parties avant de serrer l'équipement et d'attendre à l'année prochaine. 2011-10-25 22:12:43.0 https://fransaskois.info/et-paf-en-plein-dans-la-tronche-t7309.html oppaquet.t7309 opTexte
Bon, on revient sur la partie. Il fait beau et c'est une belle soirée pour le football. Il y a un peu de vent, il y a toujours du vent à Calgary. Les chev… Stampeders remportent le tirage au sort et décident de prendre le ballon. Pourquoi pas ! Ils reçoivent le botté de Christopher Milo et prennent le ballon au centre du terrain. Ça ne prend pas de temps que le receveur du Calgary, Romby Bryant, échappe l'objet et nos petits gars rapportent cela dans le territoire du Calgary. Ça commence bien. Sauf que, comme d'habitude, rien. Même pas un touché ou bien un placement. Ça fait juste 18 quarts ( un mois ) qu'on l'attend ce bâtèche de touché de nos garçons. En espérant que ça sera pendant cette partie.

Puis, le Calgary reprend le ballon et eux aussi, ça se termine par un placement manqué de Rene Parades. Bonus, pas de point pour les Stampeders car Weston Dressler réussi à sortir de la zone payante et se rend jusqu'à la ligne de 14 verges. Puis, les Riders réussissent à descendre vers la zone du Calgary et Christopher Milo y va d'un placement. C'est 3 à 0 pour nous autres. Ensuite, Calgary y va d'un touché à l'ouverture du deuxième quart. Le touché est réussi par ce même Romby Bryant, celui qui avait provoqué l'échappée pour son équipe au premier quart. Surement, les mains pleines de pouces mais pas cette fois-ci. C'est 7 à 3 pour les Chevaliers.

Maintenant, tambour, place au miracle car Darian Durant y va d'une petite course qu'il termine dans la zone du Calgary. Touché Riders !!! La disette s'est enfin terminée pour notre équipe. Ce fut un touché de misère, mais Eille ! Touché quand même. Il était à peu près temps… Ah oui ! Maintenant le pointage est 10 à 7 pour nous autres. On est dans la partie.

Le Calgary reprend le ballon et le quart Drew Tate lance une belle passe à Landon Tally. Le quart régulier, Henri Burris, a décidé de garder compagnie au banc pour cette partie. Bon, la passe lancée par Tate à Tally se traduit en touché vers la fin de la première demie. Puis, le botteur Parades vient conclure le pointage avant d'aller au réfrigérateur et au petit coin. C'est 17 à 10 pour les Rouges. Pas pire, on a droit à une belle partie de football. Remarquez, chers amis partisans, on n'a pas été habitué à du vrai football des Riders cette année, alors on va prendre ce qui passe… Pas vrai !!!

On revient de la pause et les Riders prennent possession du ballon et ça se termine avec un placement de Christopher Milo et ça prit environ 6 minutes pour réaliser ça ! On a 17 à 13 pour le Calgary. Puis Darian Durant reprend le ballon et lors d'un jeu au milieu du terrain, celui-ci se fait pourchasser et envoi le ballon directement dans les mains du demi défensif, Charleston Hughes, qui lui, détale à toutes vapeurs et file vers la zone du Saskatchewan. Mais il ne réussira pas à aller danser le Charleston dans la zone des Roughriders. Au contraire, ça sera le porteur de ballon, Jon Cornish, qui lui, ira marquer le majeur. On est à 24 à 13 pour le Calgary.

Au prochain jeu, notre quart arrière se fait ramasser d'aplomb par un joueur des Stampeders. Genre de plaqué où Darian n'a pas vu le train qui s'en venait à toutes vapeurs. C'est dans ces moments qu'on se rappelle que le football est un sport de contact. Darian s'est fait mettre un coup de boule dans la tronche et le pauvre est allé au banc reprendre ses esprits. Il n'est pas revenu dans la partie. On ne niaise pas maintenant avec les commotions cérébrales dans le sport professionnel.

Puis, la partie s'est terminée en faveur des gars du Calgary. Notre équipe s'est bien défendue malgré le revers. La semaine prochaine, les Tiger Cats de Marcel Bellefeuille seront au vieux stade pour la dernière partie locale de cette saison de misère et de frustrations.

Allez les gars ! Ce n'est pas terminé …]]>
0
On pensait bien … On pensait bien… qu'on était pour rebondir et remporter les quatre prochaines parties et de faire les séries mais le metteur en scène a vu autrement pour notre petite équipe.]]> 2011-10-19 11:20:41.0 https://fransaskois.info/on-pensait-bien-t7276.html oppaquet.t7276 opTexte
Il fait beau soleil et miracle c'est salle comble, ce que je conteste car je vois beaucoup de sièges vides ici et là dans le vieux stade. Les Lions commencent en optant de prendre le ballon. Un et deux essais et ne font rien et les Verts ont le ballon en retour. Darian Durant, malgré un pied cassé, tente de diriger notre attaque offensive pour l'obtention d'un touché. Ce qui ne s'est pas vu depuis exactement un mois pour notre offensive anémique.

Bon, on ne fout rien comme d'habitude. Le Lion y va d'un bon coup de pied sur le ballon entre les poteaux du vétéran botteur, Paul McCallum. Et ce, juste un placement de 51 verges. Quel botteur ce McCallum. Dire qu'on l'a laissé aller voilà des années. Tant mieux pour les Lions et tant pis pour nous. Mais nous avons le francophone, Christopher Milo, comme botteur d'avenir. Bon, on revient à nos brebis. C'est trois à zéro pour le Lion. Puis, c'est à nous de mettre des points au tableau indicateur avec un botté entre les deux poteaux de Christopher Milo. C'est maintenant trois à trois. Le concours de botté de placement va, à ce moment-là, débuter entre Paul McCallum des Lions et Christopher Milo des Roughriders. Seulement que onze placements seront bottés pendant cette partie. Six par Christopher et cinq par Paul. Incroyable. Et ça nous laisse sur notre appétit car aucun touché à l'horizon de notre offensive. On a assez hâte lorsque cela va se produire. Le champagne est au frais.

Finalement, avant que l'on prenne deux punitions inutiles, le pointage était en notre faveur. Pas d'histoire ici de se faire aplatir par l'adversaire comme les semaines auparavant. Si bien qu'à l'ouverture du quatrième quart, on a les devants dix-huit à douze. Sauf qu'on se dit, est-ce qu'il va arriver ce touché ? On se dit que ç'est impossible que notre petite équipe puisse avoir une panne sèche de quatre parties de suite sans faire de touché. Malheureusement, le champagne va rester au frais pour la prochaine partie contre le Calgary vendredi soir prochain.

Bon, si notre équipe ne peut pas faire de touchés, l'autre équipe va le faire pour nous. C'est ce qui va arriver au milieu du dernier quart avec les deux punitions inutiles contre nos Verts. Le Lion est dans notre territoire et Arland Bruce attrape une longue passe du quart Travis Lulay et le Bruce file vers la zone des buts sans oublier de faire la vedette après ce touché. Bref, un touché de soixante-treize verges. Oh ! Oh ! Notre avance dans les points vient de prendre le bord. Avec ce touché, c'est maintenant 19 à 18 pour les Lions. Puis avec quatre minutes à faire, Paf ! Un autre touché des Lions. 26 à 18 pour eux autres. Il restait deux minutes à faire lorsque Paul McCallum y allait d'un cinquième placement pour porter la marque à 29 à 18. La moitié des spectateurs se sont levés et on quitté le vieux stade.

Pourtant, on était dans la partie, sauf qu'on se demande encore pourquoi notre offensive n'est plus capable de produire des touchés. On ne gagne pas des parties de football juste avec l'aide de placements. En tous les cas, si nous les partisans, on se le demande pourquoi on n'a pas de touchés depuis un mois, pouvons-nous imaginer ce que les entraîneurs et les joueurs en pensent !!!

La saison de misère est maintenant terminée et nos chances pour le détail sont nulles. Il reste trois parties. Allez les petits gars, c'est pas facile mais il y toujours l'année prochaine… On se le dit depuis cent ans…
Courage les garçons contre le Calgary vendredi soir… En espérant qu'on va ouvrir la bouteille avant la fin de la saison afin de célébrer le premier touché de nos protégés.]]>
0
On a glissé sur une peau de banane dans l'escalier… Mes amis partisans, ça sent la fin de la saison! Sans doute, vous rappelez-vous qu'au début de la saison, ça allait mal en diable pour notre petite équipe. Une victoire et sept défaites avant que M. Miller, vice-président des opérations du football ne fasse le ménage dans la remise en congédiant l'entraîneur en chef, M. Marshall et son adjoint, le coordinateur offensif, M. Berry, afin de redonner du lustre à notre petite équipe de braves gaillards. 2011-10-11 07:09:33.0 https://fransaskois.info/on-a-glisse-sur-une-peau-de-banane-dans-l-escalier-t7233.html oppaquet.t7233 opTexte
Lorsque M. Miller avait pris les règnes de l'équipe, tout baignait dans l'huile, les pistons étaient au maximum. Je paraphrasais souvent que nous étions dans la cave et qu'on commençait à remonter vers la cuisine sauf que cet après-midi, on s'est vraiment planté sur une peau de banane laissée dans l'escalier.

Les gaillards se sont inclinés par le compte de 17 à 1 contre le Edmonton. Il fait beau soleil, le vent est calme. Bref de la belle température pour du bon football. Il faut gagner si on veut encore maintenir nos chances de faire le détail. Notre quart arrière partant, Darian Durant, était sur les lignes de côté en raison d'une blessure à la jambe. L'entraîneur en chef l'a mis dans l'alignement de l'équipe au cas où ça irait vraiment mal. Et c'est allé vraiment mal mes amis.

Donc, on envoie dans la mêlée, le quart-arrière substitut, Ryan Dinwiddie. Il en est à sa première vraie rencontre dans la ligue canadienne. Une chance en or, pour lui, à ne pas manquer afin qu'il puisse prouver à ses entraîneurs qu'il a l'étoffe nécessaire pour jouer avec les grands.

On ramasse le ballon et on réussit à faire un premier essai avant de botter la chose au Edmonton. Ceux-ci reprennent le ballon et le quart Ricky ray se fait planter derrière sa ligne de mêlée. C'est encourageant pour notre défensive et on se dit qu'on ne rencontrera pas les ratées des deux dernières rencontres. Toutefois mal en pis pour notre équipe par la suite…

On reprend le ballon et puis là Boum ! On se fait intercepter par Edmonton. Premier revirement de situation. On est chanceux, car Damon Duval y va d'un botté de placement pour le Edmonton. C'est trois à zéro pour eux. On entreprend le deuxième quart et encore une fois Boum ! On se fait intercepter une deuxième fois. Pauvre M. Dinwiddie, ça commence mal sa carrière de professionnel Mettons !

Franchement, on n'est même pas à deux minutes avant la fin de la première demie qu'il se fait encore une fois intercepter.

Mes amis partisans, ici j'arrête. Car notre quart substitut au partant Darian Durant, Ryan Dinwiddie se fera intercepter 4 fois avant de laisser sa place à M. Durant. Je crois que M. Dinwiddie venait de jouer sa carrière en 30 minutes de travail dans la ligue canadienne de football. Malheureusement pour lui.

Ensuite, on s'en va au petit coin et lorsqu'on revient pour amorcer le troisième quart avec Darian Durant, c'est la déconfiture totale, et ce, jusqu'à la fin de la partie. Comme on dit, ça val mal à la shoppe !!!

Bon, on s'en va où maintenant avec cette équipe. Ferme-t-on les livres pour cette année de misère ? L'hiver va-t-il commencer depuis que les Roughriders, à moins d'un miracle, ne fassent le détail ? Toutes les prédictions sont bonnes, à vous de choisir la bonne.

Une chose est sure maintenant est que dimanche prochain, on reçoit encore les Lions de la Colombie-Britannique. Oh ! Non. Épargnez-nous ce massacre ? À moins que nos gaillards se réveillent et décident de renouer avec la victoire et de faire des touchés, chose que nous n'avons pas vue depuis des lunes…]]>
0
Comme d'habitude... Ça n'a pas de Môsus de bon sens mes amis-partisans-qui-n'arrêtent-pas- d'appuyer-notre-petite-équipe-comme-dans-le-meilleur-comme-dans- le-pire, sauf que là , là , il y a des Bâtèches de limites. Un autre soufflet, claque sur la margoulette, appelez ça comme vous voulez… une défaite de 40 à 3! Ayoye donc !!! 2011-10-04 16:35:45.0 https://fransaskois.info/comme-d-habitude-t7209.html oppaquet.t7209 opTexte
On est à Calgary et on se dit qu'on ne peut pas se faire talocher de la sorte comme on s'est fait faire la semaine dernière contre ceux qui organisent le party de la coupe Grey à la fin de novembre et qui seront probablement dans la maison pour recevoir ( on parle ici des Lions ). On se dit que ça arrive même dans les meilleurs petits pots une volée comme la semaine dernière et que contre le Calgary, on va leur faire le coup de boule dans la tronche et que tout va revenir à la normale pour nos gentils garçons. En passant mes-amis… les Lions reviennent ici au vieux stade Mosaïc dans deux semaines. Ayoye …

Alors, on commence la partie, il fait beau sauf qu'il y a un vent pour écorner les bœufs. Les Roughriders revêtaient leur uniforme moderne et déjà j'avais un petit pincement au cœur. Depuis le début de la saison lorsque ça ne fonctionnait pas pour notre petite équipe, je n'avais pas d'attirance pour le nouvel uniforme. Mettons qu'on va leur donner une chance. L'entraîneur en chef, M. Miller, a finalement réussi à se décroiser les bras après la déconfiture de la semaine dernière. Bon, on fait le tirage au sort et on prend l'objet.

On se rend jusqu'au 50 du Calgary et on ne fait rien comme d'habitude. La prochaine partie des Roughriders au vieux stade

Mosaïc, je demande à entendre la chanson de Claude François intitulée Comme d'habitude… car souvent, on ne fait absolument rien avec l'objet lorsqu'il est en notre possession. On veut toujours donner le ballon à l'autre équipe, on a vraiment un beau sentiment de partage avec nos petits garçons, ils sont très bien élevés… Les gars, ce n'est pas comme ça que ça fonctionne dans la ligue canadienne de football. Bon, on revient à la partie. On fait un botté de dégagement et le Calgary reprend à leur ligne de 7 verges. Quelques jeux plus tard, les Rouges sont dans notre territoire à la ligne de 25 verges et Ouf ! Ça se termine par un placement manqué de leur part. Mieux qu'un touché mettons !!! C'est un à zéro pour les Stampeders. Bon, Eille ! On est bon, car on s'en va à notre deuxième possession. Bon ! Vas-y Darian, envoye donne-y la claque. Allez ! Mais on reprend le grand succès de Claude François, Comme d'habitude On botte et les Stampeders reprennent le ballon et traverse le terrain. Ça se conclut avec un touché de John Cornish. C'est 8 à 0 pour le Calgary.

On reprend le ballon pour notre possession. Comme d'habitude… On commence le deuxième quart, et on reprend le ballon. Comme d'habi… ! Et non mes amis partisans, on réussit à s'approcher de la ligne du 36 verges de la zone payante et au lieu de réussir un touché, en passant, notre équipe n'a plus la moindre idée de ce qu'est un touché, car ça fait deux parties qu'on n'en a pas réussies un . Bon, au lieu d'un touché on y va avec un botté de placement de 43 verges du francophone Christopher Milo. C'est 8 à 3 pour les Rouges. Pas pire. On est encore dans la partie. Puis malheureusement une mauvaise remise et notre quart, Darian Durant, commet une échappée et les Rouges reprennent le ballon. Ça se termine avec un majeur pour le Calgary. Je dirai le pointage plus bas. On reprend le ballon et encore une fois avec sept secondes à faire, Darian Durant échappe encore le ballon et cette fois- ci le demi de coin défensif du Calgary, Charleston Hughes, décide d'aller danser le Charleston jusque dans la zone des buts. C'est 23 à 3 avant d'aller allumer les lampions, d'égrainer le chapelet et d'aller monter les marches de la maison à genoux.

On reprend pour la deuxième moitié de la partie. Le Calgary y va avec le ballon et le conserve pendant 8 minutes. On ne partage pas chez le

Calgary. En tous les cas, ils veulent le garder pour eux tout seuls. Ça se termine par un touché et avec 7 minutes à faire dans le troisième quart, c'est 30 à 3. Eille Louis-Simon ! Est-ce que les chandails des Alouettes sont encore en spécial ?

Bon, les Verts prennent possession du ballon. Comme d'habitude… Puis avec quatre minutes à faire dans le troisième quart, le porteur de ballon, Jon Cornish, y va d'une belle course de 35 verges en plein centre de la ligne défensive des Riders, il zigzague et s'échappe devant une horde de joueurs défensifs qui le laisse aller en l'admirant faire sa belle course. Personne chez les petits gars ne peut l'arrêter. C'est maintenant 37 à 3 avant d'entreprendre le dernier quart final. On asperge le chandail vert d'eau… . Au cas où… On reviendrait dans la partie et qu'on remporterait 38 à 37. Espérons-le mes-amis-partisans-qui-n'arrêtent- pas-d'appuyer-notre-petite-équipe-comme-dans-le-meilleur-comme- dans-le-pire.

Finalement, au dernier quart, on ne fait rien comme d'habitude. Merci M. Claude François pour ce grand succès. Ça s'applique bien lorsque nos Riders jouent au football.

Bon, on s'en va où maintenant ? Je dirai qu'à moins d'un miracle prochainement, on pourra peut-être faire le détail, mais mettons que nos chances sont devenues très minces, même très très minces.

Allez ! On s'en va aux lampions… pour la prochaine partie contre le Edmonton… Ayoye ! Et en espérant que cela ne sera pas Edmonotone pour notre équipe de petits gars…]]>
0
Le soufflet … WOW ! Quelle gifle mes amis partisans. AYOYE BATÊCHE !!! Ouans … S'il fallait ne pas en perdre une afin de nous raccrocher aux Lions de la Colombie-Britannique à la troisième position de la très forte division ouest de la ligue canadienne, c'était bien celle-là. En tous les cas, de la façon que notre petite équipe a joué samedi dernier au vieux stade mythique Mosaïc, ce fut un réel soufflet. En se faisant défoncer de la sorte, on a laissé aller les Lions vers les hauteurs de la division ouest de la ligue canadienne tandis que nous… Eh bien! 2011-09-27 20:35:48.0 https://fransaskois.info/le-soufflet-t7146.html oppaquet.t7146 opTexte
D'accord, on part ça humble chroniqueur. Il fait beau. Mets-en qu'il fait beau. Trente beaux degrés Celcius pour la rencontre. Pas de vent. Pas de neige. On est en culotte courte avec la casquette des Riders vissée sur la tête. On ramasse le gamin et on va donner des tape-la-dedans aux joueurs avant qu'ils ne retournent aux vestiaires afin de mettre les épaulettes et le casque. On remet le vieil uniforme et on se dit que ça va y être… Une autre victoire de nos petits gars. Si on avait su… En tous les cas, on ne casse pas le plaisir pour l'instant. Les petits gars sortent du gros ballon à l'effigie des Verts. Les feux d'artifice explosent d'aplomb lors de l'entrée des Verts. On chante l'hymne national… en anglais seulement. Ça me chicote à chaque fois. Merci aux joueurs et aux partisans francophones dans le stade pour votre présence. On s'excuse mais on n'a pas encore trouvé personne qui pourrait chanter l'hymne national de façon bilingue. C'est-tu donc d'valeur. Pas de montée de lait humble chroniqueur. Garde-ça pour plus loin dans l'article. Tu vas en avoir de besoin et oui je te donne la permission cette fois-ci d'en faire une capable…

Bon, on revient. Les Lions perdent la mise au sort et décident de prendre le ballon. Erreur de notre part. Pourquoi ? Ce n'est pas compliqué car ils ont gardé l'objet pendant presque 12 minutes pendant le premier quart. Bon, ils prennent le ballon à leur ligne de 31 verges et quelques jeux plus tard, ils sont à notre ligne de 8 verges. Ça se termine par un placement par un vieux joueur de 40 ans mais qui est capable de passer la calebasse entre les deux poteaux, et puis avec pas mal de force à part de ça. Ah Oui ! Le botteur Paul Mc Callum était notre ancien botteur auparavant. Bon c'est 3 à 0 avec 8 minutes à faire dans le premier quart. On reçoit le ballon et notre joueur qui retourne les bottés, prend le ballon et retourne ça loin dans la zone des Lions. On a une punition et le ballon revient loin dans le territoire de nos petits gars. Ça commence bien. Vu que les Lions ont toujours la possession du ballon et bien, il réussissent un placement du vétéran . 6 à 0 pour les Oranges. En passant, c'était le vingt-quatrième placement de suite du vétéran. Incroyable. Il est excellent. Plus il prend de l'âge, plus il est bon. C'est comme une bonne bouteille de rouge.

Puis, au début du deuxième quart, une mauvaise remise à notre quart arrière, Darian Durant, fait que les Lions reprennent à notre ligne de 22 verges et ça se termine avec un majeur de 6 points en plus de la transformation du vétéran botteur. 14 à 0 pour l'équipe de la côte ouest. Puis, on prend le ballon. Premier essai. Rien. Deuxième essai. Rien. On botte. Les Lions reprennent le ballon et cette fois-ci, le quart arrière des Lions, Travis Lulay lance une longue passe vers le comique receveur de passes, Arland Bruce, qui lui passe en travers de nos joueurs défensifs et continue son jogging vers la zone des buts. Un touché de juste 100 verges. Juste ça. 20 à 0 pour les Lions. Il reste encore 11 minutes à faire au deuxième quart . Ouans … Ça vaut pas cher la livre à date. Excusez, le kilo…

Ensuite, on est frustré et pour bien le démontrer, notre demi de coin, Nick Graham, essuie une punition de 15 verges pour rudesse en dehors des lignes règlementaires. Il n'est pas content le monsieur. Le joueur des Lions l'insulte. La taloche de Graham part vers la tronche de d'Aaron Hunt des Lions. Vingt-cinq verges de punition pour conduite anti-sportive et cela lui vaut une expulsion de partie. Un arbitre l'escorte jusqu'au vestiaire. Merci de nous démontrer votre patience envers la discipline Monsieur Graham. Les Lions reprennent le ballon et ça se termine avec un placement du vétéran. 23 à 0 avec 8 minutes à faire. L'entraineur en chef, M. Miller n'a pas décroisé les bras et je crois qu'il ne les a pas encore décroisé à l'heure où j'écris cette chronique. Il est encore stoïque, estomaqué de cette horreur de partie.

Enfin, on a le ballon et notre quart, Darian Durant, y va d'une passe suicide vers les côtés du terrain. Arriva ce qui devait arriver. Le demi de coin veillait au grain et ramasse le ballon. Il court comme le gars qui est en retard à son propre mariage, mettons qu'il coure ventre à terre et y va d'un autre touché pour les Lions. Transformation réussie. 30 à 0 . Puis sur le dernier jeu avant la pause du petit coin, Christopher Milo y va d'un placement pour nos Riders. Ça sera les derniers points de notre équipe dans cette partie importante. Mettons, moins importante maintenant.

On prend la pause. On vas-tu à la maison faire la pelouse ? On vas-tu prendre une marche autour du lac Wascana ? On vas-tu gosser du bois au coin de la galerie ? Toutes les options sont bonnes à ce point-ci de la rencontre. Mais on reste car avec les Riders, on ne sait jamais. Tout à coup… On commence à égrainer le chapelet… Le lampion a commencé à brûler…

Au troisième quart, on a le ballon pendant trois séries, mais on ne fait absolument rien. Que je suis redondant. Mais excusez-moi c'est vrai. On n'a rien fait dans cette partie. Tandis que les Lions, eux, oui eux, y vont d'un autre touché de Geroy Simon avec moins de deux minutes à faire au troisième quart. 38 à 3.

On s'en va au quatrième quart et notre receveur étoile, Weston Dressler, échappe le ballon lancé vers lui par Darian Durant. Eh oui ! Une autre interception. M. Miller, qui n'a pas encore décroisé les bras, demande à Darian Durant d'aller se reposer sur le banc et Ryan Dinwiddie, notre autre quart arrière va sur le terrain. Il se débrouille bien mais ne fait rien qui vaille pour relancer cette galère à la dérive.

Puis, on a droit à un point fort dans cette partie, c'est lorsque le vétéran des Lions concède un touché de sûreté de deux points en notre faveur. On applaudit à tout rompre car le vétéran botteur adverse nous a fait un cadeau de deux misérables points. Le vétéran botteur aime partager des point avec son ancienne équipe.

Le cauchemar prend finalement fin devant un stade à moitié vide et ce, depuis le milieu du troisième quart. Afin de vouloir garder les partisans dans le stade, on a fait le tirage du moitié-moitié avec environ 5 minutes à faire dans la partie. Pointage final : 42 à 5 Quel soufflet !!!

Le détail, le détail ( Les éliminatoires ) … Les petits gars. Pensez-y bien !!!]]>
0
C'est à cause du vieil uniforme…
Mais moi je vous dis que c'est à cause du vieil uniforme que nos petits gars portent dernièrement. En effet, ils vivent de victoire en victoire. Pas de farce. J'aime bien le vieux style du logo des Verts depuis les trois dernières parties. Sous la férule de l'ancien entraineur du début d'année, les Verts n'avaient pas une fois porté le vieux logo et avaient été chanceux de remporter une seule victoire contre les Méchants Moineaux ( lire ici Les Alouettes de Montréal ) au mois de juillet dernier, tandis qu'ils subissaient défaite après défaite. Certains puristes du football disent que la série de victoires de nos petits gars présentement est à cause du retour de l'entraineur Miller tandis que moi, je mets ça sur le dos du vieux logo. On verra qui aura raison d'ici quelques semaines, mais avant revoyons la dernière victoire de nos garçons contre les plus que pauvres Argonauts de Toronto.]]>
2011-09-19 19:12:41.0 https://fransaskois.info/c-est-a-cause-du-vieil-uniforme-t7105.html oppaquet.t7105 opTexte
Puis, un autre placement du botteur Noël Préfontaine avec moins d'une minute à faire au premier quart. 6 à 0 pour les Bleus. En passant, on a rien fait du tout de notre côté, même que les Bleus n'ont pas voulu partager le ballon avec nous si bien qu'ils l'ont gardé environ 12 minutes sur quinze minutes avec eux. Je ne sais pas, nous ( ici les Verts ), on était pas là dans le premier quinze minutes de cette partie. Bon, on recommence au deuxième quart, et encore une fois Noël y va d'un autre placement. Coutdonc ! Va-t-il essayer de battre le record de placement pour cette partie? Il en a déjà trois dans son chapeau !!!
9 à 0 pour les Bleus.

Puis, le miracle arrive ! Une belle passe de Durant à l'ami réginois Getzlaf pour un autre beau touché de 27 verges. En passant, depuis les trois dernières partie, l'ami Getzlaf a reçu environ 8 passes et cela en a résulté en des passes de touché. Huit touchés jusqu'à présent. Incroyable. 9 à 7 pour le Toronto. Ce ne fut pas trop long que Noël y va encore d'un bon coup pied qui catapulte l'objet entre les deux poteaux. 12 à 7 pour eux autres. Une chance que c'est des placements et non des touchés !!! Et ça se termine là pour la pause. On va au petit coin puis on se demande si les Bleus voudront partager le ballon avec nos petits gars. Voyez-vous, le Toronto à eu le ballon environ 22 minutes sur les trente premières minutes de la partie. M. Miller, faudra y voir !

On revient prendre place dans les gradins et on débute la deuxième moitié du match. Puis Bang ! Une autre belle passe du petit numéro 7 de nos Verts, Weston Dressler, et on mène 14 à 12. Pas long Hein ! Finalement, on sort du coma ! Puis ça n'a pas été long et le Toronto y va finalement d'un touché du quart Steven Jyles au receveur Andre Durie. C'est 19 à 14 pour eux. En passant, le quart du Toronto, Steven Jyles était avec notre équipe auparavant et il est destiné à devenir un très bon quart arrière.

Puis, l'ami Milo y va d'un botté de placement et on se met à talonner les Argonauts pour le pointage. Ensuite, James Patrick ramasse le ballon du quart Jyles et rapporte l'objet à la ligne de 41 verges des Bleus et encore une fois, l'ami Milo y va d'un autre placement. Le pointage est maintenant de 20 à 19 pour nous. On mène finalement vers la fin du troisième quart. Ensuite, les bleus égalisent la marque avec un point de Noël et c'est 20 à 20. Ce n'est pas facile mes amis !

Avec 3 minutes à faire dans la partie, l'ami Milo y va d'un autre placement et la marque est maintenant de 23 à 20. En passant, ce sera le placement de la victoire. Puis, avec quelques instants à faire, voulant trop bien faire et d'essayer de faire la passe du siècle, le quart Jyles est victime d'une autre interception. Le demi de coin défensif de nos petits gars, Chris McKenzie, retourne l'objet dans la zone payante pour clore cette partie gagnée difficilement par notre équipe. Ce n'était pas bien beau, mais c'est une victoire… À ce stade-ci de la saison, mettons qu'on va toutes les prendre…

Puis avec quelques 28 secondes à faire dans la partie, l'ami Dario Romero de la ligne défensive des Verts décide de brasser et se fait mettre dehors de la partie. Ce Dario a le don de mettre le feu et ensuite de s'éclipser comme si rien n'était arrivé. Mais on l'aime bien, car il est un précieux allié pour notre équipe.

Bref, on a gagné et maintenant on attend les Lions samedi prochain au vieux stade Mosaïc. Ça sera une partie important, car une victoire de nos petits gars pourra nous assurer une place dans le détail. Un petit deux qu'on aura nos vieux uniformes sur le dos et qu'on aura une victoire… Comme le dirait les Fighting Irish de l'université Notre Dame, notre mère, protégez-nous !!!]]>
0
On tient bien la rampe en allant vers le haut… Banjo Bowl à Winnipeg dans cette partie aller-retour.

Nous les avons plantés à plate couture la semaine passée au vieux stade Mosaïc et cette semaine, on leur a refait le coup ultime. Maintenant, il faudra ne pas lâcher et continuer vers cette série de victoires si on veut être dans le détail en fin de saison comme on dit…]]>
2011-09-13 18:22:33.0 https://fransaskois.info/on-tient-bien-la-rampe-en-allant-vers-le-haut-t7076.html oppaquet.t7076 opTexte
Au premier quart, j'étais très inquiet, car on ne jouait pas comme les Riders de la semaine passée et on avait de la difficulté avec l'exécution de nos jeux. Si bien qu'après le premier quart, c'était 10 à 0 pour les Bleus. Puis au début du deuxième quart, ça a commencé. Le demi de coin, Tearrius George, a réussi un plaquage du quart arrière en recul. C'était en fait le deuxième plaquage en recul du quart des Bleus, Buck Pierce. Surtout que le maraudeur recru de l'université Western Ontario, Craig Butler, lui a fait le coup de boule dans la tronche. Ouf ! Le pauvre Buck Pierce, en a même perdu son casque. Celui-ci s'est rendu au banc de ses coéquipiers, heureusement que c'était celui des Blue Bombers et non celui de l'adversaire. Il a sans doute demandé pour quelques pilules contre le mal de bloc. Je suis surpris qu'il fût de retour au jeu avec un coup pareil.

Ensuite, Tristan Jackson, un de nos excellents joueurs de retour de botté y allait d'une belle course qui apportait le ballon dans le territoire de l'ennemi. Trois jeux plus tard, notre quart-arrière-ayant –retrouvé –tous –ses –moyens, Darian Durant, y allait d'une superbe passe de touchée au Réginois, Chris Getzlaf, et c'était maintenant 10 à 7 seulement pour les Bleus. On était dans le match. Puis, notre botteur recru du Rouge et Or de l'université Laval, Christopher Milo, y allait d'un bon coup de pied pour un placement de 33 verges. Avec 6 minutes à faire dans la rencontre, c'était 10 à 10. Quelques jeux plus tard, le même Butler, Craig de son prénom, réussissait une interception et rapportait le ballon à la ligne de 13 verges dans le territoire des Bleus. Quelques jeux plus tard, notre quart… trouvait son compte avec une autre passe de touché à Getzlaf. WOW ! La machine était bien huilée et fonctionnait à pleines vapeurs. 17 à 10 pour nous autres. Et que le vent peut virer de bord parfois.

Ensuite, notre demi de coin extérieur captait un ballon lancé par le quart-qui-s'était-fait-sonné-d'aplomb et remontait le courant chez l'ennemi. Ensuite, notre quart-arrière étoile, Darian Durant, faisait flèche de tous bois avec une belle passe lancée et captée par Weston Dressler. 24 à 13 pour les Verts.

On s'en va à la pause. Il fait beau et j'ai juste le temps de tondre la pelouse en avant de la maison. On revient au début du troisième quart puis le Winnipeg réussit un placement et ensuite il commette un autre revirement et perde le ballon. On finalise cela avec une tentative de placement. Mais elle est ratée. Ça arrive parfois. Puis, la recrue-maraudeur y allait d'une autre interception, sa deuxième de la partie. On reprend le ballon près de la zone des buts du Winnipeg et là, on se dit que oui on ira vers un autre touché. Mais non, notre quart, Darian Durant, se fait intercepter dans la zone des buts. Pauvre quart Buck Pierce, il ne s'est pas encore remis du train qui l'avait frappé tôt dans le match… il a lancé quatre interceptions dans la partie. Puis, avec quelques secondes à faire au troisième quart, le Réginois, Neal Hughes, y allait d'un beau touché et c'était 31 à 16 pour les petits gars. Je vous l'ai dit, quand ça marche… tassez-vous de d'là …

Puis, on commence le quatrième quart et encore une fois, Buck-qui-s'est-fait-frapper–par-un-train-en-début-de-match Pierce, se fait intercepter le ballon par le numéro 50 des Verts, le très agressif, Jerrell Freeman. M. Pierce fut encore intercepté par un autre joueur des Verts. Ce fut bon pour un autre touché. Finalement, l'entraineur en chef du Winnipeg, Paul Lapolice, a demandé à son quart d'aller se reposer sur le banc et de soigner son mal de tête. Auparavant, notre porteur de ballon, West Cates, y allait d'un autre touché des Verts. Bref, on était maintenant à 45 -23 pour nous autres. WOW ! Le stade s'est vidé. La peinture bleue a fait place à la peinture verte dans les gradins.

Bref, comme je l'ai mentionné, on commence à voir la lumière au bout du tunnel et si ça continue comme ça, on peut penser sérieusement au détail… Pour les plus jeunes, les éliminatoires…

Allez! Les Verts, on attend les Argonauts ce samedi au vieux stade mythique…]]>
0
Les 1-7 contre les 7-1
Lorsqu'on parle des 2-7 c'est notre bonne vieille équipe, les Verts, contre les 7-2, c'est-à-dire la meilleure équipe de la ligue canadienne à l'heure actuelle. Je dis bien à l'heure actuelle, car je crois que le vent a tourné de bord pour notre équipe. Pas de farce ! Quelle partie en fin de semaine, mes amis partisans. Cette partie valait toutes les autres horreurs de rencontre auxquelles les Verts nous avaient habitués depuis le début de la saison sauf peut-être celle contre les Méchants Moineaux de Montréal.]]>
2011-09-06 19:02:18.0 https://fransaskois.info/les-1-7-contre-les-7-1-t7031.html oppaquet.t7031 opTexte
On commence la partie. En passant, les Verts revêtaient leur vieil uniforme qu'ils portaient dans les années antérieures. Déjà du changement depuis le début de l'année. Le stade était plein à craquer comme d'habitude, ce qui est assez impressionnant depuis que le bateau de nos Roughriders était à la dérive dernièrement. Aussi, il y avait environ 5000 partisans de Winnipeg. Il y avait beaucoup de chandails bleus parmi la mer de vert. Il faisait beau soleil et 20 degrés Celcius. Tout était en place pour une bonne partie. Eille ! En plus, on gagne même le tirage au sort et on commence avec le ballon. Bon, on ne s'énervera pas même si on ne fout rien avec la première possession de ballon. Pas grave. Winnipeg prend possession et eux aussi ne font rien du tout. Puis on reprend et à la ligne de 49 verges de Winnipeg avec un troisième essai, on y va pour essayer de gagner le premier essai. Déjà, on voit du changement, car je suis sûr qu'avec l'ancien entraineur, on aurait sans doute fait un botté de dégagement. En tous les cas, on y va et on manque. Pas grave. Winnipeg reprend et s'avance juste assez proche pour un botté de placement. Paf ! L'acadien Justin Palardy botte le ballon et celui-ci ( le ballon ) décide à la dernière seconde de ne pas donner 3 points aux visiteurs et va se choir sur le poteau gauche et retombe sur le terrain.

Puis vers la dernière minute de jeu du premier quart, Darian Durant y va d'une superbe de belle passe au Réginois, Chris Getzlaf, et celui-ci fait prendre une tasse de café à son couvreur et ouvre la marque pour nous. Et qu'on est content, on donne des tapes-là-dans parmi nos amis partisans, car ça fait bien longtemps qu'on attendait ce genre de jeu. Puis, le botteur francophone, Christopher Milo, y va d'un beau botté de placement et on mène 10 à 0. WOW !

Puis vers la fin du deuxième quart, on échappe le ballon sur un retour de botté de dégagement, mais on est chanceux, car le Winnipeg se contente d'un botté de placement. 10 à 4 pour nous. Ah oui ! Les Blue Bombers ont eu un point lors d'un botté de dégagement qui a roulé dans notre territoire et cela leur a donné un point.

Une belle première demi de football et notre équipe joue très bien. Bref, Lazare est ressuscité. On est tellement content à la demie qu'au lieu d'aller au traditionnel café et vu qu'il fait beau et chaud, on s'en va au houblon cette fois-ci.

Après la cannette de houblon, on se rassoit parmi les amis partisans. Le Winnipeg prend possession et niet ! Nous, on prend l'objet et on termine ça dans la zone payante avec tout un attrapé d'une main de Weston Dressler. 17 à 4 pour nous. C'est impossible, car on est au troisième quart, habituellement nos petits gars ne font rien pendant le troisième quart. Je vous le dis , il y a du changement dans l'air. Ensuite, Justin Palardy y va d'un botté de placement et ça sera les derniers points du Winnipeg. 17 à 7 pour nous.

Ensuite, le Réginois, Chris Getzlaf, y va d'un autre beau touché en plus d'un botté de placement de Christopher Milo et cela met fin aux points comptés par nos petits gars. Mais avant la fin de la partie, on a senti beaucoup de frustrations de la part des gros gars du Winnipeg et les taloches ont commencé à se perdre entre nos Verts et eux. Si bien, que deux joueurs du Winnipeg furent expulsés de la rencontre. Ça faisait des lunes que je n'avais pas vu ça.

Bref, toute une partie et ça promet bien pour dimanche prochain à Winnipeg lors de la prochaine rencontre entre ces deux équipes.

Bravo aux petits gars qui ont su bien jouer et surtout de ne pas avoir eu des punitions pour le manque de discipline. Surtout félicitations aux Verts de ne pas avoir essayé de réussir un touché lorsqu'ils étaient à 12 verges de la zone payante du Winnipeg avec 20 secondes à faire dans la partie. Cela n'aurait eu qu'amplifié les taloches données de parts et d'autres en fin de partie.

Je crois qu'on va assister à une belle rencontre dimanche prochain. Qu'en pensez-vous, chers amis partisans ?]]>
0
On n'est pas sorti du bois… Chers partisans, je vais faire ma montée de lait suite à la dernière rencontre de nos petits gars, mais pas tout de suite. Il faisait beau, un beau vendredi soir pour aller au football en amenant les deux petits garçons Martel. Toute la famille est pleine d'espoir que nos Roughriders finissent par se sortir du bois et enfin renouer avec la victoire au vieux stade Mosaïc cette saison. 2011-08-15 18:29:27.0 https://fransaskois.info/on-n-est-pas-sorti-du-bois-t6972.html oppaquet.t6972 opTexte
Bref, la partie commence et miracle on commence avec le ballon. On est à notre ligne de 30 verges. Premier essai. Notre quart arrière reçoit le ballon par-dessus la tête. Celui-ci se retourne et court s'écrouler sur le ballon à la ligne de 14 verges. Ça commençait bien Batèche… de Batèche… On y va pour un deuxième essai. Rien. On botte le ballon avec le joueur francophone, Christopher Milo, un ancien du Rouge et Or de l'université Laval. Celui-ci y va de son premier bain de ligue canadienne, car le botteur régulier, Eddie Johnson, est blessé et assistera au match à partir des lignes de côté.

Ensuite le Calgary reprend le ballon à 44 verges de la zone des buts des petits gars. Ça n'a pas été long, Henri Burris fait voyager le ballon dans le panier du receveur Jabari Arthur. 7 à 0 pour les Rouges et ce, après 5 minutes de jeu. Déjà, on n'est pas content et on veut congédier quelqu'un de l'organisation des Roughriders, mais on ne sait pas qui encore. On reprend le ballon et on ne fait absolument rien. Le Calgary prend le ballon et Boum ! Un autre touché de la part d'un des receveurs du Calgary et ce après 13 minutes de jeu dans le premier quinze minutes de la partie. Eille ! Là ! Là ! On veut un congédiement immédiat soit l'entraîneur en chef, soit le coordinateur à l'offensive ou au pire soit Gainer la mascotte de l'équipe.

Finalement avec 21 secondes au tableau indicateur, l'entraîneur en chef des Verts garde son job car le porteur de ballon, Hugh Charles, y va d'un touché. Un beau à part de ça et en plus, c'était son premier de la saison.

On commence le deuxième quart, et immédiatement, le quart réserviste de Henri Burris, Drew Tate, qui était avec nous l'an dernier, y va d'une course d'une verge bonne pour un majeur. 21 à 7

Ça parlait pas fort dans le vieux stade Mosaïc après ce touché.

Mais avec 8 minutes à faire dans le deuxième quinze minutes de la partie, Hugh Charles y va d'un autre touché sur une belle course de 14 verges. On respire mieux maintenant . On aime ça lorsque Hugh Charles fait un touché, car il fait un renversement arrière afin de célébrer son touché. En passant, Hugh Charles remplaçait le porteur de ballon blessé, Wes Cates. Ça va être un beau dilemme pour l'entraîneur en chef lorsque Wes Cates sera de retour dans l'alignement afin de décider de soit Wes Cates ou bien Hugh Charles sera le partant. À voir. En passant, c'est 21 à 14. Ce n'est pas perdu…

J'ai parlé trop vite, car pour terminer la première moitié de cette partie, le Calgary y va d'un botté de placement et d'un touché et ce, en dedans de cinq minutes. 31 à 14 pour les Rouges.

Mes amis ! On entend les chahutements parmi la foule. C'est la première fois qu'on entend cela au vieux stade mythique en quatre ans. Pas de Mosus de farce. J'étais là et je les moi-même entendus. Je me sentais mal pour nos petits gars. Même le président de l'équipe, Jim Hopson, a entendu ça… Pas drôle pantoute…

On s'en va au petit coin avec pas de sourire dans la face et on voit la déception parmi les milliers de partisans. Faut que nos Roughriders fassent de quoi. Si j'étais l'entraîneur en chef, je rentrerais dans le vestiaire et au lieu de parler à mes joueurs afin de les motiver, j'écrirais un mot au tableau, RESPECT. En espérant qu'ils réfléchissent là-dessus.

On reprend au troisième quart, on a le ballon. Mais nos efforts de possession furent vaincs et on botte. Le Calgary reprend le ballon et eux aussi ne font rien avec le ballon. On prend le ballon et Boum! Une autre tuile sur la tête. Notre quart arrière, Dariant Durant, lance le ballon en plein dans les mains du couvreur de receveur de passe, Keon Raymond, qui lui prend ce cadeau du ciel et galope pendant 117 verges jusqu'à l'autre bout du terrain. 38 à 14 pour les Stampeders. Dans les estrades, on grimace. En passant, notre équipe favorite ne compte pas de points au troisième quart.

On commence le dernier quart de la partie, et Wow ! Un autre pirouette par en arrière de Hugh Charles, son troisième majeur du match. 38 à 21.

Puis, l'autre petit gars de Regina, Neal Hughes, y va d'un touché. Oh ! Oh ! le pointage est de 38 à 28. On est encore en vie. Puis, le Calgary y va d'un touché et on monte le pointage à 45 à 28.

Avec environ 1 minute et demie à faire, Ryan Dinwiddie qui remplace Darian Durant rattrape le receveur Weston Dressler avec un bel attrapé dans la zone des buts du Calgary pour un dernier touché. 45 à 35.

Et ça reste là !

Qu'est-ce qu'on fait maintenant ? Aucune victoire en saison régulière au vieux stade Mosaïc. On s'en va en se disant qu'il y aura sûrement des congédiements, des nouveaux joueurs…

En tous les cas, le vrai test sera la prochaine partie à Toronto qui eux, ont aussi ont une fiche perdante comme nous. Si nos petits gars perdent, ça va brasser dans la cabane des Roughriders. Bref, on veut se sortir du bois et on veut une belle victoire contre Toronto. Restons dans la pensée positive. Mais c'est difficile. Allez ! Les gars, du nerf...]]>
0
Dans l'avion! Pis vite à part de ça !!!
C'est sans doute comme ça que l'entraîneur en chef des Petits Gars a parlé à ses ouailles après la déconfiture contre les pauvres Lions de la Colombie-Britannique. Une autre tuile sur la tête pour nos Verts. 24 à 11 cette fois-ci. Après la deuxième défaite en début de saison de nos petits gars, on avait déjà enfoncé le doigt sur le bouton de panique. C'est comme ça ici en Saskatchewan avec Nos Roughriders. Mais là, franchement, on a enfoncé jusqu'au bout le doigt sur le bouton de panique et en bonus, on a déjà l'autre index sur le bouton du siège éjectable…
]]>
2011-08-09 09:18:25.0 https://fransaskois.info/dans-l-avion-pis-vite-a-part-de-ca-t6953.html oppaquet.t6953 opTexte
Voyons ensemble ce qui s'est passé et c'est ça le problème mes amis partisans. Il ne s'est rien passé dans cette partie contre les Lions, qui eux, n'avaient aucune victoire cette saison. Comme je vous le dis , c'était le championnat de la dernière position dans la division ouest de la ligue canadienne de football. Une belle occasion de gâcher la soirée du vétéran joueur de ligne offensive Gene Makowsky. En effet, ce joueur natif de la Saskatchewan disputait son 272 match dans l'uniforme des Roughriders. Bref, on a perdu. Une belle façon d'honorer M. Makowsky. Pas fort les gars !!!

On commence la partie et il fait beau soleil au vieux stade Empire de Vancouver. On commence et déjà, un premier essai, rien, un deuxième essai, rien, on botte avec Eddie Johnson. Ça débute bien… Remarquez que les Lions font de même. Je vous l'ai dit, malheureusement, on assiste à une partie de dernière place…

Finalement les premiers points de la partie proviennent du botteur Paul McCallum avec un botté de placement avec quelque cinq minutes à faire dans le premier quart. 3 à 0 pour les Lions.

Nous, ce qu'on a fait dans le premier quart était de dégager le ballon. Notre botteur de dégagement, Eddie Johnson a gagné son pain ce soir-là. On y reviendra.

On débute le deuxième quart. Déjà, les Lions débutent avec un touché de la part du joueur Tim Brown. 10 à 0 pour eux. Coutdonc… 8 minutes plus tard, les Lions rajoutent un autre touché de la part du receveur Geroy Simon. 17 à 0 pour eux. On grimace de douleur pour nos Roughriders.

Finalement, avec 7 minutes à faire dans le deuxième quart, Eddie Johnson y va d'un botté de placement de 42 verges. Ensuite les Lions y vont d'un botté de placement. 20 à 3 pour eux autres.

Mais avec 26 secondes à faire avant d'aller au petit coin, Darian Durant y va d'une belle passe au petit gars de Regina, Chris Getzlaf. Ouf ! On est dans le match. C'est 20 à 10 pour les Lions. Tout n'est pas perdu… On espère.

On prend le café et on couche les petits garçons Martel en leur souhaitant que les Roughriders vont prendre possession de la partie, qu'ils vont sans doute battre à plate couture les Lions… Quelle déception lorsqu'ils apprendront le pointage le lendemain matin…

On commence le troisième quart et encore une fois, les Lions ne font rien. Tandis que nous, on y va avec un placement d'Eddie Johnston. Il se prépare, mais où est donc passé Weston Dressler, qui est le teneur de ballon sur les bottés de placement. On le voit qui arrive en courant ventre à terre, sans doute pas prêt du tout à recevoir le ballon de Marc Parenteau, le centre offensif. Pour en faire une histoire très courte, Dressler qui est retard pour tenir le ballon. Le botteur Eddie Johnson , probablement déconcentré, botte le ballon. Celui-ci frappe un des poteaux des buts. Ça nous donne un maigre point. 20 à 11 pour les Lions.

Pour terminer la partie, Paul McCallum y va d'un placement et d'un simple sur un botté de dégagement. Marque finale 24 à 11 pour les Lions. Wow ! Une victoire des Lions… Tandis que nous… On panique à Regina et on se brasse la tête d'un bord à l'autre.

Bref, les Petits Gars devront se réveiller contre leur prochain adversaire qui sera les Stampeders de Calgary vendredi soir le 12 août prochain. Il faut absolument une victoire pour apaiser la situation.

On verra et en attendant, allez les Verts ! Relevez-vous les manches et travaillez fort. ]]>
0
On commence à s'enliser Pourtant. Pourtant il faisait très beau pour une belle soirée de football au vieux stade Mosaïc en ce samedi soir 30 juillet dernier. Le président de l'équipe était sur les lignes de côté à admirer les estrades remplies à pleine capacité. Salle comble pouvait-on lire sur l'écran géant à un moment donné au quatrième quart. Ça venait des quatre coins de la province. Même le beau-frère et sa famille du nord-ouest de la province étaient de la fête. On était prêts pour une victoire et puis peut-être à commencer de se sortir de la cave de la division ouest de la ligue canadienne de football. 2011-08-02 09:16:47.0 https://fransaskois.info/on-commence-a-s-enliser-t6944.html oppaquet.t6944 opTexte
On revoit ça ensemble. Et Mosus… Les Stampeders prennent le ballon sur la première séquence. Henri Burris, quart arrière des Stampeders, le souffre-douleur de nos partisans se fait planter par Luc Mullinder au deuxième essai. On se dit parfait ça commence bien pour notre défensive. Ça n'a pas duré longtemps. On reprend le ballon à notre ligne de 34 verges et puis Paf ! Notre quart arrière, Darian Durant, subit le même sort que M. Burris , et ce, par un gros joueur du Calgary. Au premier essai en plus et en bonus, une perte de 7 verges sur le jeu… Ouans !!!

Avec quelque quatre minutes à faire dans le premier quart, les Stampeders ont réussi un placement qui les mettait en avance de 3 à 0. Ensuite, les Verts essayaient eux aussi un placement de 47 verges d'Eddie Johnson, mais celui-ci manquait la cible. 3 à 0 pour les Rouges.

Au début du deuxième quart, le quart arrière du Calgary décida de galoper sur une course de 8 verges en plein milieu du terrain et marqua un touché. 10 à 0 pour les Rouges. Coutdonc ! Où étaient les secondeurs de lignes. Il y a rien de plus fâcheux qu'un quart arrière qui défit l'unité défensive de l'adversaire et qui court jusque dans la zone des buts. En tous les cas, ça avait l'air de fonctionner pour nous aussi, car Darian Durant décida de faire la même chose et galopa lui aussi à travers la défensive du Calgary et comptait un touché. 10 à 7 pour eux autres.

Finalement, on était dans la partie, car tout de suite après le touché de Darian Durant, notre demi de coin à l'unité défensive attrapa le ballon lancé par Henri Burris et retourna la calebasse jusqu'à la ligne de 36 verges du Calgary.


Malheureusement on n'y fit rien qui vaille et Eddie Johnson botta un botté de dégagement de 53 verges et compta un maigre point pour nous.
Ensuite le Calgary y alla d'un botté de placement de Rene Parades. 13 à 8 pour les Rouges.

On s'en va au café et au petit coin pour quinze minutes. Le cafard du troisième quart nous pogna, car on a l'habitude de ne rien faire au troisième quart. Mais je suis dans l'erreur, car Darian Durant y va d'une longue, mais longue passe pour notre recevoir étoile, Weston Dressler, qui lui voit venir le ballon dans les mains de son couvreur. Mais, miracle, le ballon rebondit dans les mains sûres de Dressler qui file dans la zone des buts. On mène 15 à 8 et on espère beaucoup une première victoire cette saison de nos gars au vieux stade.

Mais on concède un touché de sureté de la part d'Eddie Johnson et la marque est de 15 à 15. Puis pour le quatrième quart, ce fut une bataille de placement remportée par le Calgary. Marque finale de 22 à 18 pour les Stampeders de Calgary. C'est grave et pas grave en même temps, car nous les reverrons le vendredi 12 août prochain.

Mais en attendant, il ne faudrait par surtout perdre contre les pauvres Lions de la Colombie britannique vendredi soir prochain au stade Empire de Vancouver. Surtout qu'ici à Regina, on a déjà le doigt sur le bouton de panique. Allez ! Les Verts, du courage avant de s'enliser de plus en plus…]]>
0
Il avait le temps d'aller se chercher un café Riders ont débuté leur saison régulière 2011 au vieux stade Mosaïc contre leurs rivaux du nord de l'Alberta, les Eskimos d'Edmonton. On a eu de la misère. Non! Plutôt on s'est donné de la misère. Une défensive poreuse et surtout peu agressive. Une ligne offensive qui ne défendait pas son quart arrière. Des passes manquées. À part de ça, tout allait bien... Eh oui! Nos garçons ont perdu ce match. 42 à 28. Le premier match perdu à domicile comme partie d'ouverture depuis la saison 2004. Allez! On revoit ça ensemble.]]> 2011-07-05 16:52:20.0 https://fransaskois.info/il-avait-le-temps-d-aller-se-chercher-un-cafe-t6899.html oppaquet.t6899 opTexte
On commence avec le ballon et on termine ça avec un botté de dégagement. Dans le langage du football, on dit un-deux-botté de dégagement. Et ça, on le fera souvent pendant cette partie. Même pas assez près des buts de l'adversaire afin d'y compléter un placement qui nous vaut 3 points. Remarquez que les Eskimos font la même chose que nous sauf qu'à 10 minutes dans le premier quinze minutes, le quart du Edmonton, le vétéran Ricky Ray y va d'une belle passe de touché de 35 verges. En passant, il a un bon bras celui-là pour lancer la balle!!! Le ballon qu'on dit...

Mais trois minutes plus tard, notre quart arrière Darian Durant y va lui aussi d'une belle passe de touché à la recrue Efrem Hill. C'est un jeune receveur de passes qui tentera de remplacer Andy Fantuz qui est avec les Bears de Chicago dans la prestigieuse ligue nationale de football. En passant, M. Fantuz était assis dans les gradins afin d'encourager ses anciens coéquipiers.

Donc, nous sommes à 7- 7. Pas pire, mais ce n'est pas excitant comme partie de football. Oups! J'ai parlé trop vite, car le vétéran quart Ricky Ray, fait mouche avec une autre passe de touché à Jason Barnes. Son deuxième touché dans le premier quart. Bravo M. Barnes. C'est bon pour vous, mais pas bon pour nous. C'est déjà 14 à 7 avec une minute à faire dans le premier quart.

Ensuite pour terminer la première demie, on assiste à un festival de bottés de placement et quelques touchés de part et d'autre. On s'enva au café et la marque est à l'avantage du Edmonton. 27 à 20 pour eux. Puis on recommence avec le ballon et Paf! Encore une fois, notre quart arrière Darian Durant échappe le ballon, et ce, pour une deuxième fois dans la partie. M. Durant devra prendre l'habitude de s'enfiler un bon bol de ses céréales, les Darios de Darian afin de ne pas échapper l'Objet. Céréales qui sont à son effigie sur la boîte et qui se vendent afin de ramasser des fonds pour la fondation d'un hôpital pour enfants. Une bonne cause.

Ensuite, les Eskimos y vont d'un long botté de dégagement et ça leur donne un point. 28 à 20 pour eux. Puis, notre Darian y va d'une passe qu'Efrem Hill ne peut capter et va choir dans le panier du demi de coin du Edmonton. Ricky Ray y va d'une passe de touché au receveur Adarius Bowman. Ce même receveur qui échappait les ballons lorsqu'il jouait avec nous voilà 2 ans. 35 à 20 pour eux maintenant.

Ce qui dérange jusqu'à maintenant dans cette partie, c'est de voir le quart arrière Ricky Ray d'avoir tout le temps au monde afin de lancer des passes. Il reçoit le ballon et celui-ci pourrait aller se chercher un café et revenir sans se faire déranger par les joueurs de la défensive des Verts tellement il a du temps afin d'apercevoir ses receveurs et d'y aller de belles passes. Tandis que M. Durant, pour notre équipe, n'en finit plus de courir d'un bord de tout côté afin de
sauver sa peau.

Mes amis partisans, ce que je viens de décrire au dernier paragraphe, nous allons peut-être revoir ce même scénario lorsque les Alouettesde Montréal seront ici samedi prochain avec le futur membre du temple de la renommée du football canadien, Anthony Calvillo.

Finalement, au dernier quart, le damage était fait de la part des Eskimos avec notre équipe. Même que sur le dernier jeu de la partie, Darian Durant lançait le ballon , encore une fois, dans les bras du défenseur du Edmonton, J. T. Hill. Il était temps que ça se termine pour notre équipe. Surtout qu'avec 5 minutes à faire dans la partie, les partisans avaient décroché et quittaient le stade.

Disons qu'on va oublier cette partie et qu'on devra se concentrer sur les prochains adversaires au vieux stade mythique, les gagnants de la coupe Grey de l'an dernier, les Alouettes de Montréal.

Non! Ça ne sera pas facile, mais on ne sait jamais avec le football. Allez! les Verts, de la vigueur s'il vous plaît...]]>
0
L'évaluation ira au prochain match
Puis, on souhaite du beau temps et Ah Bien ! Voilà qu'il arrive. Eh Oui ! Le soleil, et ce, vers 17 heures. Ouf ! On est chanceux. On va pouvoir aller à la première partie d'avant saison de nos chers petits gars sans être habillé dudit imperméable, mais on l'apporte pareil surtout qu'on a investi pour ça…]]>
2011-06-20 16:46:18.0 https://fransaskois.info/l-evaluation-ira-au-prochain-match-t6848.html oppaquet.t6848 opTexte
On commence la partie. En passant, sûrement à cause de la température pendant la journée, les estrades sont à moitié remplies , même si 29 130 personnes ont payé pour assister à la partie. Comme je l'ai mentionné, il fait beau soleil sauf qu'il vente pour écorner les bœufs. Un vent du sud de 80 km à l'heure. On va peut-être assister à un botté de placement de 70 verges. Qui sait ! On a deux entraîneurs qui sont des nouveaux venus au poste d'entraîneur en chef d'une équipe. M. Marshall pour les Verts et Kavis Reed pour les Jaunes. M. Reed en passant était l'entraîneur des unités spéciales lors de l'affreux 13e joueur lors de la finale de la coupe Grey à Calgary voilà deux ans. Non, on ne reviendra pas là-dessus!!!

On prend le ballon au début de la partie et on ne fait rien qui vaille et en plus, on a le vent dans le dos. Puis quelques jeux plus tard , nous sommes en position de réussir un botté de placement d'Eddie Johnston. On le manque et en plus, on n'a pas de points, car le ballon sort de la zone des buts à cause du vent. Edmonton reprend, qui en passant, ont Kerry Joseph à la position de quart arrière. Pauvre lui, il montre ses 36 ans et a bien de la misère à trouver ses receveurs. Il sauve sa peau plus d'une fois sur le terrain.

Puis, Ryan Dinwiddie fait une très belle passe à Cary Koch et ensuite Wes Cates termine le job en marquant un majeur. 7 à 0 pour nous autres. Miracle. Pour la première fois depuis 2007, on réussit à marquer un touché sur un retour de botté de dégagement. On regarde la reprise à l'écran géant pour bien s'assurer que ce n'est pas un canular… Eh oui ! Hugh Charles a détalé comme un lièvre vers la zone payante. Une belle course de 70 verges à travers la défense du Edmonton. 14 à 0 pour nous autres. Puis, notre botteur de botté d'envoi catapulte un botté de 85 verges dans le fond de la zone des buts du Edmonton. Un autre point pour notre équipe. 15 à 0 pour les Verts.

Edmonton réussi vers la fin du deuxième quart a marqué un majeur et Damon Duval y va d'un botté de placement pour les Eskimos. Riders 15 Eskimos 10 avant d'aller au petit coin et chercher le café bien chaud!!!

On revient au troisième quart et on échappe le ballon sur un retour de botté d'envoi. Edmonton récupère l'objet et termine cela avec un botté de placement de 25 verges. Le botté est manqué et ça donne un maigre point aux Eskimos. 15 à 11, vous savez pour qui ! Ensuite, on change de quart arrière et non ce n'est pas Darian Durant. M. Durant n'était pas en habit de travail pour cette soirée. On voulait évaluer les 3 autres quarts-arrière de l'équipe. Donc, Cole Berquiest fait une belle passe à Patrick Brown. Touché pour nous. 22 à 11. On mène. Ensuite, notre botteur recru Christopher Milo de l'université Laval manque un placement de 42 verges et on concède un point en faveur du Edmonton. 23 à 11 en notre avantage.

Puis les Eskimos réussissent un touché avec un attrapé par Youssi Pierre, une recrue de l'Université de Montréal. 23 à 18 encore une fois pour les Verts. Attention les Riders … La partie n'est pas encore terminée!!!

Puis la foule se met à applaudir, car les Eskimos envoient dans la partie un jeune quart arrière du nom de Marc Mueller. Pour qui est cette salve d'applaudissements ! C'est tout simplement pour M. Mueller qui est le petit-fils du quart arrière légendaire des Roughriders, M. Ron Lancaster. Je suis certain que M. Lancaster, décédé depuis quelques années, a bien apprécié le spectacle du haut du stade Mosaïc. Le jeune Mueller retournera avec les Rams de l'université de Regina cet automne afin de terminer ses études.

Finalement avec moins de deux minutes à faire dans la partie, les Eskimos ont réussi un botté de placement et cela portait la marque à 23-21 pour nous. Puis sur le dernier jeu du match, les Eskimos tentaient une tentative de placement de 55 verges, mais la distance était bonne, mais le ballon décida de ne pas aller choir entre les deux poteaux et s'égara de sa trajectoire. Compte final les Verts 23 et les Jaunes 22. Ouf!!! À cause de la température froide et du vent… Les entraîneurs n'ont pas pu évaluer correctement tous les joueurs. Bref, ça ira à mercredi le 22 juin prochain contre les Lions de la Colombie-Britannique. Ensuite les entraîneurs devront remercier plus d'une vingtaine de joueurs afin d'avoir un alignement de 46 joueurs avant la première partie de la saison régulière.]]>
0
Que peux-tu apporter à cette équipe ?
La semaine dernière, nos petits gars ont travaillé très forts afin de se mériter une place dans cette belle équipe. Les premiers retraits de formation sont survenus mardi dernier, soit le 7 juin. Malheureusement, cinq joueurs ayant un énorme potentiel se sont fait dire qu'ils ne correspondaient plus parmi les plans de l'édition 2011.]]>
2011-06-14 17:54:20.0 https://fransaskois.info/que-peux-tu-apporter-a-cette-equipe-t6824.html oppaquet.t6824 opTexte
Donc, les joueurs chanceux qui sont encore avec l'équipe doivent prouver à l'employeur qu'ils ont les atouts nécessaires afin de faire partie de la nouvelle édition 2011 des Roughriders. Les entraîneurs prépareront avec ardeur les joueurs pour la partie préparatoire de vendredi soir contre les Eskimos d'Edmonton. Au cours de cette partie, tous les joueurs auront la chance de se faire remarquer par leurs entraîneurs de position. Ensuite le lendemain, après avoir visionné le film de la partie, les entraîneurs de position feront un compte rendu à l'entraîneur en chef sur les joueurs ayant du potentiel et ceux qui malheureusement n'auront pas convaincu leurs entraîneurs.

Ceci peut-être un couteau à double tranchant car parfois un joueur peut connaître une mauvaise partie. Tous les facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour bien épater son entraîneur. Exemple : La nervosité de trop bien faire et cela en résulte en un trop grand nombre d'erreurs de la part du joueur. Je me souviens d'un joueur des Riders dont le nom m'échappe malheureusement, qui était à la position de recevoir les bottés de dégagements. Le pauvre a gaffé en échappant le ballon pendant une partie préparatoire. Le ballon fut récupéré par l'adversaire qui fila tout droit vers la zone des buts. Le lendemain matin, le joueur se présenta au bureau de l'entraîneur et après une brève discussion, alla vider son casier. Pas de chance de se rattraper. Sauf que le joueur, ensuite, alla se trouver du boulot avec les Tiger-Cats d'Hamilton. Celui-ci faisait trois touchés pendant cette saison sur des retours de botté de dégagements.

Pour conclure, à cause des règlements de la ligne où les équipes doivent réduire leur personnel avant une telle date, les entraîneurs, parfois, prennent une décision avancée qui après, peut-être, regrettée. Tandis que pour d'autres joueurs, lorsque l'entraîneur en chef leur annonce comment peuvent-ils aider cette nouvelle édition, c'est le bonheur total dans la figure du joueur car celui-ci a fait le grand club…

En souhaitant bonne chance à tous les joueurs vendredi soir et surtout ayez du plaisir à jouer cette partie car il y aura moins d'erreurs si le plaisir est au rendez-vous !]]>
0
Messieurs… Bienvenue chez les Riders… Allez ! Rassemble les gars au milieu du terrain, car j'ai quelques mots à leur dire avant qu'on se mettre en branle pour cette saison semble dire le nouvel entraîneur en chef des Verts, M. Greg Marshall. 2011-06-07 16:36:47.0 https://fransaskois.info/messieurs-bienvenue-chez-les-riders-t6788.html oppaquet.t6788 opTexte
- En espérant maintenant que vous voulez sans aucun doute tous faire partie de cette équation. Malheureusement, à cause des règlements de la ligue canadienne de football, je ne pourrai pas tous vous garder avec cette dynastie. Je débute les retranchements mardi… Excusez-moi…

- Pour les prochaines deux semaines, notre job à nous, les entraîneurs de position, sera de vous faire suer et de vous faire souffrir sur ce terrain. Ceux qui resteront encore debout à la fin de ces deux semaines de camp d'entraînement seront sans doute ceux qui ne m'abandonneront pas à la fin du mois de novembre prochain… Donc, allez au boulot…

- Allez, Messieurs les entraîneurs de position, ils sont à vous maintenant… et surtout ayez beaucoup de plaisir…

Image RIders 1102
Voilà en soi ce que l'entraîneur en chef avait sûrement à dire à ses ouailles en ce beau dimanche matin devant des centaines de partisans venus voir en action les recrues et les vétérans parfaire leur technique de football au vieux stade mythique de Regina. Il y avait même la fanfare des Roughriders qui vendait de la nourriture et quelques souvenirs afin d'amasser des fonds qui lui permettront d'aller à la coupe Grey au mois de novembre prochain.

En tant que partisan, que doit-on observer à un camp d'entraînement ? Tout. On regarde le travail des quatre quarts-arrière, et on se dit que pour notre quart-arrière vétéran, Darian Durant, ça passe ou ça casse cette année. Donc, beaucoup de pressions pour M. Durant. Celui-ci est capable du meilleur comme du pire.

Ensuite, on observe les receveurs de passe. On sait qu'il manque un immense morceau au casse-tête en la personne du receveur étoile Andy Fantuz, parti tenter sa chance avec les Bears de Chicago de la puissante ligue nationale de football. Ceci est le rêve de tout joueur de football que de faire partie de l'alignement dans l'une des trente équipes de cette puissante ligue qui présentement, est en conflit de travail entre les joueurs et les propriétaires d'équipe.

Bref, on pourra sans compter sur un bon bassin de receveurs pour cette saison. On y a vu de belles attrapées. Un autre receveur étoile de l'alignement des Verts, le Canadien Rob Bagg ne sera pas de l'alignement prochainement, car celui-ci se remet d'une vilaine blessure au genou. Souhaitons-lui bon rétablissement !

Bonne nouvelle au camp d'entraînement des Verts, ça parle français sur les lignes de côté, car il y 8 joueurs francophones qui participent au camp d'entraînement. Il s'agit de Michel Boudreault, Mathieu Boulay, Obed Cetoute, Jocelyn Frenette, Alexandre Gauthier, Ludovic Kashindi, Christopher Milo et Marc Parenteau. Wow !

Puis, il ya environ 11 joueurs de la province de la Saskatchewan ayant évolué avec différentes équipes de la province. Bonne chance à tous ces joueurs. De plus, n'oublions pas qu'Alexandre Gauthier mesure 6 pieds et 6 pouces et qu'il pèse 326 livres. Un gros bonhomme comme on dit dans les chaumières. Le joueur le plus pesant de l'équipe vient de cette province . Il s'agit de Dan Clark qui fait 6 pieds et quatre et pèse 330 livres.

Donc, on travaille fort afin de se mériter un poste et les recrues comme les vétérans s'entraident pour le bien de l'équipe et il y a toujours beaucoup de compétitions, car on veut un job!

Bref, amusez-vous les joueurs et on se prépare pour la première partie d'avant saison contre les Eskimos d'Edmonton le vendredi 17 juin. Bonne chance les Verts.]]>
0
Être si près et si loin du but en même temps… e coupe Grey. Non pas pour une revanche sur la partie de l'an dernier, mais parce que celle-là nous était due. Point à la ligne.

On voulait la gagner pour les vétérans. Makowsky, Morgan, Frenette, Simpson, Szarka, O'Day, M. Miller l'entraîneur… On voulait la gagner pour tous les petits footballeurs de la Saskatchewan qui un jour rêveront de jouer pour les Riders. On voulait la gagner pour tous les joueurs qui sont dans la ligue canadienne de football depuis des années et qui n'auront jamais la chance de toucher ou même d'inscrire leur nom sur le trophée le plus vieux et le plus prestigieux en Amérique du Nord.
]]>
2010-11-29 08:17:10.0 https://fransaskois.info/etre-si-pres-et-si-loin-du-but-en-meme-temps-t5278.html oppaquet.t5278 opTexte
21 à 18. On a perdu par 3 points. En passant les Alouettes ne nous ont pas lavés. Loin de là. Mais ils forment une superbe équipe de football et ils adorent jouer contre nous, car on est une vraie équipe qui ne lâche jamais. Comme l'a déjà dit le grand entraîneur de football Vince Lombardi, on n'a pas perdu, on a juste manqué de temps à la fin de la partie.

Ici mes amis, ça ne vaut pas la peine de revivre cette partie, car encore une fois on va se faire de la peine. Les petits gars ont tous donné et oui les petits gars ont fait des erreurs comme des beaux jeux. C'est ça le football où on peut compter sur environ 60 % d'émotions et 40 % de stratégies de jeux. On perd, on gagne, on pleure, on rit et la vie continue. Les joueurs en sortent grandis et deviennent plus humains. Les joueurs deviennent plus alertes devant différentes situations dans la vie. C'est ça le football mes amis. Je le sais, j'y ai joué pendant 20 ans de ma vie.

Bravo les gars, merci beaucoup pour une autre belle saison et revenez-nous l'an prochain avec la même vision que cette année. Et vous chers amis partisans, un immense merci d'avoir lu cette chronique tout au long de l'année.

La doudoune verte sacrée, on vous aime.]]>
0
Tiens-toi… Le Calgary On est heureux. Notre doudoune verte adorée s'en va aux grands honneurs la semaine prochaine contre les méchants moineaux de Montréal pour la grande finale du football professionnel canadien à Edmonton. C'est déjà tout vendu à Edmonton et je suis sûr que le stade sera peinturé en vert pour la venue de nos petits gars. 2010-11-23 07:15:39.0 https://fransaskois.info/tiens-toi-le-calgary-t5253.html oppaquet.t5253 opTexte
On regarde cela ensemble. Premièrement, il fait froid et ce n'est pas des farces. Au premier botté d'envoi, il fait -17 Celsius, et ce, sans le facteur éolien. Donc, il fait froid en bibitte. -24 degrés Celcius. On commence la partie de football. On botte le ballon aux Stampeders. Ils ne font rien qui vaille sauf un splendide botté de dégagement qui s'en va choir dans la zone payante des petits gars. 1 à 0 pour eux. Ce n'est pas grave.

On reprend le ballon et nous autres aussi on ne va nulle part. Peut-être fait-il trop froid ? Cherchez donc! Puis le Calgary y va d'un botté de précision. 4 à 0 pour les Rouges arrogants.
Ensuite, notre quart arrière préféré envoie la calebasse directement dans les mains d'un rouge et celui-ci galope jusqu'à la ligne de 25 verges des Verts. Ensuite leur quart arrière lance une passe bonne pour un touché de 22 verges et le compte est maintenant 11 à 0 pour eux autres. On se dit (Bon! Ça recommence encore bonyenne… ) dans les chaumières saskatchewannaises décorées en verte pour ll'ccasion.

Puis comme la semaine passée, on s'est réveillé avec deux minutes à faire avant d'aller au café ou bien d'aller mettre les ailes de poulet au fourneau. Le réveil s'est fait lorsque Darian Durant a lancé une belle passe au rRéginoisChris Getzlaf pour une touché de 6 verges. On est heureux, car on n'est pas fini. Puis lors de la prochaine séquence, on intercepte le ballon des Rouges et on remonte dans leur zone jusqu'à leur ligne de 12 verges. Encore une fois, avec environ 30 secondes à faire on marque un autre touché. Merci au receveur Cary Koch. On mène 14 à 11 contre les Rouges. Incroyable! Quel réveil de la part de nos petits gars.!

Les ailes de poulet sont prêtes. On reprend pour le troisième quart et là on a peur du troisième quart. Ça n'a jamais fonctionné tout au long de la saison pour nous! On est nerveux. On voudrait que la partie soit terterminée, s ce n'est pas comme ça que ça se passe, car il reste encore 2 quarts. Il fait de plus en plus froid. Les Rouges reprennent le ballon et ça se termine par un botté de dégagement qui déboule dans notre zone payante. 14 à 12 pour nous autres.

Puis le Calgary y va d'un botté de placement bon pour trois points. Batêche !!! C'est 15 à 14 pour les Rouges. On n'a plus d'ongles… On reprend le ballon et notre ami Wes Cates porte le ballon et après qu'il aitsoitmbé au sol, il échappe le ballon où celui-ci fut repreprisr les Stampeders. L'entraîneur en chef des Verts, M. Miller, lance le mouchoir jaune au sol et on défie le dernier jeu. On dit que Wes Cates était en possession du ballon avant qu'il il l'échappe. M. André Proulx, l'arbitre en chef, s'en va s'enquérir de la décision auprès de ses supérieurs à Toronto. Ça prend du temps à rendre un verdict et puis soudainement M. Proulx s'avance au centre du terrain et annonce que le ballon revient aux petits gars. Eh! Qu'on souffle mieux maintenant. On ne peut pas se laisser prendre par les revirements. Ça peut coûter une partie...

Puis avec 2 minutes à faire à la fin du troisième quart, le même Wes Cates y va d'un touché avec une belle course au sol. On gaffe sur le botté de transformation. C'est maintenant 20 à 15.

On On à quinze minutes de la Coupe Grey. Allez! Les petits… Ne lâchez pas…

Puis on commence le dernier quart de la partie et le botteur de dégagement du Calgary y va d'un botté dans la zone des Verts. 20 à 16 pour nous autres.

Avec environ 2 minutes et demie à faire au quatrième quart, Ryan Grice-Mullen, celui qui nous retourne les bottés échappe le ballon à 10 verges de notre zone payante. Ryan, s'il vous plaît, met de la colle sur tes mitaines et garde le ballon en sécurité et ferme le panier. En tous les cas, les gars du Calgary s'en venaient à pleine vapeur. Ils ont donné des coups pieds au ballon et finalement uneun nos gars, Jerrell Freeman, recouvrait le précieux objet et ainsi nous sauvait le match. Tiens-toi …. Le Calgary!

Après on égraine les secondes et Hop! On s'en va à Edmonton! Youpi …]]>
0
Ouf !...
Oui, nos Roughriders l'ont emporté en deuxième période de prolongation par la marque de 41 à 38. Quelle partie ! Avec cette victoire, ils se méritent un voyage à la finale de la division ouest contre les Stampeders de Calgary à Calgary. Ça ne sera pas facile mais c'est réalisable… ]]>
2010-11-15 07:21:30.0 https://fransaskois.info/ouf-t5224.html oppaquet.t5224 opTexte
On commence, et les Lions bottent le ballon . On ramasse et on ne fait rien qui vaille et même que Darian Durant, notre quart arrière, se fait ramassé d'aplomb par le lion Keron Williams. Ensuite notre botteur de dégagement, Eddie Johnson, botte le ballon afin de dégager son territoire. Ce gars-là est capable de botter le ballon. En tous les cas, il fait voyager le ballon sur une distance de 51 verges. Les Lions reprennent et rien ne se passe. Ensuite on reprend le ballon et Weston Dressler y va d'une belle réception et cela nous amène à notre ligne de 40 verges près du territoire de l'adversaire. On envoie notre botteur de précision. Malheureusement, il n'a pas la précision requise demandée pour l'emploi et envoie le ballon à côté des poteaux. Ça nous donne un maigre point. Puis le premier revirement de la partie nous est donné par une échappée du jeune quart arrière des Lions, Travis Lulay. Il n'est pas mauvais celui-là considérant que c'est son premier départ dans une partie de demi-finale. Sachons reconnaître le talent mes amis…

Donc, on reprend le ballon et ça se termine par un botté de placement de Warren Kean et il le réussit !!! WOW !!! On mène 4 à 0. Ensuite le concours de placement commence et Paul McCallum y va d'un placement et puis, Warren Kean , qui lui aussi veut y participer, y va aussi d'un placement. Bon on est à 7 à 3 pour nous autres.

Puis vers la fin du deuxième quart, Travis Lulay, envoie une belle passe à Steven Black et c'est maintenant 10 à 7 pour les Lions. Puis le concours de placement reprend de plus belle sauf que c'est Paul McCallum qui s'amuse à sa guise à nos dépends si bien qu'on se retrouve avec un déficit de 9 points. On panique beaucoup car pendant les deux premiers quarts, Darian Durant avait beaucoup de misère à atteindre la cible à toutes les fois qu'il lançait le ballon. En allant au petit coin, on entendait maugréer envers Darian de la part des partisans. Il ne faut pas oublier qu'à chaque partie des Roughriders, il y a environ 30,000 entraîneurs en chef qui observent les moindres gestes de l'équipe et ces soi disant entraîneurs étaient prêts à faire un mauvais parti au pauvre quart.

Toujours est-il qu'au troisième quart, on reprend le ballon et Darian se fait ramasser encore une fois. Puis les Lions reprennent le ballon et Paul McCallum reprend le concours de placement et en réussit un autre. 19 à 7 pour eux autres. On commence à perdre patience dans le vieux stade mythique. On commence à maugréer contre certains de nos joueurs. Mais on garde la foi et la patience. On sera récompensé plus tard. Car après avoir gueulé un peu, on y va d'un touché de la part de Weston Dressler, ça faisait longtemps que celui-là n'avait pas eu de majeur dans une partie. En passant, on a prit 13 jeux afin de réussir ce touché car on jouait au sol . On avançait à pas d'escargots. On s'est aperçu que notre jeu par la voie des airs ne fonctionnait pas alors on s'est ajusté… 19 à 14 pour les gars de la C.B.

Ah oui ! J'ai oublié qu'il ya avait quelque chose de très spécial pour cette rencontre. Eh ! bien malheureusement pour la première fois cette saison, il n'y avait pas salle comble pour ce match… Ensuite on commence le quatrième quart et on y va d'un placement pour nous et le compte est maintenant 19 à 17 pour eux et encore une fois leur botteur de placement y va de son cinquième placement de la partie et nous sommes à 20 à 17 pour les Lions. On a bien de la misère sur le terrain depuis le début de la partie et puis comme cela arrive souvent avec nos Garçons. Paf ! Ça débloque. Darian Durant lance le ballon très loin, disons très loin à Weston Dressler et celui-ci en étant très agile, réussit à se faufiler parmi quelques joueurs des Lions et y va pour le touché tant convoité depuis le troisième quart. On mène 24 à 20. Ensuite, quelques jeux plus tard, on intercepte le ballon et on termine cela par un placement. Le pointage est en notre faveur. 27 à 20 avec 3 minutes à faire dans la partie. Puis le football étant ce qu'il est, c'est-à-dire excitant car les Lions en profitent pour y aller d'un touché au dernier jeu de la partie. Il ne reste plus de secondes au tableau indicateur. Paul McCallum s'aligne pour le botté d'après touché et il met le ballon en plein milieu des poteaux. 27 à 27.
On entend les mouches voler même si on est au mois de novembre dans le stade. On est engourdi. Incroyable car on l'avait cette partie. On a remonté petit à petit et on en arrive là. Coutdonc ! Qu'est-ce qui se passe ? On ne peut pas gagner sans se faire des ulcères bonyenne !!!

Bref on commence la première prolongation et on a le ballon et on réussit à le mettre dans la zone payante. Merci à Wes Cates de le faire pour nous. On y va d'une transformation de 2 points et Darian Durant fait mouche avec Andy Fantuz. 35 à 27 pour nous autres. Puis les Lions nous rendent la même médecine.

Les Lions reprennent le ballon et McCallum y va d'un placement. 38 à 35 pour les Lions. C'est son cinquième placement de la partie. Puis, Darian Durant lance le ballon au réginois Jason Clermont qui réussit un super de beau touché et la partie se termine. Jason va chercher immédiatement son bambin et est heureux de se promener sur le terrain après la partie. Bravo Jason tu le mérites bien surtout après avoir rongé ton frein depuis les deux dernières années.

Jason a réussit cela contre son ancienne équipe où il y a passé environ 10 ans. Quelle fin de match mes amis. Les Riders nous ont appris à être patient au football.

Bon on s'en va à Calgary et on se croise les doigts. Allez les Verts ! Jusqu'au bout…]]>
0
Merci à Panoramix d'être revenu à la formule originale de la potion magique Mes amis partisans. Une victoire. Ça fait du bien et je voudrais dédier cette belle victoire d'équipe au druide Panoramix qui avait décidé, pour la dernière partie de la saison régulière de la ligue canadienne de football, de revenir à la formule originale de la potion magique pour notre doudoune verte sacrée. Depuis les quatre dernières semaines, le gui se faisait rare et c'est vraisemblablement pourquoi nos préférés en arrachaient tant sur le terrain. Bref, on termine la saison contre les Eskimos d'Edmonton avec une belle victoire d'équipe par la marque de 31 à 23. 2010-11-08 19:25:12.0 https://fransaskois.info/merci-a-panoramix-d-etre-revenu-a-la-formule-originale-de-la-potion-magique-t5199.html oppaquet.t5199 opTexte
Les Eskimos commencent avec le ballon et ils se rendent jusqu'à la ligne de 34 verges et ils terminent cette séquence par un botté de placement. 3 à 0 pour eux. C'est correct ! Ensuite, c'est à notre tour et ils se retrouvent avec une belle punition contre eux parce qu'ils ont causé de l'obstruction contre notre as receveur, Weston Dressler. Ça leur coûte une perte de terrain. Toujours est-il qu'on se rend jusqu'à leur ligne de 32 verges et on envoie notre nouveau botteur de placement, Warren Kean, en remplacement de Luca Congi. Celui-ci manque son botté. Il n'y a pas la jambe forte celui-là… Faudra manger plus de céréales Andy Fantuz aux flocons de son mon homme… 3 à 1 pour eux autres. Puis, les Eskimos reprennent l'objet et le vétéran quart arrière, Ricky Ray, remontent le terrain et ça se termine avec un touché de Fred Stamps et le premier quinze minutes de jeu prend déjà fin.

On commence le deuxième quart et notre botteur, Eddie Johnson, y va d'un botté de placement qui sépare les poteaux des buts en deux. 10 à 4 maintenant. Ensuite, les Eskimos y vont avec un autre botté de placement et ils réussissent. On y va avec une autre tentative de botté de placement avec Eddie Johnson pendant que notre botteur de placement substitut, Warren Kean, mange ses céréales… Bon, Johnston manque le botté et c'est 13 à 5 pour les gars d'Edmonton qui en passant veulent absolument gagner, car pendant la journée, les Tigers-cats d'Hamilton ont perdu contre les Lions de la Colombie-Britannique, ce qui fait que si les Eskimos redoublent d'ardeur contre nos gars, ceux-ci pourront revenir la semaine prochaine pour la demi -finale contre les Riders.

Finalement avec deux minutes à faire dans le deuxième quart, les Eskimos y vont d'un autre botté de placement. 16 à 5 pour eux autres. En passant, à ce jour dans la partie, il n'y a eu aucun botté de dégagement de la part des deux équipes. Seulement qu'un concours de bottés de placement. Puis après avoir englouti, ses céréales, Warren Kean, y va d'un botté de placement pour rendre le pointage de 16 à 8 pour Edmonton.

Puis, avec 2 secondes à faire avant d'aller au petit coin et chercher le café, notre quart arrière, Darian Durant, y va d'une belle feinte de remise à Wes Cates, et part de côté avec une belle course et y va d'un beau touché. Que de soulagement chez les partisans. On l'attendait depuis belle lurette celui-là soit le touché. Puis on revient au troisième quart, et on enfile un autre touché avec une belle course d'une verge de Wes Cates. 22 à 16 pour les Verts. Wow ! Quelle remontée les gars…

En passant, Wes Cates est le meneur dans la ligue canadienne pour les touchés avec un total de 15. Félicitations Wes ! Ensuite, les Eskimos reprennent le ballon et s'arrangent pour le perdre à notre faveur. On ne niaise pas avec le ballon et Darian Durant y va d'une belle passe de 27 verges à notre Andy Fantuz national. C'en était fait des gars d'Edmonton. 29 à 16 pour nous. Quel revirement pour nous. D'habitude, on ne fait absolument rien au troisième quart, et c'est pour cela que je dis merci au druide qui s'était infiltré dans le vestiaire des Verts à la mi-temps.

Puis au quatrième quart, les Eskimos nous ont concédé un deux points car ils étaient dans le fin fond de leur zone payante. Aussi, quelques maladresses de la part de leur quart arrière qui avait la mauvaise manie de courir en tenant le ballon à une main. On tient l'objet à deux mains sinon une petite claque par en arrière et le ballon tombe par terre et habituellement, est vite récupéré par l'adversaire.

Bon, c'est agréable de remporter une belle victoire d'équipe après quatre défaites de suite. Pas de montée de lait pour personne. On a un vestiaire heureux et le steak passe mieux après la partie avec la cervoise.

On se reprend dimanche prochain au vieux stade mythique contre les Lions. Allez les gars, on vous aime et appui de tout notre cœur !]]>
0
Football 101 Mes amis partisans… Ayoye ! Encore une fois en fin de semaine. Une défaite. Coutdonc ! Ce n'est pas compliqué bâtèche ! Lorsqu'on joue au football ÇA PREND de la passion, comprenez-vous de la paaaaaaassionnnnn. Football 101 égale passion, émotion et attitude. 2010-11-02 21:50:40.0 https://fransaskois.info/football-101-t5179.html oppaquet.t5179 opTexte
Il fait beau soleil et c'est 12 degrés celcius et oh ! l n'y a pas de neige. Pas comme ici … C'est la troisième fois qu'on les rencontre cette année ces Lions. On les prend de façon régulière pour nos souffre-douleurs. On prend la calebasse et non notre nouveau joueur qui retourne le ballon lors des bottés d'envois, Ryan Grice-Mullen, n'échappe pas le ballon. Malheureusement, ça viendra !!! Donc, on prend le ballon à notre ligne de 39 verges et on réussi à remonter le terrain à leur ligne de 38 verges et on y va d'une tentative de botté de précision par un nouveau joueur, Warren Kean, qui la semaine dernière, travaillait dans une station de radio de Calgary. C'est un jeune homme qui a joué à l'université Concordia de Montréal. Dans tous les cas, il botte et c'est raté. Imaginez ! Le pauvre ! Son premier botté dans la ligue canadienne et il gaffe ! Donc, on n'a pas de points. Finalement, on reprend le ballon quelques temps plus tard et Warren cette fois-ci y va d'un botté de placement de 15 verges et fait mouche ! 3 à 0 pour nous autres. Ensuite, les Lions ne vont nulle part. Puis notre premier revirement, il y en aura cinq dans la partie, arrive, Darian Durant lance le ballon un peu trop haut au réginois Jason Clermont, qui touche au ballon et retombe dans le panier de son couvreur, Ryan Phillips. On est chanceux car les Lions reprennent le ballon et termine cette séquence par un placement. 3 à 3.

Puis la débâcle totale. Eddie Johnson effectue un botté de dégagement et Yonus Davis ramasse le ballon et part à l'épouvante vers l'autre zone payante. Un gain de 88 verges. Ça nous a cassé les reins. On n'était plus les mêmes après cela. Une autre erreur des unités spéciales. Plus de passion, plus rien dans le ventre. C'est 10 à 3 pour les Lions et Paul McCallum termine le deuxième quart avec un botté de placement. On s'en va, découragé totalement, au café. On n'a plus confiance en notre équipe . 13 à 3 pour les Lions. Dernièrement, il nous ont fait le coup trop souvent…

Puis on revient au début du troisième quart et Darian Durant trouve Cary Koch , qui celui-ci , galope pour un beau touché de 25 verges. Pas mauvais ce joueur. Eille ! On n'est pas fini !!! C'est 13 à 10 pour eux.

Ensuite, Paf ! Darian Durant, hors de lui-même, donne le ballon littéralement à Aaron Hunt, qui se demande d'où vient ce beau ballon. Il en était surpris. Il part en courant qui en passant, est un gros bonhomme et il est dur à arrêter. Finalement, on le met au sol après une course de 25 verges. On rigole bien en voyant la reprise, on se dit que ça ne se peut pas mais oui c'est vraiment arrivé. Quel cauchemar. Le bonhomme Sept-heures est revenu hanté les Riders.

Ensuite, on a droit à une série de jeux plus loufoques que d'autres. Darian Durant lance le ballon et se fait intercepter par Ryan Phillips qui lui échappe le ballon et est recouvert par Andy Fantuz. On reprend le ballon et deux jeux plus tard, Darian Durant échappe le ballon et Korey Banks reprend le ballon. Tout ça dans une même séquence de jeux. À part de ça tout va bien …

Puis, les Lions y vont d'un autre touché. 20 à 10. McCallum y va d'un placement. 23 à 10. Puis , Getzlaf y va d'une belle réception et marque un beau touché. 23 à 17. On est pas mort, mais pas fort. Mais avec moins de deux minutes à faire, les Lions conservent le ballon et ça termine la partie. 23 à 17 pour les Lions.

On commence à manquer de lampions ici … En espérant que samedi prochain contre les Eskimos au vieux stade mythique, on pourra renouer avec la victoire, sinon… J'aime mieux ne pas y penser…]]>
0
Non mais ! Qu'est-ce qui se passe ? Roughriders, notre doudoune verte sacrée, se font battre. Je crois que le moral commence à être par terre. Il faut le remettre en place comme le disait Bob dans les Boys, la dureté du mental...]]> 2010-10-26 21:34:11.0 https://fransaskois.info/non-mais-qu-est-ce-qui-se-passe-t5156.html oppaquet.t5156 opTexte
Ensuite, on prend le ballon et on remonte le terrain et on compte avec un touché de deux verges du vétéran Chris Szarka. On s'ennuyait de lui. Chris est un excellent joueur et solide à part de ça mais M. Miller ne l'utilise pas assez à notre goût… Puis, Jason Armstead, Eh oui ! qui était avec nous cette saison, traverse le terrain et s'en va compter un touché pour les Eskimos sur un retour de botté de dégagement. C'est 8 à 7 pour les jaunes et or.

Ensuite, ce fut effrayant, un touché des Eskimos d'une passe de Jared Zabransky à Fred Stamps. Le quart Zabransky remplaçait Ricky Ray qui souffrait d'une blessure aux côtes. Donc, avec 38 secondes à faire au premier quart, c'était 15 à 7.

Au deuxième quart, les Riders n'ont pas été capables de remporter un seul premier essai en quatre possessions de ballon. Ça faisait pitié à voir mes amis. C'en était humiliant. Bonyenne. Qu'est-ce qui se passe depuis les trois derniers matchs !!! S'ils ne veulent plus jouer au football, qu'ils nous le disent et on commencera les rénovations de la cuisine Batêche !!! La dureté du mental les Boys !!!

Donc, après quatre possessions de ballon, les Eskimos sont arrivés et eux, ont réussi un touché et ça portait le pointage à 22 à 7 avec moins de deux minutes à faire au deuxième quart. Pas fort les petits gars…

Ah oui, ! Eddie Johnston réussi un placement et c'est 22 à 10 pour vous savez qui !

On se calme, on va au petit coin et on se prend un café et oui on le prend fort, car on est abattu encore une fois et ce n'est pas fini !!!

On commence le troisième quart. Les Eskimos reprennent le ballon et ne font rien qui vaille. On reprend et encore une fois, Grice machintruc échappe le ballon et les Eskimos nous le font payer chèrement avec un touché. En passant, la colle est en vente dans les bonnes quincailleries. Il faudrait en passer une caisse aux petits gars des Riders afin qu'ils ne puissent plus échapper le ballon.

À la suite de cette échappée , un autre joueur qui était avec nous dernièrement, Derick Armstrong, y va d'un touché et c'est maintenant 29 à 10 pour les Eskimos.

Ça gueule dans les chaumières saskatchewannaises mes amis et ce n'est pas des farces. On cherche des coupables…

On commence le dernier quart et les Eskimos y vont d'un placement et c'est maintenant 32 à 10.

On perd patience et on ne croît plus aux miracles et aux arrachés de dernière minute, car nos garçons ne jouent plus avec leur cœur. On devient dissident dans cette partie. On dirait qu'il y a un certain jemenfoutisme de la part de nos Riders.

Finalement, Darian Durant laisse sa place à Ryan Dinwiddie. En lançant sa deuxième passe, il se fait intercepter et les Eskimos y vont d'un touché. 39 à 10 . Ça pas d'allure !!! O.K. ! On commence les rénovations de la cuisine.

Puis, soudainement, Dinwiddie revient à la vie et trouve une façon de lancer deux passes de touché de suite à Cary Koch. Finalement, il est trop tard, car les Eskimos remportent la partie par le compte de 29 à 24.

Mes amis partisans , ça va mal et il y a quelque chose qui me dit que ça va empirer…

Gardons la flamme allumée.. et aussi les lampions à la paroisse… On va en allumer des verts… Tout d'un coup !]]>
0
<![CDATA[<i>Arrivederci il pole position</i>]]>
On se rencontre au milieu du terrain où l'arbitre en chef, Monsieur André Proulx, le mal-aimé des foules prend une pièce de monnaie et l'a fait tournoyer dans les airs. Les Roughriders remportent le tirage au sort et c'est probablement la seule victoire que ceux-ci auront acquise alors qu'ils ont perdu contre les Stampeders par le compte de 34 à 26 et qu'ils ont ainsi réduit leur chance de terminer en première position. ]]>
2010-10-19 07:11:42.0 https://fransaskois.info/i-arrivederci-il-pole-position-t5125.html oppaquet.t5125 opTexte
Pourtant le scénario était bien parti. On commence la rencontre avec la possession du ballon et tout de suite, pas de rigolade, on y va d'un beau touché sur une passe de 25 verges de Darian Durant à notre Weston Dressler national et on mène 7 à 0. Les Rouges reprennent le ballon et niet ! On reprend la calebasse en cuir et encore une fois, pas de rigolade, touché pour nous autres d'une passe de 11 verges de Durant au petit gars de Regina, Chris Getzlaf. On n'avait pas 10 minutes de jouer dans la partie que le compte était déjà de 14 à 0 pour nos petits gars en vert. On faisait un maître sur le terrain et on se voyait déjà en première position de la division ouest de la ligue canadienne de football. Mais le football étant ce que c'est, on s'est vite rendu compte que le vent du sud de la Saskatchewan pouvait virer de bord. Finalement, avec une minute à la fin du premier quart le porteur de ballon Joffrey Reynolds, qui lui sait porter le ballon, y allait d'un touché pour les Rouges. 14 à 7 pour les Verts. On mène encore. On est content.

Puis, on vire de bord sur le terrain et à 48 secondes du début du 2e quart, on s'aligne pour un placement de 43 verges de notre Luca ( Forza ) Congi. Celui-ci regarde attentivement le teneur de ballon, Rob Bagg, et lui fait signe qu'il est prêt à envoyer le ballon entre les deux poteaux. Le joueur de longue remise, Jocelyn Frenette, envoie le ballon au teneur Rob Bagg, il place le ballon sur le support noir, Luca y va de sa plus belle danse de ballet et frappe le ballon. Un joueur de Calgary fonce à toute vitesse et bloque le ballon. C'est la deuxième fois en autant de parties qu'on se fait bloquer un placement. Coutdonc !!! Lorsque la poussière retombe, on aperçoit notre ami Congi se tordant de douleur au sol. On sait que c'est du sérieux. À la reprise vidéo sur le grand écran, on revoit la scène et lorsqu'on voit la jambe tordue de notre pauvre ami, on souffre avec lui. Ça nous fait de la peine de le voir quitter le terrain avec l'aide des soigneurs. Prends soin de toi, mon Luca.

Ensuite, les Rouges y vont d'un placement et puis quelques minutes plus tard, on voit notre receveur étoile, Rob Bagg, s'étende de tout son long sur le sol et encore une fois, on a un autre joueur de blessé. Lui aussi quitte la rencontre avec une blessure au genou. Bâtèche ! Qu'on n'est pas chanceux. Vraiment le vent du sud a viré de bord et est contre nous maintenant. Deux joueurs étoiles partis en quelques minutes. C'est ça le football. Un sport de contact où ces choses malheureuses arrivent pendant une partie importante. À partir de ce moment, on n'était plus les mêmes. Nos garçons se sont mis à douter d'eux-mêmes et lorsqu'on tombe dans cette phase, on manque la fraction de seconde de concentration qui nous permet de continuer et d'exécuter la base du football comme plaquer l'adversaire, attraper, lancer le ballon. Ah ! oui, c'est 14 à 10 pour nous. Ensuite les Rouges y vont d'un botté de placement. Puis les Rouges nous donnent un deux points avec un touché de sûreté. 16 à 10 et on termine la demie avec un placement d'Eddie Johnston qui a remplacé notre Luca national. 19 à 10 avant d'aller voir nos amis Bagg et Congi au vestiaire et de s'enquérir de leur état de santé.

On revient pour le troisième quart et Paf ! Deux touchés des Rouges. Une chose inquiétante démontrant que nos garçons n'étaient plus là mentalement et physiquement était que les Stampeders ont réussi 11 premiers essais dans ce 3e quart tandis que nos Riders en ont réussi qu'un seul. Un seul premier essai. Bonyenne ! Ce n'était pas des farces. Nos gars ne réussissaient pas à arrêter le porteur de ballon Joffrey Reynolds. Celui-ci allait partout sur le terrain. Quel malaise pour nous ! Ah! Oui, c'était maintenant 24 à 19 pour eux !!!

Au quatrième quart, tout s'est écroulé pour nous, même si nous avons réussi un autre touché du petit gars de Regina, Chris Getzlaf. Le Calgary nous a dominé d'un bout à l'autre du champ. On avait plus de vie, plus de passion, plus d'émotion. Finalement, avec 58 secondes à faire, Darian Durant lança le ballon et celui-ci se fit intercepter par un joueur du Calgary et s'en était fait de notre doudounne verte sacrée. Notre Luca national, en béquilles, sur le banc des Verts devait sûrement marmonner en italien (Arriverderci il pole position) ce qui veut dire au revoir la position de tête…

Maintenant, on s'en va à Edmonton… Frottons le huard à l'effigie des Roughriders…]]>
0
Bout de vinyenne de torvisse ! Ce n'était pas fort … Ça y est! La montée de lait s'en vient surtout après la rencontre de samedi après-midi contre les Argonauts de Toronto. Rencontre perdue par notre doudounne verte adorée par le compte de 24 à 19! Mes amis, on a eu 5 minutes de bon football de la part de nos garçons. Comme disait l'ami Steve, la dinde de l'Action de Grâce était pesante sur le terrain. Franchement mes amis, pas d'efforts, pas d'émotions… Chaque entraîneur de football le répète à ses ouailles avant une rencontre contre l'adversaire : une partie de football se gagne avec les tripes! Point à la ligne! En tous les cas, ce n'était pas terrible comme performance de nos joueurs. 2010-10-11 21:46:19.0 https://fransaskois.info/bout-de-vinyenne-de-torvisse-ce-n-etait-pas-fort-t5087.html oppaquet.t5087 opTexte
En passant, à l'heure que je vous écris, les Méchants Moineaux de Montréal viennent de nous rendre un grand service. En effet, ils ont planté les Stampeders de Calgary 46 à 19. Merci beaucoup les Moineaux !!!

Bon! On arrête de se lamenter et on regarde cette déconfiture ensemble. Les Argonauts prennent possession du ballon au début de la rencontre et étant égoïstes, ne veulent surtout pas le donner aux Riders. Si bien que ceux-ci le gardent pendant environ sept minutes pour terminer avec un placement. 3 à 0 pour les Bleus. On reprend le ballon et on le redonne aux Bleus 2 minutes plus tard, on n'est pas égoïstes nous !!!

Eille les gars! Pour faire des points, ça prend le ballon… Bon, Toronto reprend l'ovale en cuir et y va pour un placement de 50 verges. Ils le manquent et ça leur donne un point. 4 à 0 pour eux autres. Ensuite, notre doudounne reprend le ballon et Darian Durant lance la calebasse en plein dans le coffre du secondeur de ligne de Toronto, Jeremy Unertl, qui y va d'une course à pleine allure de 62 verges et ça se termine par un touché des Bleus. Bâtèche !!! À part de ça , tout va bien pour la doudounne… Mettez-en … Et tout ça, au premier quart. Finalement on réussit à compter un point avec un super botté de notre botteur de dégagement, Eddie Johnson. Ouf! On met un point au tableau.

Avec une dizaine de minutes à faire au 2e quart, notre défensive avec en tête, Tad Kornegay, intercepte le ballon lancé par le quart arrière du Toronto, Cleo Lemon. Celui-ci court, mais ne peut pas se rendre jusqu'à la ligne des buts. Ensuite, notre porteur de ballon par excellence, Wes Cates, y va d'un autre touché. Son 15e depuis le début de la saison. 11 à 8 maintenant pour les Bleus.

Puis, on botte le ballon lors d'un botté d'envoi et encore une fois, on reprend le ballon avec un recouvrement de la part de Daniel Francis. Une couple de jeu plus tard. Paf !!! Un autre touché de notre part. Le Réginois, Neal Hughes, attrape une belle passe de Darian Durant et celui-ci traverse la ligne payante pour nous autres. On mène 15 à 11. Mes amis, ça sera les seuls moments excitants pour les partisans de la doudounne verte, car après ça, c'était bien bien tranquille…

Finalement, on a été malchanceux, car Darian Durant a lancé une autre passe dans le panier du joueur de Toronto, Lin-J Shell. Heureusement pour nous, Toronto n'a pas été capable de capitaliser avec un majeur. Pfiou! Mais sur le dernier jeu de la première moitié de cette partie, Toronto y va d'un placement de 48 verges et porte la marque à 15 -14 pour les Bleus. Allez, on s'en va se dégourdir les jambes pendant la demie.

On revient et Toronto y va d'un autre placement de 35 verges et maintenant on est à 17 à 15. Puis, notre puissant botteur de dégagement y va d'un botté de 69 verges et porte la marque à 17-16. Nous ne sommes pas encore battus. Puis, on reprend le ballon des mains du Toronto et on se fait bloquer un botté de placement de Luca Congi. Nos unités spéciales n'ont rien fait, mais rien fait qui vaille dans cette partie. Le pire pour nous est survenu lorsque Toronto était à sa ligne des buts. Ils étaient loin dans leur territoire. Ils se préparaient pour faire un botté de dégagement. Leur botteur, Jamie Boreham, qui était avec nous l'an dernier, reçoit le ballon et se prépare à poser un genou par terre indiquant que les Bleus nous accordent un touché de sûreté de deux points, mais non bonyenne, celui-ci ne met pas exactement le genou par terre et passe le ballon par derrière à Byron Parker et celui-ci part en galopant pour un gain de 30 verges. Les Riders n'ont rien vu venir sur ce jeu. Quelle beauté ce jeu! Je le pratique encore avec mes petits gars ( Jean-François et Louis-Simon ) devant la maison… Ce n'est pas pour dire !!!

Puis avec 8 minutes à faire dans la partie, Toronto y va d'un touché de Jeremaine Copeland et porte le compte final à 24-19. Ah! oui, auparavant, on a compté avec un placement de Luca Congi !!!

Une rencontre à oublier pour nos joueurs. À part les quelques jeux d'avant la première demie, on n'a pas eu grand chose à se mettre sous la dent… Et c'était la première fois qu'on perdait au vieux stade Mosaïc depuis le mois de septembre 2009.

Pas fort les gars… Merci aux Moineaux. En espérant que dimanche prochain, il y aura un peu plus de cœur de la part de la doudounne contre les Stampeders de Calgary sinon on peut dire au-revoir à la première position à moins d'une solide performance d'ici la fin de la saison.]]>
0
Patience ! Patience ! Ça s'en vient… Nos Riders étaient dans la grande ville en fin de semaine dernière. Ils ont gagné par le compte de 27 à 16. C'est bien. C'est même très bien, car on veut garder un œil sur la première place de la division ouest de la ligue canadienne de football. Afin d'avoir une possibilité de garder les Stampeders de Calgary dans notre rétroviseur, il faut absolument qu'on remporte des victoires si on veut s'assurer de la première place. ]]> 2010-10-04 22:01:44.0 https://fransaskois.info/patience-patience-ca-s-en-vient-t5074.html oppaquet.t5074 opTexte
Mais comme toujours, les Stampeders ont bien réussi à s'en tirer en défaisant les Alouettes de Montréal. La semaine prochaine, les Stampeders s'en vont à Montréal. En espérant que les Alouettes nous aident un petit brin. Nous, on reçoit encore les Argonauts de Toronto au vieux stade mythique. Faut qu'on gagne. C'est tout ! Ça ne sera pas facile mais c'est réalisable. Meilleur scénario est qu'on gagne contre Toronto et les Stampeders perdent la partie à Montréal. On remet ça avec la partie du dimanche 17 octobre contre Calgary. WOW !!!

Mais revenons mes amis à la dernière partie contre les Argonauts. Non ce n'était pas facile mais on l'a eu !!! Surtout que notre quart arrière était tout feu tout flamme. Quelle bougie d'allumage celui-là. Lorsqu'on dit qu'il a retrouvé tous ses moyens sur un terrain de football, attention !!!

Bref, on commence avec la calebasse et on termine avec un placement de Luca Congi. C'est bien car pour une fois on ne commence pas en se faisant planter avec une couple de touchés. Ensuite, les Argonauts reprennent le ballon et ceux-ci remontent le terrain et y vont d'une belle course du quart arrière partant Dalton Bell vers la zone des buts. Dalton Bell était un de nos quarts arrières l'an passé mais celui-ci rongeait son frein sur le bord du terrain en regardant Darian Durant mener les Riders à la victoire. Donc, Dalton a demandé de se faire échanger et maintenant il peut commencer des parties de football avec Toronto. Il n'est pas mauvais non plus… Donc, 7 à 3 pour les Bleus.

Puis, quelques minutes plus tard, Darian, qui d'autres, Durant y va d'une de ses courses et réussit à marquer un touché de 10 verges. 10 à 7 avec 3 minutes au premier quart.

En commençant le deuxième quart, le botteur de placement du Toronto y va d'un placement de 18 verges et boom ! C'est 10 à 10. Je l'ai dit que ça ne serait pas facile. Puis, avec quelques minutes à faire avant d'aller chercher le café, les Verts y allaient d'un touché avec une belle passe captée par le réginois, Chris Getzlaf. Son deuxième touché de la saison et ça faisait des lunes qu'il n'avait pas marqué un majeur. 17 à 10 pour nos Riders. Pour clore le deuxième quart, Toronto y va d'un botté de placement. 17 à 13. On mène…

On revient de la demie et les Riders assomment encore les Argonauts avec une superbe de passe de 66 verges d'Andy Fantuz. Celui-ci était tellement heureux surtout qu'il vient de Chatham dans le sud de l'Ontario. Toute sa famille était là pour l'encourager. Pour Andy Fantuz, il y allait du plateau des 1000 verges de passes captées pour cette saison. WOW !!! Mais ce qui est important à mentionner ici est que notre quart arrière Darian Durant a lancé pour une moyenne de 70 % depuis les trois dernières parties. Incroyable !!! Il a lancé 107 fois et a fait mouche 75 fois. Mais le plus beau est qu'il a été victime de seulement 2 interceptions. Bravo Darian.

Bon, on revient à nos moutons et c'est maintenant 24 à 13 pour les Verts. Puis avec 3 minutes à faire au troisième quart, Toronto y va d'un placement de 52 verges. 24 à 16. Ensuite, Luca Congi y allait d'un trois points afin de terminer cette partie 27 à 16 pour nous autres.

La doudoune verte sacrée commence à nous impressionner. En espérant que ça continue, mais je crois maintenant que nous sommes sur la bonne voie afin d'atteindre les grands honneurs. Mais avant de partir en peur, commençons avec Toronto ce samedi-ci. On se croise les doigts et on frotte le huard des Riders.

Allez ! Montréal, aidez-nous un peu s'il vous plaît…]]>
0
C'est le temps d'embrayer et d'ouvrir la machine chers Riders
Encore une fois, on n'a pas eu besoin d'aller à la session hebdomadaire de manucure car avec le genre de football que nos Riders jouent ces temps-ci, on se ronge les ongles des mains et ce, jusqu'à la dernière seconde des rencontres.]]>
2010-09-27 21:43:48.0 https://fransaskois.info/c-est-le-temps-d-embrayer-et-d-ouvrir-la-machine-chers-riders-t5045.html oppaquet.t5045 opTexte
Revoyons ensemble ce qui s'est passé la semaine dernière à Hamilton. On commence la partie et on botte le ballon. Hamilton reprend et après une série de jeux, ceux-ci vont compter un touché et ce, à l'intérieur d'une minute de jeu. On gueule dans les chaumières et on se calme devant les petits. On reprend le ballon et on botte encore. Coudonc !!!

Les Tigres-Chats reprennent l'objet et encore une fois marque un touché. Il reste 7 minutes au premier quart et déjà c'est 14 à 0 pour la troupe de Marcel Bellefeuille. On bouche les oreilles des petits encore une fois et on se retient de ne pas y aller avec la totale...

Finalement on réussi à marquer un touché grâce à Wes Cates et par ce fait, c'est son quatorzième touché de la saison. Incroyable jusqu'ici pour un gars qui voilà quelques années était pompiste en Pennsylvanie avant qu'on ne l'invite à venir faire le club ici. 15 à 7 pour Hamilton avec 12 minutes à faire dans le 2e quart. Puis, la machine verte s'ouvre. Darian Durant lance toute une bombe dans les mains de Rob Bagg et celui-ci y va d'un touché de 70 verges. Ça assomme les Tigers-Cats. Puis ceux-ci y vont d'un placement. On est encore dans la partie. On avait peur au début de la rencontre mais présentement tassez-vous … Puis, l'impensable se produit. Darian Durant y va encore d'une bombe et Weston Dressler y va de tout un attrapé mes amis. Écoeurant !!! Comme qu'ils disent !!! Wow ! 21 à 18 pour les Riders avant d'aller se remettre de nos émotions. C'est l'heure de mettre les ailes de poulet dans le fourneau.

On revient au 3e quart. Les Tigers-Cats y vont d'un touché et c'est maintenant 25 à 21 pour eux autres. Puis, on intercepte le ballon lancé par le quart arrière des Ti-Cats et on termine cela avec un placement de Luca Congi. 25 à 25 maintenant.

On continue et on y va d'un autre touché de Rob Bagg sur une belle passe lancée par Durant. Ensuite les Ti-Cats essaient tant bien que mal de compter un touché et ainsi espérer égaliser le pointage, mais mal en pis pour eux, on intercepte leur ballon et on leur casse les reins. On gagne la partie et on se regarde les ongles… Pas beau à voir…]]>
0
Pourquoi pas Congi ???
Ouf ! Ça passé ! Les Stampeders n'en revenait tout simplement pas du tout d'en avoir laissé échappé une face à nos gars ! On est chanceux en titi car les Stampeders voulaient absolument nous battre pour nous montrer que c'était eux les plus forts dans la puissante division ouest de la ligue canadienne de football. Mais c'est nous qui les a battus, 43 à 37, tout en lançant le message suivant au travers de la ligue que, oui les Stampeders, pouvaient se faire battre ! ]]>
2010-09-20 06:39:45.0 https://fransaskois.info/pourquoi-pas-congi-t4973.html oppaquet.t4973 opTexte
Finalement, on a remporté la partie en prolongation par la marque de 43 à 37. Ce qui était sans doute le plus important. Ouf !

Mais que s'est-il passé pour qu'on en arrive à ce pointage ? Revoyons ça ensemble !

Dans notre première possession du ballon par notre équipe, notre quart arrière se fait intercepter une passe et le joueur du Calgary s'en va galoper dans la zone des buts. Ça vociférait autour de nous dans les estrades. On revoyait en mémoire la partie de la semaine passée à Winnipeg. Donc, 7 à 0 pour Calgary. La doudoune, on a besoin d'une victoire ce soir ! Allez ! On se fait aller les savates s'il vous plaît !!! Puis, on ne fait rien qui vaille et avec moins de deux minutes à faire au premier quart, les Stampeders menaient 10 à 0. Ils avaient réussi un placement avec moins d'une minute et vingt secondes à faire dans le premier quart. Je vous dis que ça frottait le huard à l'effigie de la doudoune verte sur un méchant temps ! Croyez-moi mes amis ! Les lampions brûlaient à la paroisse pour aider à nos gars.

Enfin. Au début du deuxième quart, notre botteur de dégagement, Eddie Johnson, y allait d'un long botté qui allait choir dans la zone des buts du Calgary. On marque un point. En espérant que celui-ci ( le point ) ne sera pas le seul de la partie pour nous ! Deux séries de jeu plus tard, WOW ! Wes Cates y va d'un touché avec une formation de style Wildcat de notre offensive, ce qui veut dire que la remise du ballon par le centre offensif est envoyée directement dans les mains du porteur de ballon au lieu que ce soit le quart arrière qui reçoit le ballon. On voit ça souvent au football universitaire américain. Donc, touché pour Wes Cates, son douzième de l'année. 10 à 8 pour Calgary.

Ensuite on se réveille et on assiste à une superbe passe lancée en direction de Weston Dressler et celui-ci y va d'un beau touché sur une belle course de 77 verges. Darian Durant a fait mouche et c'était le premier touché par la passe de nos Riders depuis des lunes. Eddie Johnson y a d'un long botté d'envoi de 93 verges et Calgary doit concéder un point. Puis, Calgary ne se laisse pas intimider et y allait d'un touché par notre ancien quart arrière substitut, Drew Tate. Calgary mène 17 à 16. Avant d'aller se réchauffer et d'aller au café, Calgary y allait d'un botté de placement. La marque à la mi-temps était de 20 à 16. À présent, pas pire du tout comme partie de football …

En revenant de la demie, le réginois Jason Clermont y va d'une belle réception de 35 verges, Enfin… et celui-ci s'arrête à la ligne de 30 verges dans la zone du Calgary. Puis après, Hugh Charles y va d'un superbe touché de 30 verges et comme la coutume le veut, celui-ci y va d'une pirouette par arrière afin de souligner son touché. Batêche ! On n'est pas fini, au contraire, on mène par la marque de 23 à 20 vers la fin du troisième quart.

Mais il ne faut jamais rien prendre pour acquis et les Stampeders ne lâchent pas et y vont d'un touché avec moins d'une minute à faire dans le 3e quart. Pointage Calgary 27 Nous autres 23.

Puis au 4e quart, Luca Congi y va d'un placement de 18 verges et on est encore dans le match. C'est ce que j'ai aimé pendant cette partie, notre équipe n'a jamais abandonné devant l'adversaire. 27 à 26 pour les Stampeders. Ce n'est pas terminé et Joffrey Reynolds y va d'un touché et ensuite Calgary met plus de points au tableau indicateur avec un placement. Donc, avec un peu moins de 6 minutes à faire dans le match, les Rouges ont l'avance 37 à 26. Mais ce n'est pas terminé, au contraire, Andy Fantuz y va d'un beau touché en captant un ballon lancé avec précision par le bras de maître du quart Durant. Puis, les Verts réussissent un converti de 2 points. WOW ! 37 à 34 pour les Rouges avec moins de 2 minutes à faire. Notre défensive joue du vrai football et réussi à contenir l'offensive des Stampeders par la suite. On réussi à prendre le ballon et on avance jusqu'à la ligne de 37 verges dans le territoire du Calgary. Luca Forza Congi botte le ballon entre les 2 poteaux et incroyable ! 37 à 37… avec 2 minutes à faire dans le match ! On n'est pas encore sortie de la partie.

Pour terminer le tout, on réussi à garder Calgary hors de notre zone payante et on reprend le ballon. On avance jusqu'à leur ligne de 28 verges. On envoie notre Forza Luca afin de terminer le match ! Mais ici, ça se gâte. On s'aperçoit qu'il y a une certaine confusion sur le terrain, au lieu de l'unité de placement, on voit rentrer l'unité des bottés de dégagement avec le botteur Eddie Johnston. On ne parle pas dans le stade, on se demande quelle mouche a piqué l'entraîneur en chef, M. Miller. On se pince pour ne pas rêver et oui, c'est bien un botté de dégagement que notre équipe va tenter de faire afin d'y aller avec un point et ainsi gagner la partie. Sauf que le botté d'Eddie Johnson ira choir dans les bras du joueur du Calgary et celui-ci réussira à sortir en toute hâte de sa zone payante. 37 à 37 et on s'en va en prolongation. On se regarde dans les gradins et on se pose milles questions sur la dernière décision de l'entraîneur en chef.

Pour ma part, je trouve cela malheureux pour notre Luca national. Celui-ci était encore tout chaud d'avoir réussi un beau placement de 44 verges voilà deux minutes. Pourquoi pas Luca Congi !!! Pourquoi ne pas l'avoir envoyé pour un placement de 35 verges et ainsi sceller la victoire pour notre équipe ? Quelle honte ! Quel manque de confiance de l'entraîneur vis-à-vis Luca Congi ! J'arrête car je suis en train de faire ici une montée de lait et ce n'est pas bon pour la pression… Le toubib l'a dit lors de ma dernière visite médicale.

Qu'importe, l'entraîneur a décidé d'y aller avec Eddie Johnson qui était sans doute frigorifié sur les lignes de côté et on voulait un botté de dégagement d'environ 60 verges et espérer que le ballon sorte des lignes du fond de la zone et remporté la partie par un point de plus que Calgary. On ne comprend pas encore la décision et on va s'en rappeler pour un Môsus de bon bout de temps.

Finalement, on a réussi à arracher la victoire en surtemps, encore une fois, par un beau touché en formation Wildcat ( Voir plus haut dans le texte pour une description de cette formation excitante ) de Wes Cates. Puis, Calgary reprend le ballon et tente à leur tour de compter. Peine perdue et c'est la fin de la partie. Remporté par la marque de 43 à 37. On est contents mais on se questionne encore la décision du botté de dégagement dans l'auto en revenant à la chaumière.

Ils ont le don de se compliquer la vie nos gars… Mettez-en !!! Et bonyenne …]]>
0
Fais dodo Colin mon petit frère …
En effet, lorsqu'on mentionne qu'il n'y a rien qui fonctionnait, il n'y a rien qui fonctionnait. Bon ! Est-ce qu'il faut se choquer… ]]>
2010-09-13 21:32:31.0 https://fransaskois.info/fais-dodo-colin-mon-petit-frere-t4950.html oppaquet.t4950 opTexte
On prend le ballon à notre ligne de 37 verges et à notre ligne de 48 verges on doit dégager. Déjà, ça ne sentait pas bon !!! Ensuite les Blue Bombers prennent le ballon à ligne de 44 verges et quelques jeux plus tard, ils marquaient un touché. Paniquons pas encore mes amis ! Sauf que cela s'est produit en dedans de 6 minutes au début du premier quart.

Ensuite les Blue Bombers font un botté d'envoi et notre homme de confiance, Dominique Dorsey, est aveuglé par le soleil et celui-ci échappe le ballon ! Paniquons pas ! Paniquons pas ! Et les Bombers reprennent l'objet à la ligne de 38 verges des RoughRiders. Ouf ! Ça se termine par un botté de placement de Justin Palardy. Déjà, c'est 10 à 0 pour eux autres. Fin du premier quart. La journée va être longue. C'est juste une intuition !

On commence le deuxième quart. Fred Reid galope 61 verges pour un autre touché. Paniquons pas tout de suite ! Paniquons pas tout de suite ! Fred Reid, oui, c'est le même joueur qui a compté le premier touché de la partie !

Ensuite, notre botteur de dégagement, Eddie Johnson, envoie le ballon par-dessus le stade et nous donne un point. WOW ! Un point… pour nous !

Puis, on reprend le ballon et notre quart, Darian Durant, laisse aller le ballon dans les mains d'un joueur des Bombers. Paniquons pas tout de suite ! Paniquons pas tout de suite ! C'est juste 24 à 1 pour eux autres avant d'aller au petit coin et prendre un café et ce, en marmonnant des mots pas très gentils. Bien non ! Je ne suis pas fâché ! Je suis juste abasourdi devant le manque d'émotion et de passion de mes préférés.

Bon ! On commence le 3e quart et on sait que notre doudoune va se retrousser les manches et se remettre au travail. Comme je l'ai mentionné, on ne panique pas encore !

Finalement, vu qu'on n'était pas capable de rien faire, on décide d'envoyer Luca Congi pour un botté de placement et celui-ci le rate et ça nous donne un point. Quand ça va mal …

Puis, on début du quatrième quart, notre ancien quart arrière substitut, Steven Jyles, qui revêt maintenant l'uniforme de l'ennemi, y va d'une belle passe de 40 verges à Chris Davis et porte le compte à 31 à 2 pour les Bombers. Oui il faut paniquer car là on est fâché et on n'est pas content du tout… Quel spectacle dégradant de la part de nos préférés. Déjà, on a peur pour eux autres vendredi soir prochain contre Calgary. Ça ne sera pas du gâteau ! Oh que non mes amis.

Pendant la partie, j'ai eu une petite pensée pour notre joueur préféré, Chris Szarka. En effet, lors d'une course pour s'éviter de se faire planter, notre quart arrière, Darian Durant, a lancé le ballon dans les airs et Chris se trouvait par là. Celui-ci a capté le ballon et lorsqu'il s'est retourné, il s'est fait frapper par un train de joueur qui s'en venait à pleine vapeur. Pauvre Chris, il est resté étendu au sol pendant de longues minutes. Genre de contact où le joueur défensif pourrait lui chanter Fais dodo Colin mon petit frère … Le receveur de passes était étendu et sonné au sol. Finalement, Chris s'est relevé et est allé au banc. Apporte les pilules contre le mal de tête Maurice…Ouf ! J'en ai de besoin…

Finalement, on va sortir notre pièce de huard à l'effigie des RoughRiders et on est mieux de la frotter cette semaine en passant à la partie de vendredi soir. Oh ! Que je n'ai pas hâte et c'est pas des farces…

Allez ! Allons à la paroisse allumer un lampion…]]>
0
Roughriders : maintenant …
Ici à Regina, les pauvres Blue Bombers ont perdu, mais je dirais avec une certaine dignité. En fait, ils ont surpris les Roughriders par leur jeu tenace, mais en bout de ligne ce qui comptait était les 2 points de la victoire qui permettait à la doudoune de poursuivre les Stampeders de Calgary au classement de la division ouest de la ligue canadienne de football.]]>
2010-09-06 22:34:46.0 https://fransaskois.info/roughriders-maintenant-t4908.html oppaquet.t4908 opTexte Maintenant… Que fait-on pour les Roughriders? Ce n'est pas compliqué. Dimanche, on s'en va à Winnipeg pour défaire les Blue Bombers dans le classique Banjo Bowl. Ensuite, on revient à Regina le vendredi soir 17 septembre pour vaincre les Stampeders de Calgary et voilà! On reprend la première position de la division ouest. Facile hein! Pas compliqué du tout! Vous savez quoi mes amis! C'est possible pour notre doudoune sauf qu'il faudra mieux parfaire notre football de base, c'est-à-dire, lancer, recevoir, plaquer et compter des points…

Disons que la dernière partie contre les Blue Bombers n'a pas été, parfois, du gâteau! Mettons! On en arrachait par bout! Allez! Assez jasé et on revoit ça ensemble!

Encore une fois, la sainte doudoune verte sacrée revêtait leur bel uniforme des années soixante-dix. Pour une nième fois, c'était salle comble, mais il y avait beaucoup de partisans des Blue Bombers, car ça criait à tue-tête lorsque ceux-ci faisaient un beau jeu.

On commence avec le ballon et on ne fait rien qui vaille. On envoie notre botteur de dégagement, Eddie Johnson, dans la mêlée et catapulte la calebasse dans le fin fond de la zone des buts et hop! On a un point au tableau indicateur. Puis, on reprend le ballon après que Winnipeg n'ait rien fait avec et on termine notre séquence avec un placement de Luca Congi. 4 à 0 pour nous autres. En passant, c'était le 160e placement de Congi avec la doudoune verte. Ensuite, les Blue Bombers terminent le premier quart avec un placement. Donc. 4 à 3 pour les Roughriders.

Ça pourrait être mieux! En tous les cas, pas grands choses à se mettre sous la dent en terme de football au premier quart sauf un jeu spectaculaire du Winnipeg au milieu du premier quart. Le quart arrière reçoit le ballon et ensuite le remet à son porteur de ballon qui file vers le côté. Celui-ci le remet à un de ses receveurs de passe qui revient le donner au quart arrière qui lui agissait comme un touriste regardant l'action se développée et ensuite le quart arrière y va d'une longue passe qui atteint Adarius Bowman ( en passant, ce joueur jouait pour nous autres auparavant et avait l'habitude de ne pas attraper les ballons qu'on lui lançait…) et celui-ci file vers la zone payante avant de se faire sauter dessus, une chance, par notre maraudeur qui veillait au grain.

M. Miller, on veut plus de jeux à l'emporte-pièce comme ça pendant les parties, car parfois notre doudoune joue du football ennuyant, conservateur, et ce, souvent… ( Hum! Hum! Faudra regarder plus de parties de football universitaire américain… Pas de farce! )

Puis, finalement au début du 2e quart, James Patrick intercepte le ballon du quart arrière de Winnipeg, Buck Pierce, qui est très bon par hasard lorsqu'il n'est pas blessé. Finalement, ça se termine d'un touché de notre Wes Cates. Puis, les Bombers ont fait deux autres placements si bien qu'on arrive à la fin du deuxième quart avec un pointage serré de 11 à 9 pour les Riders. Pas vraiment le crémage qu'on anticipait…

On va prendre le café et au retour pour le troisième quart, Winnipeg reprend le ballon et s'organise pour un placement, mais le rate et ça leur donne un point. 11 à 10. Oh! Oh! Mais heureusement, lors d'une possession de ballon du Winnipeg, le quart Buck Pierce se fait serrer les ouïes et laisse choir au sol la calebasse. Notre joueur de ligne secondaire, Barrin Simpson, ramasse le ballon et le remet pour notre offensive. Ça se termine avec le deuxième touché de la partie de notre porteur de ballon, Wes Cates, qui en passant est le meneur de la ligue canadienne avec 11 touchés en 9 rencontres. WOW! Pas pire pour un gentil garçon qui était pompiste dans sa Pennsylvanie natale voilà quelques années auparavant. 18 à 10 Saskatchewan.

Puis lors d'un botté de dégagement des Blue Bombers, notre spécialiste de retour de botter de dégagement, Dominique Dorsey, échappe le ballon, et celui-ci est repris par l'adversaire qui compteront un touché quelques jeux plus tard. 18 à 17 maintenant pour les Riders.

Puis au dernier quart, notre quart arrière, Darian Durant, y allait d'une belle course de 11 verges en plein milieu du terrain et alla porter l'objet de convoitise dans la zone payante. Ça faisait 25 à 17. Eddie Johnson, notre spécialiste des très longs bottés y allait de 2 simples avec des longs bottés soit d'envoi ou bien de dégagement. Très belle acquisition pour notre doudoune que ce Johnson…

Pour terminer, les Bombers ont compté un touché dans les derniers instants de la partie pour finaliser le pointage par la marque de 27 à 23.

Ça m'inquiète un peu pour la prochaine partie à Winnipeg. Il nous faudra une victoire convaincante afin de montrer à Calgary qu'on les attend de pied ferme sinon ça risque de déraper pour nous autres.

Soyons positifs amis partisans et envisageons le scénario du début de l'article. Premier dans la division ouest le soir du vendredi 17 septembre. Juré, promis…]]>
0
S'arranger pour perdre Samedi soir dernier, on est planté devant la boîte noire, les ailes de poulet sont cuites, on demande aux petits d'être tranquilles et puis là ça commence ! On est content car on sait qu'on va battre à plates coutures les Eskimos d'Edmonton car rien ne va plus pour cette équipe malheureuse. Finalement, après trois heures, on ferme la boîte et on va se coucher en Mosus … 2010-09-01 06:54:30.0 https://fransaskois.info/s-arranger-pour-perdre-t4896.html oppaquet.t4896 opTexte
Et oui mes amis ! On a laissé filer cette partie importante entre nos doigts par la marque de 17 à 14. Pourtant, une victoire nous aurait assuré de talonner les Stampeders de Calgary pour l'obtention du premier rang dans la division ouest de la ligue canadienne de football. Assez de ronchonner et allons voir ensemble ce qui s'est passé !!! Et Bonyenne !!!

On commence la partie avec le ballon et notre quart arrière, Darian Durant, se fait intercepter par son ancien coéquipier, Maurice Lloyd. Celui-ci rapporte l'objet de convoitise à la ligne de 29 verges des Eskimos. Mal en prit pour eux car un de nos joueurs, Lance Patrick, capte le ballon lancé par leur vétéran quart arrière de 8 saisons avec les Eskimos, Ricky Ray. Lance Patrick file à toute vitesse vers la zone des buts et le pointage est de 7 à 0 pour la sainte doudoune verte. Déjà dans les chaumières de la Saskatchewan, on se dit que ça ne sera pas beau à Edmonton, on parle peut-être d'un massacre, d'une bonne taloche, etc … etc … Ce touché est arrivé dans les 5 premières minutes de la partie et c'est pour ça qu'au football, tout se joue jusqu'à la dernière seconde. Qu'on se le dise une fois pour toute mes amis…

Puis, ce n'est pas fini cette histoire-là. Vers la fin du premier quart, notre ami porteur de ballon, Wes Cates y va d'une belle course de 10 verges et va célébrer son 9e touché de la saison dans la zone payante. Ah ben là ! On vient de leur en mettre une dans le casque. Quand on y pense , ça sera les seuls points que nous compterons dans cette partie, qu'on a perdu en passant, puis-je vous le répéter ! Je n'en reviens pas encore…

Au 2e quart, notre botteur de dégagement se fait bloquer un botté et Jason barnes des Eskimos part à la file épouvante vers la zone payante des RoughRiders mais celui-ci est rattrapé par le réginois, Stu Foord, à la ligne de 7 verges. Mais qu'importe, un jeu plus tard le quart arrière substitut des Eskimos, Jared Zabransky lance le ballon au dangereux Arkee Witlock qui passe la ligne des buts. 14 à 7 pour nous autres.

Ensuite, Lance Patrick, y va d'une deuxième interception et remonte le ballon, mais ses efforts furent vaincs car notre quart étoile, Darian Durant, échappa le ballon et les Eskimos reprenaient à notre ligne de 7 verges. Oh ! Oh !

Mais ouf ! Les Eskimos ne comptèrent pas. Pfiou ! Et puis, juste avant d'aller au vestiaire afin de boire de la potion magique, les Roughriders étaient punis pour avoir eu un joueur de trop sur le terrain. Coutdonc ! Les entraîneurs devront y voir car ça commence à être fatiguant de se mériter une telle punition surtout que ça nous avait coûté la Cou…. On ne reviendra pas là-dessus mes amis !!!

Lors du retour du vestiaire de notre sainte doudoune, Lance Patrick y va d'une troisième interception de la partie, mais malheureusement, on n'a pas été capable de comptabiliser avec un majeur.

Finalement, le botteur de placement, Noël Préfontaine, bien non, il n'est pas né le 25 décembre, mais bien le 23 … y va d'un placement de 14 verges vers la fin du troisième quart. Pointage 14 à 10 pour nous autres. Et puis, Préfontaine dégage le ballon dans la zone des buts et les Roughriders accorde un simple. 14 à 11 pour nous autres.

Arriva ce qui devait arriver. Darian Durant se fait intercepter et Noël Préfontaine y allait d'un beau placement de 51 verges qui égalisait la marque à 14 à 14. Puis, Préfontaine y allait d'un autre placement de 37 verges avec 37 secondes à jouer et c'en était fait de nos Riders… Ceux-ci étaient complètement amorphes dans la deuxième demie. Aucun point de mis au tableau indicateur…

En tous les cas, on ne se rappellera pas de cette partie mais on va se souvenir qu'on a laissé passer une belle opportunité d'aller chercher Calgary…]]>
0
Je m'excuse M. Miller. Je ne recommencerai plus, promis, juré, craché
C'était bien de se reprendre au vieux stade mythique contre les Lions de l'entraîneur mal-aimé des partisans de la doudoune verte, M. Wally Buono. Pauvre lui, les 30,098 spectateurs ont scandé son nom tout au long de la rencontre. Il doit se réveiller encore pendant la nuit avec des sueurs froides suite à cette déconfiture de son équipe qu'il dirige depuis les huit dernières années.]]>
2010-08-16 21:12:40.0 https://fransaskois.info/je-m-excuse-m-miller-je-ne-recommencerai-plus-promis-jure-crache-t4865.html oppaquet.t4865 opTexte
Les Lions ont commencé avec le ballon et se sont rendus jusqu'à la ligne de 17 verges des Verts. Un de nos gros garçons de la ligne défensive, Jerrell Freeman, passait au travers des gros joueurs de ligne offensive des Lions et allait brasser le petit change dans les poches du quart arrière des Lions, Jarious Jackson. Tout cela s'est terminé par un placement de Paul McCallum des Lions qui en passant, est notre ancien botteur de placement, et qui a joué pendant 10 ans avec nous et détient le record du plus long placement dans la ligue canadienne. Un placement de 62 verges qui fut enregistré contre les Eskimos d'Edmonton dans une victoire de 12 à 3 au Taylor Field en 2006. Il fut aidé d'un Mosus de bon vent dans le dos, mettons !!! En tous les cas, vous l'aurez lu ici.

Ensuite on prend le ballon et on ne fait rien qui vaille. Les Lions reprennent l'objet en cuir et se font intercepter par Lance Frazier, un de nos gars puis celui-ci part en peur vers la zone des Lions. Il se fait arrêter à la porte des buts des Lions. Ensuite notre porteur de ballon, Wes Cates, y va pour un de ses deux touchés de la partie sur une belle course de trois verges. Pointage de 7 à 3 pour la sainte doudoune verte. Puis quelques minutes plus tard, Paul McCallum y va d'un autre placement pour les Lions et on termine le premièr quart par la marque de 7 à 6 pour nous autres.

Puis, au deuxième quart, notre quart arrière, Darian Durant, qui commence à impressionner de plus en plus, y va d'un touché sur une belle course de neuf verges. Lui aussi comptera deux touchés dans cette partie. Je remarquai que lorsque notre quart arrière court avec le ballon, il est très agile et en plus, il a la grosseur d'un porteur de ballon, soit être gros et fort. Un plus pour notre équipe.

Puis les Lions reprennent le ballon et encore une fois, Jerrell Freeman retourne brasser le petit change dans les poches du quart des Lions. Ceux-ci doivent se débarrasser du ballon à notre avantage. Ensuite avec 29 secondes au cadran avant d'aller se désaltérer dans la chambre, notre ami Wes cates y va d'un autre touché sur une course d'une verge. Son huitième touché en sept parties cette saison, lui qui en avait compté sept pendant toute la saison l'an dernier. On attendait beaucoup de lui pour cette saison et celui-ci nous en met plein la vue. Bravo Wes Cates.

En revenant de la pause de la demie, le porteur de ballon des Lions, Yonus Davis, y va d'une superbe de belle course de la ligne de 51 verges des Roughriders. Celui-ci a vraiment semé tous les joueurs des Verts sur terrain. Sachons apprécier du beau football mes amis. Bravo pour votre touché M. Davis.

Puis, Darian Durant, se déguisant, encore une fois, en porteur de ballon, y allait pour son deuxième touché de la partie avec une course de 8 verges et on commençait à clouer le cercueil de Lions avec le pointage en notre faveur de 30 à 13.

Ensuite au quatrième quart, le receveur de passes réginois des Verts, Chris Getzlaf, donnait une taloche à un joueur des Lions sur les lignes de côté. Celui-ci se ramassait avec une punition de rudesse.

Sans doute a-t-il dit à l'entraîneur en chef, M. Miller, qu'il s'excusait de son geste et qu'il ne recommencerait plus, promis, juré, craché… Et qu'il voulait se reprendre avec deux belles passes dirigées vers lui. Une de ses belles passes fut très bien captée et Chris Getzlaf y allait de son premier touché de la saison.

Puis, Jerrell Freeman, encore lui, allait brasser pour la troisième fois de la partie le petit change, s'il en restait encore dans les poches du quart arrière, Jarious Jakson, des Lions.

À partir de ce moment, cela cloua au complet le cercueil des Lions par le compte de 37 à 13.

Notre sainte doudoune verte partait en vacances avec une belle victoire bien acquise devant une équipe qui se cherche depuis le début de l'année. Quelque chose me dit que lors de la prochaine défaite des Lions, quelqu'un, quelque part, paiera pour les erreurs accumulées de cette équipe, depuis le début de la saison.

La prochaine partie de nos Verts sera le samedi 28 août prochain à Edmonton devant une autre équipe qui s'est égarée à l'horizon. Tant pis pour eux et tant mieux pour nous !!!

En passant, lors de la partie contre les Lions, nous n'avons pas eu recours aux soigneurs de notre équipe pour nos joueurs et ça fait déjà quelques parties que nous sommes chanceux avec les blessures.

Attaboy la sainte doudoune verte ! Et on a hâte à la prochaine partie …]]>
0
Du coeur, du coeur, du coeur et encore du coeur...
Plus de photos: www.flickr.com/photos/51189547@N07/sets/72157624301332879]]>
2010-07-05 07:20:11.0 https://fransaskois.info/du-coeur-du-coeur-du-coeur-et-encore-du-coeur-t4775.html oppaquet.t4775 opTexte
Qu'est-ce qui s'est passé exactement ? Il s'est passé qu'il faisait chaud en Bâtêche lors de cette soirée de football et que les champions en titre de la célèbre coupe Grey étaient nul autre que les Alouettes de Montréal. On l'a voulait cette partie.

Lors du premier jeu de la partie, le très bon quart arrière des Alouettes, Anthony Calvillo, envoyait la calebasse en plein dans l'estomac de son receveur. Vous savez qu'un quart arrière envoie toujours le ballon le plus fort qu'il peut car si son receveur n'attrape pas le ballon et bien on se dit que son couvreur ne l'attrapera pas lui aussi ! Donc, le receveur ne pouvait donc pas contenir la passe et celui-ci laissa tomber l'objet. On reprenait le ballon au 35 des Alouettes. Ça commençait bien et on se disait, trop vite comme d'habitude, que c'était dans la poche pour notre sainte doudoune verte sacrée. Bien mal en pis pour nous ! On réussissait seulement qu'un botté de placement de notre Lucas ( Forza ) Congi. Quelques jeux plus tard, les Alouettes menaient 14 à 3 et on en était qu'au premier quart. Eh ! Messieurs ! Ça va être une longue veillée… Oh Boy !

Pourtant on revient au début du 2e quart et on peut voir une lueur d'espoir au bout du terrain avec un beau touché de notre quart arrière, Darian Durant, qui filait vers la zone payante des Alouettes.

Eux Autres 14 Sainte doudoune verte sacrée 10

Ensuite, on a vu du grand Calvillo pour le côté des Alouettes se mettre à l'œuvre. Calvillo, c'est le quart d'expérience des Moineaux. Il a réussi 11 en 11. C'est quoi ça ? Ça , c'est 11 passes d'attrapées en 11 passes lancées. Quel un quart arrière ? Je le regardais lancer le ballon en prenant tout son temps, même que je crois qu'il aurait pu aller se chercher une tasse de café sur les lignes de côtés tellement il était à l'aise et surtout qu'il avait tout le temps au monde pour repérer ses receveurs et de décocher sa passe. Pas comme notre quart arrière Darian Durant qui lui, courait en direction est-ouest sur le terrain afin de se protéger contre l'attaque des joueurs de ligne défensifs des Alouettes. Ah oui ! Calvillo a 39 ans bien sonné. Juste pour votre information…

Ensuite, pas grand chose pour Nous Autres. Si bien qu'au milieu du 3e quart, le pointage était de 33 à 12 pour les Moineaux après que ceux-ci nous aient retourné un botté de placement manqué de notre part bon pour un touché. Une belle course de 117 verges vers notre zone payante de la recrue Tim Maypray. Bon ! On s'en va-tu à la maison, avant d'être poigné dans le trafic et payer la gardienne…

Eh bien que non ! Car quelques jeux plus tard, Darian Durant, qui avait passé la soirée à regarder avec émerveillement le doigté d'expérience d'Anthony Calvillo, décidait lui aussi de jouer dans la même cour que M. Calvillo. En effet, Darian Durant faisait mouche ave une belle passe de 43 verges à Préchae Rodriguez. On était encore dans la partie. Dans la même veine, Darian Durant refaisait mouche avec une longue passe de 87 verges au receveur canadien Rob Bagg, et ce, une minute avant la fin du 3e quart. Là ! On était en carriole mes amis partisans. 33 à 26 pour les Méchants Moineaux. On n'ira pas payer la gardienne tout de suite. On va rester pour le dernier 15 minutes.

Puis au 4e quart, ça débouché sur un méchant temps ! Wes Cates, notre porteur de ballon y va d'un touché sur une course de 10 verges.

Je vous le dis mes amis. Avec notre sainte doudoune verte sacrée. Que du cœur, du cœur, du cœur et encore du cœur… On n'abandonne pas, jamais…

Incroyable !!! 33 à 33

Mais à environ 3 minutes avant la fin de la partie, Avon Cobourne des Alouettes y va d'un touché. Bâtèche ! 40 à 33. Mosus !!! Quel gâcheux de party ce Cobourne !!! Mais on reprend le ballon à notre ligne de 10 verges après le botté d'envoi d'après touché des Alouettes. 90 verges plus tard, notre receveur Andy Fantuz attrapait le ballon dans la zone payante mais était transporté de façon manu militari par le défenseur des Alouettes hors de la zone de touché. Les juges de ligne n'ont pas levé les bras en signe de touché. Confusion totale. Les joueurs et les partisans regardent la reprise vidéo sur le grand écran et on voit bien qu'en effet le touché est bon. L'arbitre en chef demande conseil à ses supérieurs à Toronto et après une attente de quelques minutes. Touché accordé. Ouf ! Pour l'arbitre… Le botté d'après touché est réussi. Fin de la partie 40 à 40. Un immense merci aux reprises vidéos en passant…
Que du cœur, du cœur, du coeur et encore du cœur pour nos joueurs… On en revient tout simplement pas. La gardienne devra attendre…

On s'en va en prolongation. Imaginez première partie de la saison dans la ligue et on s'en va dans le surtemps afin de trouver un maître. On commence et on marque un touché. 48 à 40 pour Nous Autres. Ensuite les Alouettes font une passe, celle-ci est considérée comme étant incomplète. Donc on remporte la partie… Eh bien ! Non !!! Car imaginez-vous que nous avons une punition. L'arbitre en chef se tape la casquette avec ses 2 mains. Cette punition indique trop de joueurs sur le terrain pour notre doudoune. On n'en revient tout simplement pas. Quelle mise en scène ? Même Hollywood n'aurait pas pensé à cela. On se revoyait à la coupe Grey de l'an dernier. Le stade est silencieux… Plutôt les partisans… Incroyable ! Les Moineaux reprennent le ballon et font un touché. 48 à 46. Transformation de 2 points réussis. 48 à 48. Coutdonc !!! Ça vas-tu se terminer…

Ensuite les Alouettes réussissent à s'inscrire au tableau indicateur avec un placement de Damon Duval. 51 à 48. C'est à notre tour maintenant. Dressler, notre petit receveur de passe y va avec 2 réceptions et on remporte la victoire. Eh ! Qu'on est content, heureux, joyeux… Bref, mettez-en des synonymes de joie… Bon là ! On s'en va payer la gardienne… Ça commence bien la saison…]]>
0
Les notes ne seront pas fortes dans le bulletin...
Nos garçons l'ont perdu. Puis d'aplomb à part de ça. Calgary 41 Nous autres 17. Bâtèche… Est-ce qu'on a même joué au football ? Ou bien ne voulions-nous pas se faire évaluer ? Voyez-vous, les parties d'avant saison servent à l'entraîneur Miller et ses adjoints d'évaluer les ouailles afin d'avoir une équipe de 46 joueurs pour jeudi le 24 juin à 13h selon les recommandations de la ligue canadienne de football. ]]>
2010-06-22 18:00:48.0 https://fransaskois.info/les-notes-ne-seront-pas-fortes-dans-le-bulletin-t4712.html oppaquet.t4712 opTexte
Les notes ne seront pas fortes dans le bulletin cette semaine.

Il n'y a pas eu beaucoup de peintures d'écaillées sur les casques des verts dans cette dernière partie… Remarquez que c'était la même chose l'an dernier. Nos verts avaient perdu les deux premières joutes d'avant saison et on connaît la saison qui avait suivie. N'ayons crainte... pour tout de suite... On se croise les doigts jusqu'à la première partie...

Bref, que s'est-il passé dans cette joute ? À vrai dire, pas grand chose ! De plus, j'ai écouté cette partie à la radio comme dans les années d'avant la boîte noire. Aujourd'hui, on regarde les parties à la télévision et on ne se complique pas le cerveau en voyant les images tandis qu'à la radio, on imagine l'endroit où nous sommes sur le terrain ! Qui a la calebasse ? Qui vient de se faire mettre un coup de boule dans la tronche ?

Au début de la partie, les Verts prennent le ballon et ne font rien du tout. Calgary ramasse l'objet et s'en va vers la zone payante. Les verts en font de même avec un touché du gros porteur de ballon Wes Cates. Un petit conseil pour M. Cates, cette année : Ça passe ou bien ça casse pour être officiellement le porteur de l'objet précieux pour notre équipe que je surnomme avec affection, la sainte doudoune verte. C'est beau non !

Ensuite ça s'est arrêté là ! Puis plus rien qui ne fonctionnait pour la doudoune verte. Je vais vous épargner le cauchemar. Même l'entraîneur en chef, M. Miller, a affirmé qu'après la joute, qui s'est déroulée à sens unique pour les Stampeders, qu'il était pour revoir le film de la partie et essayer de trouver des étincelles qui auraient pu provoquer de l'excitation pour les partisans des Verts qui remplissaient comme d'habitude le stade des Stampeders.

Malheureusement pour lui et ses acolytes, ils n'ont pas trouver beaucoup d'étincelles qu'à part celles qui illuminaient le ciel de Calgary lorsque ceux-ci réussissaient des touchés contre Nous Autres.

Bon. Assez de lamentations. Passons aux choses sérieuses maintenant. Mettons l'équipe de 46 joueurs sur pied et commençons à jouer au football et ce, immédiatement car les Méchants Moineaux de Montréal seront chez-nous le jeudi 1er juillet prochain au vieux stade mythique.

Déchirons ce bulletin et on en recommence un autre où tous les joueurs doivent passer sans exception... Messieurs, pas d'échec...

Allez ! La sainte doudoune verte…]]>
0
Chris ! Hé que tu y as coupé le souffle mon homme !
Dinwiddie décoche sa passe. Lorsque Bagg reçoit le ballon dans le sac, il se met à galoper au grand galop vers la zone payante. Avant qu'il ne franchisse la zone des six points il voit venir vers lui à pleine vitesse un demi de coin des Lions. Le pauvre. Hamid Mahmoudi son nom. Une recrue qui a joué son football avec les Carabins de l'université de Montréal.

Plus de photos ici: www.flickr.com/photos/51189547@N07/sets/72157624285531102]]>
2010-06-15 21:21:00.0 https://fransaskois.info/chris-he-que-tu-y-as-coupe-le-souffle-mon-homme-t4687.html oppaquet.t4687 opTexte Chris ! Hé ! Que tu lui as coupé le souffle mon homme ! Le pauvre diable des Lions comme on dit dans le jargon s'est vite remis sur ses pieds en faisant semblant que tout allait bien. Il fut probablement la risée des joueurs des Riders lorsqu'il est retourné à son propre banc. Je suis correct M. Buono Non ! Non ! Je suis correct M. Buono… Eille ! passe-moi donc le masque à oxygène ! Hamid, mon homme ! Bienvenue dans la cour des grands !!!

Eh ! oui notre belle équipe en vert a perdu cette première rencontre d'avant saison par la marque de 19 à 17 contre l'équipe qu'on aime à détester. Les Lions de la Colombie-Britannique. Pas grave ! Ça ne veut rien dire pour moi cette défaite. Mais pour l'entraîneur en chef, M. Miller et ses acolytes, ça veut dire beaucoup car cette partie était un des tests finals que ceux-ci doivent donner aux joueurs recrues et à ceux qui veulent se tailler un poste de partant avec cette équipe qui, on l'espère, ira jusqu'aux grands honneurs au mois de novembre prochain.

Lorsqu'on joue une partie hors-concours comme ça, on envoie dans la mêlée différents joueurs. Les entraîneurs prennent des notes. Beaucoup de notes en fait. On a environ 73 joueurs sur le bord du terrain et cette semaine, certains joueurs recevront la mauvaise nouvelle de l'entraîneur en chef. Soit qu'ils profitent d'une autre semaine d'entraînement avec l'équipe. Soit qu'ils fassent leurs bagages et disent au revoir à leur propre rêve de continuer à jouer au football professionnel. On doit avoir un alignement de 46 joueurs pour la date fatidique du 24 juin prochain.

À partir de cette date, l'entraîneur et ses adjoints bâtissent un programme gagnant avec les joueurs qu'ils ont sous leur férule. Souvent pendant la saison lorsque l'équipe n'atteint pas les objectifs programmés par la direction, on regrette parfois d'avoir dit au revoir à certains joueurs talentueux.

Afin de revenir à cette partie, je retiens trois facettes importantes. La première fut le touché du receveur canadien Bagg avec l'aide du coéquipier Getzlaf.

Ensuite l'attrapée spectaculaire d'une main du réginois Stu Foord. Des attrapés comme ça, tu n'en vois pas souvent pendant la saison sinon jamais.

Ensuite le premier touché du receveur de passe réginois, Jason Clermont. La foule était émue car le pauvre Clermont n'a jamais réussi l'an dernier à jouer à sa mesure. Tandis qu'à cette partie il a réussi à compter deux touchés. Un des touchés fut rappelé à cause d'une punition.

En passant, il y avait une quinzaine de joueurs dans l'alignement des Roughriders qui provenaient de cette province où le football est une passion. Méchante passion en effet ! Pas pour dire ! On encourage le talent local et provincial et ça fait vendre des tickets de football. Envoye ! Mononcle, Matante … On s'en va au football pour voir jouer le p'tit !!!

Bref, une partie de football où il y avait de la confusion, des erreurs, des beaux jeux, beaucoup de passes, pas beaucoup de jeux au sol en passant. Il faisait beau soleil, aussi bien de jouer par la passe et essayer nos 4 hommes de mains (Voir ici quart arrière). En passant, j'ai bien aimé le dernier quart arrière, Kent Smith, un grand gentil garçon de 195 centimètres (6 pieds et 5 pouces Mettons...). Il n'a pas fait mouche souvent. 2 passes captées en 12 tentatives. Pas grave ! Mais quel bras mes amis, ses passes atterrissaient 10 verges en avant de ses receveurs. Depuis que je suis tout petit qu'on me répète de ne jamais arrêter de courir afin d'attraper une passe. Donc, les receveurs de passes, envoyez !

Soyons patients avec ce jeune quart arrière M. Miller... Ne le coupez pas immédiatement. Bref, gardez tous vos quarts arrières dans la formation !

Prochaine évaluation sera contre les Stampeders dimanche le 20 juin prochain.

Après on forme l'équipe pour le meilleur ou bien pour le pire !]]>
0
Les gars, serrez les pelles car l'hiver est bel et bien terminé… e camp d'entraînement de nos Roughriders, nous étions à 8h 30 du matin, environ entre 400 et 500 partisans au vieux stade Mosaïc à examiner, analyser, épier les moindres gestes de toutes les recrues et vétérans étant sur le terrain.

Pas de farces. Eille !!! Entre 400 et 500 partisans avec nos chandails verts. Au vieux stade Mosaïc pour la première séance de pratique. Il y aura une autre pratique vers 11 heures. À voir les partisans assis dans les estrades en métal, avec leur produit de torréfaction tenu entre leurs deux mains afin de les garder éveillés, on aurait dit un avant match de nos préférés. ]]>
2010-06-07 20:23:09.0 https://fransaskois.info/les-gars-serrez-les-pelles-car-l-hiver-est-bel-et-bien-termine-t4655.html oppaquet.t4655 opTexte Qu'est-ce qu'on l'aime ce sport en Saskatchewan, mes amis… !!!

C'est bien normal de voir ça ici dans les Prairies car nous avons deux saisons : l'hiver et les Roughriders. Donc les gars, serrez les pelles car l'hiver est bel et bien terminé… Bâtèche, on a du football !!!

Finalement, on aura de la belle saison jusqu'à la fin de novembre avec la présence de notre équipe préférée à la grande finale de la Coupe Grey, à Edmonton, dans la province à côté de nous autres en allant vers le Pacifique… ( pour les plus jeunes qui ne savent pas que c'est l'Alberta ).

Pour les deux prochaines semaines, environ 75 joueurs venus d'un peu partout en Amérique du Nord seront soumis à différentes évaluations afin que l'entraîneur en chef Miller, avec ses acolytes, puissent soumettre sur papier au bureau central de la ligue canadienne de football à Toronto, et ce, avant la date du 30 juin prochain, un alignement de 46 joueurs dont au moins la moitié de ces joueurs qui se doivent être de nationalité canadienne. On ne l'appelle pas la ligue canadienne de football pour rien mes amis….

Entre 400 et 500 partisans avec nos chandails verts
Le camp d'entraînement est très important car, pour les néophytes du football, il s'agit de trouver les meilleurs éléments ( Joueurs ) afin de faire progresser votre programme ( stratégies mises en place sur le terrain pour vaincre l'adversaire ) pour récolter la récolte ultime ( Le trophée de la célèbre coupe Grey ). Voyez comme si ce n'est pas compliqué à comprendre… Sauf que parfois ce n'est pas comme ça que ça se passe dans le merveilleux monde du football.

Donc le camp d'entraînement est officiellement commencé pour tous les joueurs et ceux-ci devront prouver qu'ils appartiennent à cette prestigieuse équipe qui par ailleurs fêtera son 100e anniversaire. Chapeau haut à cette belle équipe professionnelle de la Saskatchewan. La seule, en passant. 100 ans de sport professionnel, faut le faire mes amis !!! Je me demande, à part le Canadien de Montréal au hockey, s'il y a d'autres équipes professionnelles en Amérique du Nord qui ont réussi à passer cette belle marque prestigieuse de célébration. Restez à l'écoute chers partisans car il y aura différentes festivités tout au long de la saison afin de souligner ce bel événement de notre équipe chouchou !!!

Lorsque l'entraîneur en chef regroupe ses ouailles au milieu du terrain, il se pourrait fort bien qu'on y entende les messages suivants afin de motiver les joueurs autant recrues que vétérans.

  • Messieurs, vous devrez nous démontrer, à nous les entraîneurs, que vous voudrez vraiment mais vraiment faire partie de cette belle édition 2010 des Roughriders de la Saskatchewan, la meilleure franchise de la ligue canadienne de football.
  • Messieurs, sur ce terrain, vous n'avez pas vraiment d'autorité, donc fonctionnez s'il vous plaît en donnant l'exemple d'un meneur qui commence et termine ses jeux afin que tous ses compagnons puissent en profiter.
  • Messieurs, l'équipe en premier et laisser votre égoïsme à l'entrée du vestiaire.
  • Messieurs, soyez un modèle non pas seulement en joueur de football mais en personne humaine partout où vous vous retrouverez dans la société.
  • Messieurs, soyez confiants par toutes les occasions que vous provoquerez afin que cela sera bénéfique pour l'équipe des Roughriders de la Saskatchewan.

Logo - Roughriders
Ensuite, la phrase qui blesse l'orgueil de tous les joueurs : Messieurs, malheureusement pour tout ce que je viens de vous dire, certains d'entres vous pourront en jouir en participant avec l'équipe tandis que le reste devra retourner à la maison ou bien trouver d'autres occasions pour essayer avec d'autres clubs de football.

Car, voyez-vous, parmi les 75 joueurs qui sont au camp d'entraînement dont une quinzaine provenant de cette belle province folle de football et de ses Roughriders, il y aura des retranchements de joueurs. L'entraîneur en chef Miller et ses adjoints devront évaluer tous ces joueurs lors des deux prochaines parties d'avant saison et arriver au compte de 46 joueurs lors de la première partie contre les méchants Moineaux de Montréal le jeudi 1er juillet prochain au vieux stade Mosaïc. Un rendez-vous à ne pas manquer.

Bonne chance à tous les joueurs et je déclare officiellement l'hiver terminé. Allez ! Les Roughriders !!! On débute la première étape vers la longue marche qui mènera à la coupe Grey au mois de novembre.]]>
0
Ah Non ! L'hiver va commencer !!!
Logo - Roughriders
On a perdu. Oui ! On a perdu la coupe Grey. 28 à 27 pour les Alouettes.

Premièrement un immense merci à notre belle équipe des Roughriders de la Saskatchewan de nous avoir fait vibrer tout au long de la cette belle saison de football et ce, du début du camp d'entraînement au commencement du mois de juin jusqu'à cette dernière partie classique de la 97e coupe Grey. Bravo et encore une fois bravo et merci !]]>
2009-12-01 06:35:01.0 https://fransaskois.info/ah-non-l-hiver-va-commencer-t3799.html oppaquet.t3799 null opTexte e coupe Grey de notre équipe. On imagine que Jason n'avait pas encore vu les arbitres, sous les poteaux et au milieu du terrain, lancer leur mouchoir vers le ciel de Calgary.

Les amis, ces mouchoirs présageaient quelque chose qui était pour faire de la peine. Sans doute une immense peine.

Et est-ce qu'on en a eu de la peine !!!

Punition pour avoir eu un joueur de trop sur le terrain !

On voudrait plutôt blâmer l'entraîneur en chef, le joueur qui était de trop sur le terrain, l'entraîneur des spécialités, le porteur d'eau… On ne peut pas. On ne veut pas. Car on aime notre équipe et on va toujours l'aimer même dans les moments les plus difficiles. Point à la ligne.

C'est ça qui fait la différence entre nous autres et le reste des autres équipes de la belle ligue canadienne de football !!!

Mes amis partisans, je ne vous ferai pas revoir le film de cette partie car pourquoi se faire encore du mauvais sang. Mais ce qui est encore plus terrible est qu'en Saskatchewan, il y a 2 saisons. Les Roughriders et l'hiver. La saison qu'on aime est maintenant belle et bien terminée.

Ah Non ! L'hiver va commencer !!!

Un immense merci à toutes les personnes qui m'ont lu et je vous souhaite de belles fêtes.]]>
0
George, on s'en va à la coupe
Mes amis partisan, je reviens tout juste du vieux stade mythique et je souris en pensant à l'article que j'avais écrit le 27 août dernier où nos valeureux guerriers en avaient mangé toute une contre les méchants moineaux ( voir ici les Alouettes de Montréal ). À la fin de l'article, j'avais écrit ce qui suit : Je vous fais une prédiction, on va les revoir et vous savez où...
]]>
2009-11-23 22:49:43.0 https://fransaskois.info/george-on-s-en-va-a-la-coupe-t3760.html oppaquet.t3760 null opTexte

Roughriders contre Stampeders à Regina 2009 novembre 22 - finale de division ouest

Roughriders contre Stampeders à Regina 2009 novembre 22 - finale de division ouest

Roughriders contre Stampeders à Regina 2009 novembre 22 - finale de division ouest

Roughriders contre Stampeders à Regina 2009 novembre 22 - finale de division ouest

Roughriders contre Stampeders à Regina 2009 novembre 22 - finale de division ouest

Roughriders contre Stampeders à Regina 2009 novembre 22 - finale de division ouest

Roughriders contre Stampeders à Regina 2009 novembre 22 - finale de division ouest

Roughriders contre Stampeders à Regina 2009 novembre 22 - finale de division ouest

Roughriders contre Stampeders à Regina 2009 novembre 22 - finale de division ouest


Eh bien ! Mes amis fanatiques, c'est maintenant vrai et fait. Nos valeureux guerriers verts ont vaincu les pÔvres Stampeders de Calgary par le compte de 27 à 17 devant une foule en délire et heureuse. Heureuse dans le sens que ça faisait 33 ans que nous n'avions pas eu une finale de l'ouest ici même dans le vieux stade de Regina. Bonyenne ! Même le doyen de l'équipe et membre de l'équipe d'étoile de la division ouest de cette année, Gene Makowsky, avait 3 ans lorsque les Verts avaient réussi l'exploit que de présenter une finale de division à Regina.

Il faisait beau au vieux stade et tout était en place pour une excellente partie de football. On est chanceux. De la belle température automnale en plein fin de mois de novembre !

Nous sommes qu'à 60 minutes d'une présence à la coupe Grey !!!

Bon ! Assez de jasette et regardons ensemble ce qui s'est passé sur le terrain ! Au premier quart, rien d'excitant. On dirait qu'on était gêné d'être là ! Peut-être qu'après 33 ans d'absence à ne pas présenter la finale, on avait peut-être perdu la main ! En tous les cas, on a eu deux pauvres petits premiers essais. Les seuls points furent un placement de Sandro Deangelis. Un placement de 47 verges. Pointage après le premier 15 minutes, Fort Brisebois 3 Roughriders 0. Pas fort les Riders !

Nous sommes qu'à 45 minutes d'une présence de la coupe Grey !!!

Au 2e quart, le quart substitut à notre homme de confiance soit Steven Jyles, y va d'un traditionnel faufilage du quart afin de gagner un premier essai sur un 3e essai. Nous sommes dans le territoire de l'ennemi à la ligne de 33 verges. Jyles échappe le ballon. Les Stampedes reprennent le ballon et marque sur un touché du redoutable Joffrey Reynolds. C'est 10 à 0 avec 11 minutes à faire avant d'aller boire de la potion magique et d'aller au petit coin. Finalement, on ne se gêne plus et on en profite pour jouer au football en finale de la division ouest. Notre homme de main, Darian Durant, lance une belle passe à Chris Getzlaf de Regina. Celui-ci galope allègrement dans la zone payante de l'ennemi. 10 à 7 pour Calgary. Puis, Luca ( Forza ) Congi y va d'un placement de 18 verges et on rentre en dedans pour la potion magique. 10 à 10. On est réveillé. Mais on a peur pour le traditionnel 3e quart. Car toute l'année, on a eu la mauvaise habitude de RRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR !!!!!!!!!!!!!!!!!!

Les amis, comme l'entraîneur en chef l'a mentionné dans le vestiaire à la pause :

Nous sommes qu'à 30 minutes d'une présence à la coupe Grey !!!

On revient sur le terrain pour le début du 3e quart. On reçoit le botté d'envoi du Calgary. On est à 10 à 10 ! Jason Armstead, notre sauveur lors des retours de botté, met le ballon dans son panier à sa ligne de 15 verges dans son territoire et décide d'un pas pressé, mais très, très pressé, d'aller déposer la calebasse dans le territoire de l'ennemi. Il court ventre à terre en zigzagant d'un bord sur l'autre. On le comprend le pauvre car les gros hommes en rouge veulent lui prendre son bien. Armstead, qui a toujours bien écouté ses entraîneurs, ne se laisse pas faire et se fait rattraper à la ligne de 19 verges du Calgary. Une course de 75 verges. 4 jeux plus tard, Durant lance le ballon à Fantuzzzzz et la marque est de 17 à 10. Puis tout ça en dedans de 3 minutes au début du 3e quart. WOW ! Ce Armstead, quel joueur ! Il s'est même permis de prendre le ballon du quart Durant, de courir vers sa droite et de lancer une belle passe à Rob Bagg. Quel jeu afin de déjouer l'adversaire ! Ç'a fonctionné ! Et même très bien à part de ça ! Dire que ce joueur de football fantastique se berçait tranquillement sur son perron vers le milieu de la saison avec à ses pieds, des copeaux de bois, avant qu'il ne reçoive un appel des Riders afin d'y transporter l'objet tant convoité.

Vers la fin du 3e quart, l'ami Durant y va d'une autre belle passe de touché au receveur canadien Rob Bagg. Ne pas oublier mes amis que les Riders ont compté 3 touchés dans cette partie et ce, avec des receveurs de passe nés sur la terre de l'unifolié. La marque : Nous autres 24 Eux autres 11. Ensuite, le pauvre quart des rouges qui se devait de reprendre le ballon et se sentant vraiment trop pressé décide d'envoyer la calebasse dans le panier du maraudeur des Riders, Lance Patrick, qui rôdait dans les parages à la ligne de 33 verges de notre équipe. Je suis sûr que Henry Burris en fera des cauchemars car les partisans n'ont pas arrêté une minute de crier son nom à tue-tête. Il devait en devenir paranoïaque lorsque l'entraîneur en chef des rouges lui disait d'aller sur le terrain. Qu'on était bruyant dans les estrades ! Surtout lorsque l'offensive des rouges était sur le terrain.

Nous sommes qu'à 15 minutes d'une présence à la coupe Grey !!!

On débute le 4e quart avec un placement de 43 verges de Luca Congi. On porte la marque à 27 à 11 pour nos Riders. Ensuite Calgary réussi à se rendre près de notre porte des buts, mais Henri Burris lance une autre passe qui s'en va directement dans les bras du demi de coin Eddie Davis. Puis, on y va pour un autre placement de Congi, mais sa tentative est bloquée et le pointage reste toujours 27 à 11. Puis pour terminer, Henri Burris atteint Jermaine Copeland avec une passe de touché de 4 verges. Les Stampeders y vont avec une transformation de 2 points, mais celle-ci est interceptée par nous. Pointage final 27 à 17. Hourra !

Sur les lignes de côté, on pouvait apercevoir l'ancien joueur tout étoile, George Reed, qui était très heureux du dénouement de la partie. Même que M. Jim Hopson, le président de l'équipe qui semblait enfin dire à M. Reed :

Roughriders contre Stampeders à Regina 2009 novembre 22 - finale de division ouest
George on s'en va à la coupe ...]]>
0
Le numéro 33 s'est enfin débarrassé du nombre 33
Roughriders contre Stampeders à Regina 2009 novembre 2009
Notre belle équipe a vraiment démontré samedi soir dernier, lors de la dernière partie de la saison régulière de la ligue canadienne de football, qu'elle était composée de vrais guerriers jouant jusqu'à la dernière minute.

Nos valeureux guerriers ont remporté la partie par le pointage de 30 à 14 contre les Stampeders de Calgary. L'enjeu de cette partie importante représentait pour les deux formations en présence au stade Mosaïc, le droit de terminer en première place de la division ouest.]]>
2009-11-09 08:14:13.0 https://fransaskois.info/le-numero-33-s-est-enfin-debarrasse-du-nombre-33-t3705.html oppaquet.t3705 null opTexte
Chers amis partisans, je sais qu'on veut commencer à y croire mais ne brûlons pas les étapes s'il vous plaît. Avant de partir en peur et de voir nos valeureux guerriers à cette grande finale, revenons ensemble sur la dernière partie qui fut somme toute, une vraie joute de football.

Roughriders contre Stampeders à Regina 2009 novembre 2009
Hé ! Qu'on a eu du plaisir ! Vous allez comprendre pourquoi !

Au début de la partie, la température se faisait clémente, pas trop froid, n'oublions pas qu'on est au début du mois de novembre… Bref une très belle soirée de football qui s'annonçait. On sentait l'intensité dans l'air pour nos joueurs car avant le début de la partie, votre humble partisan et son garçon regardaient les joueurs sortir de leur vestiaire. On voyait dans leur regard que cette joute leur appartenait tout simplement. Pour les joueurs des Roughriders, l'adversaire n'avait pas d'affaire à venir au vieux stade mythique et gâcher la soirée des valeureux guerriers. On le sait lorsque qu'on se sent prêts à tout casser dans la baraque pour terminer victorieux. C'était ce sentiment qu'on pouvait entrevoir chez nos soldats.

On l'a vu immédiatement au premier quart lorsque nos joueurs ont pris possession du ballon dans leur territoire à la ligne de 27 verges. On a remonté complètement le terrain vers le sud de la province ) afin que le petit gars de la place, Chris Getzlaf, marque un beau touché sur une réception de passe de notre jeune quart Durant. Il continue à très bien jouer celui-là. Faudra pas le perdre dans les prochaines années à cause des $$$$. Gardons-le à Regina !!!

Ensuite, les Stampeders de Fort Brisebois ont repris le ballon et leur quart arrière, Henri Burris, s'est fait intercepté par notre arrière défensif Lance Frazier. Malheureusement, on n'a pas pu capitaliser sur ce revirement. Pointage à la fin du premier quart, Roughriders 7 Stampeders le vide ou bien le secret ( Ce qui veut dire 0 pour les férus d'histoire des chiffres et des nombres ).

Au 2e quart, les Stampeders ont réussi à obtenir un point lors d'un long botté de dégagement du botteur de Calgary, Burke Dales, grâce au ballon qui est allé trouvé refuge dans le panier de notre-joueur-étoile-retourneur-de-botté-de-toutes-sortes-Jason-Armstead et que celui-ci n'est pas réussit à sortir de la zone payante. Ensuite, on a remis des points au tableau indicateur avec un placement de Luca Congi. D'autres points par la suite pour nous autres avec une belle passe de 25 verges de Darian Durant à Rob Bagg. Suivant d'un autre placement de Congi. Hé ! On était en 6e vitesse, la pédale au tapis. Pointage avant d'aller au petit coin, Nous autres 21 puis Eux autres 8 Ah ! Oui ! J'avais oublié q'Eux autres avaient marqué un touché , mais qu'est-ce qu'on sent fout !!!

Au troisième quart, on a eu des sueurs froides, car on n'a pas fait de points et en plus, on s'est fait avoir sur un botté d'envoi-surprise où les Stampeders ont repris leur propre botté et que cela a mené à un touché de leur part. Pendant ce temps, on a perdu un receveur de passe-clé, Johnny Quinn, qui se tortillait de douleur en se tenant le genou, pas un bon présage lorsqu'on voit ça sur le terrain. Bref, le pauvre n'est pas revenu pour vider le contenant de potion magique avec l'aide de ses amis sur la tête de l'entraîneur, M. Miller, vers la fin de la partie. Roughriders 21 Stampeders 14

Et puis, et puis au 4e quart, là on a ouvert la machine à pleine vapeur, on ne s'est pas laisser faire, on a joué du vrai football, on a fait des passes, on a couru avec le ballon, on a fait des beaux bottés, on ne s'est pas fait intimider… Du vrai football de Roughriders …

Si bien qu'à environ 3 minutes de la fin, n'oublions pas que le compte est de 21 à 14 pour Nous autres. ILS, eux autres ça, n'ont besoin que d'un touché pour égaliser la marque. Maintenant, revoyons ensemble le jeu de la partie qui sécurisera cette partie pour notre équipe. Henri Burris, le quart des gars de l'Alberta, prend le ballon à sa ligne de 15 verges pour un premier essai dans son territoire et se fait pourchasser par notre géant vert du nom de John Chick. Celui-ci met la main au collet du quart Burris jusqu'à sa ligne de 4 verges. Burris reprend le ballon avec en bonus, un 2e essai et 34 verges à franchir. Finalement, la tâche est trop ardue et ceux-ci abandonnent avec un touché de sûreté en notre faveur.

Roughriders contre Stampeders à Regina 2009 novembre 2009
Ensuite, avec environ 2 minutes à faire, là ça devient intéressant pour les partisans et les joueurs, on reprend le ballon vers le milieu du terrain. On est au 3e essai et on a besoin d'une verge pour gruger plus de terrain en territoire ennemi. Au lieu du traditionnel faufilage du quart arrière, cette fois-ci on donne le ballon à notre homme de confiance, le numéro 33, Chris Szarka. Celui-ci gagne le premier essai. Ça fonctionné une fois, pourquoi pas une deuxième ! Durant remet le ballon le ballon à l'échevin nouvel élu du nouveau conseil municipal de Regina, Chris Szarka. Celui-ci part en flèche vers la zone du Calgary et se fait planter juste avant de traverser la grosse ligne jaune qui délimite la frontière entre la frustration ou bien la joie. Pourquoi pas une troisième fois avec le numéro 33 ? C'est ce qu'on fait ! Durant donne la calebasse à l'échevin qui ensuite traverse la frontière jaune en se laissant choir dans le territoire de la joie avec 47 secondes à faire dans la partie. Chris Szarka, un vétéran de 14 saisons avec nos Roughriders, mettait fin à une disette de 33 ans. 33 ans sans avoir eu la chance de présenter la finale de la division ouest au vieux stade Mosaïc !!!

D'où le numéro 33 s'est enfin débarrassé du nombre 33…

Les Roughriders, vous êtes la fierté de cette province !!!

Je vous le dis chers amis partisans, on s'en va à Calgary dans 3 semaines contre les méchants Moineaux… Garanti !]]>
0
Vini, Vidi, Non Vici …
Logo - Roughriders
Mes amis partisans ! Par où commencer !!! Ce n'était pas beau ! Oh ! Que non ! Mais vraiment pas beau à Hamilton samedi dernier où nos valeureux guerriers rencontraient les surprenants Tiger-Cats. Lorsqu'on mentionne pas beau, on ne parle pas ici de la température mais bien de la déconfiture qu'a subit nos Riders contre les Tiger-Cats. Notre équipe s'est inclinée par le compte de 24 à 6. ]]>
2009-11-02 00:00:50.0 https://fransaskois.info/vini-vidi-non-vici-t3659.html oppaquet.t3659 null opTexte
En tout cas, il n'y a rien qui s'est passé de positif dans cette partie pour notre équipe. Point à la ligne !

Il ne fallait pas la perdre. On l'a perdu. Puis pas à peu près à part de ça.

Nos valeureux guerriers sont venus ( Vini ), nos valeureux guerriers ont vu ( Vidi ), nos valeureux guerriers n'ont pas vaincu ( Non Vici ).

Présentement, l'objectif immédiat est l'obtention de la finale de la division ouest ici même au vieux stade mythique au milieu du mois de novembre. Ça fait depuis 1976 que cela n'est pas arrivé. Mais pour réaliser cela, il faudra remporter la partie contre les Stampeders de Calgary samedi le 7 novembre prochain. Il faudra travailler fort !

Essayons maintenant de résumer cette partie contre les Tiger-Cats. Premièrement comme disait le célèbre capitaine Haddock avec l'accent québecois du nouvel album de Tintin ( Colocs en Stock ), C'tait pas vargeux !

Au premier quart, Eux Autres prennent le ballon et 1-2 ensuite ils bottent. Ensuite, c'est à nous 1-2 et on botte. Batinse qu'on l'a fait dans la partie soit 1-2 et on botte !!!

À partir de ce moment-là, on savait que ça s'enliserait dans la gadoue pour notre équipe. Les Tigers-cats, après un quart, menaient 10 à 0. Imaginez-vous, notre quart arrière, Darian Durant, avait déjà provoqué 2 échappées en plus de se faire intercepter. Hé ! Juste pour ne pas vous faire vociférer, nos Riders n'avaient aucun premier essai dans ce premier quart et n'avaient pas été dans le territoire de l'ennemi. Faut vraiment le faire exprès ou quoi !!! Quand on dit qu'il n'y a rien qui fonctionnait !!!

Au 2e quart, le film d'horreur s'est poursuivi pour notre équipe. On a fait un botté de dégagement bon pour un point d'où les Tigers-Cats n'ont pas été en mesure de sortir l'ovale brun de la zone payante. Ensuite Eux Autres nous ont accordé un touché de sûreté bon pour 2 points et puis Luca Congi nous a mis le ballon entre les 2 poteaux sur une distance de 33 verges. Le compte était de 21 à 6 pour Eux Autres !!! Et cela fût les seuls points de la partie pour Nous Autres.

Au troisième et quatrième quart, on RRRzzzzzz…. D'habitude, c'est au 3e quart qu'on dort mais dans cette partie-ci, on s'est endormi d'aplomd du début jusqu'à la fin de la partie. À un moment donné, l'entraîneur en chef, M. Miller en a eu assez des mains pleines de pouces du quart Durant et l'a remplacé par le quart remplaçant, Steven Jyles. Finalement, ça n'a rien donné et les Riders ont été paralysé jusqu'à la dernière seconde de la partie. Même Luca Congi, avec le vent fort soufflant de 80 kilomètres du lac Ontario, n'a pu réussir des placements de 55 et 50 verges. C'est bien pour dire car habituellement, il les passe ces calebasses !

Comme qu'on dit, quand ça ne fonctionne pas, ça ne fonctionne pas du tout…

Allez, oubliez cette partie Messieurs et concentrez-vous sur le vrai test soit celui de samedi soir prochain.

Nous, les partisans… On veut la finale ici au milieu du mois de novembre ! On veut être en mesure de prononcer Vini, Vidi, Vici…]]>
0
Papa! Retourne s'il vous plaît!
Roughriders contre Lions à Regina octobre 26 - Papa! Retourne s'il vous plaît! -Claude Martel
- Luca ! C'est à toi mon vieux, mets-nous ça entre les poteaux et puis on s'en va au vestiaire !

Luca ( Forza ) Congi y va de son placement de 49 verges avec quelques secondes à faire dans la partie afin de donner la victoire à ses compagnons, aux partisans au vieux stade mythique et à ceux dans toutes les chaumières de la Saskatchewan.

- Luca ! Ce n'est pas grave mon vieux ! Tu te reprendras pendant la période de prolongation !

Luca ( Forza ) Congi rate son placement ! La distance était là sauf que le ballon est allé embrasser le poteau droit et a tombé sur le terrain devant les deux officiels qui décident si oui ou non le placement est réussi.]]>
2009-10-26 01:04:54.0 https://fransaskois.info/papa-retourne-s-il-vous-plait-t3632.html oppaquet.t3632 null opTexte
Quelle partie ce fût ! Quel suspense encore une fois ! Fait-on par exprès pour nous faire souffrir jusqu'à la fin Bonyenne !!!


Roughriders contre Lions à Regina octobre 26 - Papa! Retourne s'il vous plaît! -Claude Martel

Roughriders contre Lions à Regina octobre 26 - Papa! Retourne s'il vous plaît! -Claude Martel

Roughriders contre Lions à Regina octobre 26 - Papa! Retourne s'il vous plaît! -Claude Martel

Roughriders contre Lions à Regina octobre 26 - Papa! Retourne s'il vous plaît! -Claude Martel

Roughriders contre Lions à Regina octobre 26 - Papa! Retourne s'il vous plaît! -Claude Martel

Roughriders contre Lions à Regina octobre 26 - Papa! Retourne s'il vous plaît! -Claude Martel


Cette rencontre était très importante pour nos Riders. Avec la victoire des Stampeders de Calgary la veille contre les Eskimos d'Edmonton, ça donnait l'avantage de la première position aux Stampeders avec 2 parties à jouer dans la saison régulière de la très forte division ouest. On ne le dira jamais assez que cette division ouest est incroyable au niveau de l'enjeu d'obtenir la première position. Donc, si par malchance, on perdait cette confrontation contre les Lions, on se serait retrouvé en 3e position de la division pour la première fois cette saison. Hé ! Finalement, on a gagné par la peau des dents !!! On reste en première place avec la gang de Fort Brisebois ( Calgary ).

Au premier quart, les Lions prenaient l'avance avec un placement de notre ancien botteur, Paul McCallum, un chic type qui a joué pendant 10 ans avec notre merveilleuse équipe ! Pointage à la fin du premier quart Lions 3 Riders 0

Au 2e quart, on prenait le ballon à notre ligne de 10 verges et 8 jeux plus tard, ça se concluait avec un touché du quart suppléant à notre homme de confiance ( Darian Durant ) soit Steven Jyles sur, quoi d'autre, une faufilage du quart. Ensuite quelques jeux plus tard, un autre touché de notre équipe avec une belle passe de Durant à Rob Bagg. Ensuite, le chic type des Lions, Paul McCallum y allait de 2 placements pour terminer le 2e quart. Heureusement pour nous, les Lions furent incapables de capitaliser avec des touchés. Ouf !!! Pointage avant d'aller boire de la potion magique, Nous Autres 17 Eux Autres 9

Au troisième quart, la seule chose qu'on avait réussi à produire fut un placement de Luca Congi tandis que les Lions, eux, ont compté un touché pour porter la marque à 22 à 16 à notre avantage. Encore une fois, on rrrr…. pendant ce 3e quart.

Panoramix, s'il te plaît, met plus de guis et moins de sucre dans la potion magique des valeureux guerriers pendant la pause de la mi-temps car ceux-ci ne produisent rien qui vaille pour l'autre 15 minutes.

Au 4e quart, pas grand chose qui se passait sauf qu'avec 6 minutes à jouer, les Lions y allaient d'un touché. Oh ! Oh ! On était tranquille dans le stade et on commençait à grogner contre nos valeureux guerrier car la marque était maintenant de 23 à 22 pour Eux. Bâtèche !!!

Avec moins de 3 minutes à faire, notre quart arrière préféré ( Darian Durant ) semblait un peu confus car on prenait le ballon à notre ligne de 15 verges et au premier jeu, il lançait celui-ci derrière ses receveurs de passe. On pouvait voir dans les regards qu'il y avait du Coutdonc ! Avez-vous fait votre tracé ? Coutdonc ! Tu n'es pas capable de nous lancer le ballon dans le panier ? Au 2e jeu, arrivait ce qui devait arriver dans ces temps de panique et de confusion, Darian lançait le ballon et celui-ci tombait pile dans le panier d'un couvreur de receveur de passe des habits oranges et galopait dans notre zone des buts. Pointage Lions 30 Riders 22

Oh ! Yoyoye Oh ! Yoyoye ! Le vieux stade s'était transformé en salon funéraire le temps de réaliser ce qui s'était passé. C'est là que de très nombreux partisans loyaux se sont levés et ont quitté rapidement l'endroit. Sans doute pour éviter le trafic qui dure environ 10 minutes après chaque partie locale. Mais mal en prit pour ceux qui avaient quitté car nos valeureux guerriers décidaient de revenir de l'arrière. Ils nous l'ont prouvé tout au long de cette saison.

Avec moins de 2 minutes à faire, Darian Durant lançait le ballon à Wes Cates à la ligne de 40 des Lions. Un jeu d'une trentaine de verges et plus. On se demande encore qu'est-ce que Wes Cates faisait là. Lui qui est régulièrement habitué de porter seulement que le ballon. Mais bon, si ça pouvait fonctionner, pourquoi pas ? Toujours est-il qu'à l'autre jeu, Darian Durant faisait mouche avec une belle passe de touché à Johnny Quinn. WOW ! Et c'est là que dans les autos des partisans qui avaient quitté lors du touché des Lions et qui s'en allaient vers Swift Current ou bien Indian Head, on devait entendre des Papa ! Retourne s'il vous plaît ! Allez ! Vire de bord !!!

En tout cas, l'endroit, qui auparavant, ressemblait à un salon funéraire était devenu une célébration digne d'Octoberfest. Surtout après la transformation d'après touché de 2 points au petit gars de Regina, Chris Getzlaf. Pointage 30 à 30. On en revenait tout simplement pas !!! Puis, ne me lâchez pas, amis lecteurs…

Ce n'était pas terminé car les Lions avec une minute à faire ne faisaient rien qui vaille. On reprend le ballon et on se rend à leur ligne de 42. On y va d'une tentative de placement de 49 verges de Luca ( Forrrrzzza ) Congi. Luca s'installe. Luca se concentre. Le teneur de ballon, Rob Bagg, lui demande s'il est prêt. Prêt pas prêt, on y va Rob ! Luca y va d'une belle motion digne des grands danseurs de ballets canadiens. Le ballon est botté. Le ballon voyage et salut les partisans pendant son envolée. La ballon se fatigue et commence sa descente. Le ballon en a assez de voyager et préfère aller embrasser le poteau droit au lieu de rentrer gentiment au bercail entre les 2 poteaux. On est surpris et on retourne à l'atmosphère du salon funéraire.

À la prolongation, selon le règlement, on prenait le ballon à la ligne de 35 verges de l'adversaire et on se contentait d'un placement de 29 verges de notre botteur préféré. Les Lions reprenaient le ballon au 35 et au premier jeu, le quart arrière Casey Printer, qui se sentait pourchassé par des valeureux guerriers défensifs, lançait le ballon dans la zone des buts au lieu de tirer l'objet ovale dans les estrades et de penser au 2e essai suivant. Printer réalisait par la suite son erreur que son ballon serait sans aucun doute intercepté par 2 joueurs des Riders qui se trouvaient au bon endroit au bon moment. Notre maraudeur, James Patrick, attrapait le ballon et le gardait précieusement dans son panier. On retournait à l'Octoberfest dans le stade tandis que dans l'auto qui filait vers Wolseley, on était en … À Fort Brisebois ( Calgary ), pendant ce temps, on en revenait tout simplement pas !!!

C'est ça nos Riders. Excellent jusqu'à la seconde.]]>
0
Te souviens-tu de la fois que…
Roughriders contre Stampeders à Calgary 2009 octobre 17
Fort Brisebois (Ancien nom français de Calgary). Le samedi 17 octobre 2009. Et qu'on va s'en souvenir. Oh boy ! Mais quelle partie de football !!! Nos valeureux guerriers ont combattu, mais vraiment combattu tout au long de cette partie importante pour l'obtention de la première place dans la très mais très forte division ouest de la ligue canadienne de football.

La partie s'est terminée par le compte de 44 à 44. Il n'y a pas eu de maître. Une partie nulle. Que de points dans cette partie les amis. Chaque équipe ne voulait, mais ne voulait absolument pas perdre et se retrouver en 2e position dans sa division. C'est le genre de partie qui nous fera dire dans 10 , 20 , 30 ans… Hé ! Te souviens-tu de la fois que… les Riders ont joué contre les Stampeders et que ça c'était terminé 44 à 44. Ouais ! Quelle partie ! On va en jaser longtemps dans les chaumières albertaines et saskatchewannaises. Des parties comme cela, ça arrive qu'une seule fois par décennie ! Pas de farces !]]>
2009-10-19 07:26:48.0 https://fransaskois.info/te-souviens-tu-de-la-fois-que-t3581.html oppaquet.t3581 null opTexte
Roughriders contre Stampeders à Calgary 2009 octobre 17

Roughriders contre Stampeders à Calgary 2009 octobre 17

Roughriders contre Stampeders à Calgary 2009 octobre 17

Roughriders contre Stampeders à Calgary 2009 octobre 17

Roughriders contre Stampeders à Calgary 2009 octobre 17

Roughriders contre Stampeders à Calgary 2009 octobre 17

Allons voir comment ça s'est passé. Il fait beau et comme par miracle, pas de vent et le terrain est sec. On commence la partie et nos Riders prennent le ballon et il n'y a rien qui se passe. Les Stampeders reprennent le ballon et termine la session avec un placement. Ensuite, on reprend et on manque un botté de placement de 50 verges. C'est 3 à 1 vers la fin du premier quart. Ensuite le gros joueur du Calgary, Joffrey Reynolds part à l'épouvante sur une course au sol avec l'ovale brun sous le bras et se ramasse dans notre zone des buts. Une belle course de 38 verges. Ça nous assomme un peu. 10 à 1

On débute le 2e quart avec un beau touché du vétéran et peut-être futur conseiller municipal, Chris Szarka, sur une course de 5 verges. Le touché est bien, mais ce qui est encore mieux, est qu'à part le quart arrière Durant, qui est de nationalité américaine, le champ arrière offensif des receveurs et des porteurs de ballon de nos valeureux guerriers est canadien avec des gars de Regina comme Stu ( Cœur de Lion ) Foord, Jason Clermont et Chris Getzlaf. Les autres représentants de la feuille d'érable sont Fantuz, Bagg et Szarka. C'est impressionnant. Bravo ! On va le prendre quand ça passe… Le compte est de 11 à 8 pour Fort Brisebois.

Avec presque 3 minutes à faire au 2e quart, Joffrey Reynolds y va d'un autre touché sur une course de 3 verges. Il est solide ce Reynolds ! 19 à 8 pour les Rouges. On reprend le ballon et notre-quart-arriére-Darian-Durant-qui-commence-à-prendre-le-leadership-de-cette-équipe y va d'une belle passe de 65 verges au réginois Jason Clermont. Finalement, on peut voir à l'œuvre le vrai Clermont. On a attendu toute la saison pour le voir en action. Bravo Jason ! 2 jeux plus tard, qui d'autres que le solide porteur de ballon, Chris Szarka, qui plonge dans la zone des buts pour son 2e touché de la rencontre.

L'entraîneur en chef, M. Miller, a sans doute sorti des boules à mites pour cette rencontre des vétérans du vrai football canadien. Et ça ne sera pas fini avec les exploits de ces vétérans joueurs canadiens pour cette partie. Pointage avec 2 minutes à faire avant d'aller boire de la potion magique sera de 19 à 15 pour les Stampeders de Calgary !

On continue avec un simple du botteur de dégagement du Calgary. Notre botteur, Luca ( Forza ) Congi y va d'un placement pour nous donner 3 points. On termine les 2 premiers quarts par la marque de 20 à 18 pour Calgary ! Ça ne lâche pas ! On veut la première place et on se chamaille fort pour l'obtenir !

Au 3e quart, à part l'interception de notre demi de coin, Lance Frazier, le liquide sucré de la mi-temps fait son effet et on rrrrrr….. comme d'habitude pendant ce quart !

Au début du 4e quart, après la brillante remontée de notre ami Frazier, on ne peut pas capitaliser avec un touché. Aussi bien d'y aller avec un botté de dégagement, c'est ce qu'on fait avec Forza Congi et celui-ci catapulte l'ovale brun pour 71 verges dans la zone payante des Stampeders de Cowtown ! 23 à 19 pour le Calgary.

Forza y va d'un autre placement de 29 verges et la marque est de maintenant 23 à 22 pour Eux Autres. On se rapproche et on ne se laisse pas faire les amis. On veut gagner cette partie ! On veut la gagner et ce n'est pas de la rigolade !

Joffrey Reynolds y va d'un autre touché sur une course au sol de 5 verges. Coutdonc ! Fort brisebois, ont-ils seulement qu'un porteur de ballon en parlant de Reynolds ( 3 touchés pendant cette partie ) !!! 30 à 22 pour les Rouges.

LÀ !!! Mes amis, ça devient très football canadien, lire ici ( Très mais très excitant ) je dirais même plus vraiment excitant car les valeureux guerriers, sous la commande du quart Durant, avec 41 secondes à faire dans la partie y vont d'un beau touché du grand Fantuz et de ses mains habiles. 30 à 28 pour Fort Brise… Pas le choix. Faut y aller avec une transformation de 2 points. Durant lance le ballon à Rob Bagg qui est dans la zone payante ! 30 à 30. Tiens-toi !!!

On est nerveux devant la boîte noire ou bien le plasma. On s'en fiche ! Car avec les Riders, on est habitué à cela, soit des fins de partie à l'emporte-pièce…

On s'en va en prolongation ! La dernière fois qu'on était dans ce genre de situation était pendant la saison 2000. Contre Calgary en plus. Calgary prend le ballon et sur la première tentative, Henry Burris, notre-ancien-quart-arrière-qui-a-décidé-d'aller-jouer-à-Calgary-pour-plus-d'argent se fait planter par Stevie Baggs et perd 12 verges. Ensuite, le même Burris perd pied et trébuche au sol. John Chick arrive pour le planter mais le touche un peu et celui-ci se mérite une punition pour rudesse envers le passeur. Et qu'on n'aura pas fini d'en parler de cette punition ! Oh ! Que non. Oh ! Que non !

Finalement, Burris lance une passe pour le touché à Rob Côté. 37 à 30. C'est à notre tour maintenant d'égaliser le pointage. C'est fait avec un autre touché de Chris Szarka. Coutdonc ! Les Riders, ont-ils seulement qu'un porteur de ballon en parlant de Szarka !!! 3 touchés pour le vétéran dans cette partie. 37 à 37.

Les Stampeders y vont d'un autre touché de même que nous autres avec un touché de Chris Getzlaf. Pointage final 44 à 44. Ça en fait des points ça …

Donc, pas de maître dans cette partie et tout le monde repart heureux. On va en parler encore de cette partie dans 10, 20, 30 ans… Garanti !!!

Texte: Claude Martel
Photos: Gracieuseté des Stampeders (www.stampeders.com), photographes: Larry MacDougal et David Moll
(Ce texte est aussi publié dans l'Eau vive)]]>
0
Fallait absolument gagner et on l'a fait !!!
Roughriders contre Argonauts à Regina 2009 octobre 10
Il faisait froid mes amis. Oh oui ! Qu'il faisait froid ! Une partie présentée par un samedi soir de fin de semaine de l'Action de Grâces. Habituellement, il fait beau mais là c'était l'hiver vorace. Donc, en habit de neige et la petite ( Excusez, la grosse ) laine sur le dos.

L'enjeu était immense pour nos valeureux guerriers verts. Fallait absolument gagner et on l'a fait, avec une belle victoire de 32 à 22 contre les Argonauts de Toronto. Car plus on va perdre d'ici la fin de la saison, plus le premier rang va nous échapper. On veut le premier rang. Ça fait longtemps qu'on l'attend. Au risque de se répéter, la dernière fois qu'on lui a donné rendez-vous fut à la fin de la saison régulière de 1976. On veut le premier rang. On aura un laissez-passer pour la finale de l'Ouest. On veut le premier rang !!! En passant, au moment où j'écris ces lignes, les Alouettes de Montréal viennent de battre les Stampeders de Calgary par le pointage de 32 à 11. Ce qui veut dire que samedi prochain soit le 17 octobre, nos valeureux guerriers joueront à Calgary pour l'obtention de la première place de la division Ouest de la ligue canadienne de football. Les 2 équipes se partagent présentement la première position dans cette division . Quelle belle bataille dans cette division.]]>
2009-10-12 21:52:35.0 https://fransaskois.info/fallait-absolument-gagner-et-on-l-a-fait-t3506.html oppaquet.t3506 null opTexte
Gainers - Roughriders contre Argonauts à Regina 2009 octobre 10

Roughriders contre Argonauts à Regina 2009 octobre 10

Roughriders contre Argonauts à Regina 2009 octobre 10

Partisanes Roughriders contre Argonauts à Regina 2009 octobre 10

Roughriders contre Argonauts à Regina 2009 octobre 10

Partisans des Argonauts - Roughriders contre Argonauts à Regina 2009 octobre 10

Roughriders contre Argonauts à Regina 2009 octobre 10

Roughriders contre Argonauts à Regina 2009 octobre 10 - Claude Martel

Roughriders contre Argonauts à Regina 2009 octobre 10 - Claude Martel

Roughriders contre Argonauts à Regina 2009 octobre 10 - Claude Martel

Roughriders contre Argonauts à Regina 2009 octobre 10 - Claude Martel

Roughriders contre Argonauts à Regina 2009 octobre 10 - Claude Martel

Roughriders contre Argonauts à Regina 2009 octobre 10 - Claude Martel

Roughriders contre Argonauts à Regina 2009 octobre 10

Roughriders contre Argonauts à Regina 2009 octobre 10

Roughriders contre Argonauts à Regina 2009 octobre 10

Roughriders contre Argonauts à Regina 2009 octobre 10

Roughriders contre Argonauts à Regina 2009 octobre 10


Hé ! En passant, lors de cette partie contre les Argonauts, on menait 28 à 14 à la fin de la première demie. Voyons ensemble comment nous nous sommes rendus là pour atteindre ce pointage. Ce n'est pas la première fois qu'on arrive à la demie en menant par plus de 15 points et qu'après, malheureusement, ça se gâte et on sort du stade en vociférant contre nos valeureux guerriers. Pas cette fois-ci amis lecteurs partisans. On les a tenus jusqu'à la fin même si au troisième quart, toujours le troisième quart, nos valeureux guerriers se sont engourdis à cause du froid …

Reculons le film de cette partie contre les PÔvres Argonauts de Fort Rouillé ( Nom français de Toronto jusqu'en 1760 ). Oh Bonyenne ! La partie ne fait pas salle comble cette fois-ci. Au moment du botté d'envoi, il fait – 10 celcius. C'est crû dans le vieux stade mythique. On comprend qu'il y a des partisans qui ont préféré rester devant la truie ( Vieux poêle où on fait chauffer du bois ) et la boîte noire ( T.V. ) afin de regarder la partie.

Les Argos prennent le ballon et il n'y a rien qui se passe pour eux. Ils nous bottent le ballon. Notre receveur de bottés, Jason Armstead, prend le ballon et remonte jusqu'à la ligne de 36 verges dans le territoire des Bleus. Une belle remontée de 43 verges. Une bonne chose qu'on ait rappelé ce superbe athlète avec l'équipe. Il nous aide grandement lors des réceptions de bottés. Il connaîtra toute une partie avec des remontées ( 3 ) de plus de 40 verges pour nous donner une belle position dans le territoire de l'ennemi.

Le premier touché de notre équipe est une belle passe de notre quart arrière Durant qui fait mouche au produit local de Regina, Chris Getzlaf, avec une réception de 33 verges. On mène 7 à 0. On termine le premier quart.

À environ 4 minutes au début du 2e quart, un autre produit local de Regina, Stu Foord, y va d'une belle course sur le côté gauche du terrain. Voyant arriver deux gros bonhommes en Bleus, celui-ci décide d'appliquer les freins, tourne de bord et revient de l'autre côté du terrain pour un touché. Quel courage pour ce petit homme. Il avait 3 gros hommes en Bleus sur son dos et les a transportés, avec le ballon, jusque dans la zone payante. On a 14 points et les Bleus aucun.

Avec 5 minutes à jouer dans le 2e quart, les Bleus réussissent un touché. On avait sans doute froid et on était sans doute engourdi. Pendant qu'on se chauffe avec la chaufferette sur les lignes de côté, le quart Durant lance à Gerran Walker et celui-ci y va pour un beau touché. On est à 21 à 7 pour nous autres. Ensuite, notre demi de coin, Lance Frazier, intercepte une passe de notre-ancien-quart-arrière-Kerry-Joseph-envoyé-à-Toronto-pour-le-retour-de-Michael-Bishop-dans-le-fiasco-des-quarts-arrières-de-l'-an-passé-et-qui-a-laissé-plusieurs-partisans-amères. On reprend le ballon à la ligne de 6 verges des Argonauts. Durant fait mouche encore lors d'une réception de Weston Dressler. On a 28 points et les Argonauts ont 7 points.

Notre porteur de ballon, Wes Cates, échappe le ballon et les Argos reprennent l'objet tant convoité. Avec 1 seconde à faire au 2e quart, notre-ancien-quart-Kerry-Joseph… y va d'un faufilage du quart et marque le touché. Pointage : 28 points pour Nous Autres et 14 points pour Eux Autres. Allons maintenant nous réchauffer pour la mi-temps.

Au troisième quart, rrrrr…on dort… C'est arrivé tout au long de la saison pour nos valeureux guerriers lors de ce 3e quart. Hé ! Soigneur ! Pas trop de sucre dans le liquide orange à la mi-temps ! Ça endort les Verts. Tout ça pour dire que les Argonauts ont réussi avec l'aide d'un placement et un touché de sûreté à apporter le compte de 29 à 19 au début du 4e quart. Nous, on a seulement compté qu'un misérable point avec un botté de dégagement. Bon ça recommence, ne me dit pas qu'on va encore jouer du football de désespoir…

Au début du 4e quart, les Bleus y vont d'un placement. Ho ! Ho ! C'est maintenant 29 à 22 pour les Verts !!! Attention les valeureux guerriers ! On veut la première place ! À Calgary, ça jubile devant les plasmas… Finalement, notre receveur au cœur de lion, Weston Dressler, attrape une belle passe de 12 verges du quart arrière Durant près de la zone payante. Malheureusement, Cœur de lion se fait une sérieuse entorse à la cheville et quitte la partie par une belle ovation de la foule. Luca ( Forza ) Congi, notre botteur de précision, met le dernier clou au cercueil des Bleus et le pointage est de 32 à 22 avec moins d'une minute à faire dans la partie. Notre-ancien-quart-arrière-Kerry-Joseph… y va de trois passes qui ne trouvent pas preneurs et la partie s'éteint pour les Bleus. On jubile dans le stade congelé grâce à cette belle victoire de 32 à 22. À Fort Brisebois ( Calgary ), ils ferment les plasmas et s'en vont se coucher en …

Calgary, on s'en vient vous régler ça pour la première position samedi prochain. Attachez vos tuques … On VA avoir la première place… On est les plus forts… On est les plus beaux… ]]>
0
Concours: en route vers la Coupe Grey 2009
CFL Coupe Grey Cup 2009
Du 13 octobre au 6 novembre, les amateurs de football auront l'occasion de participer à un concours qui pourrait les emmener à Calgary, pour assister au match de la Coupe Grey, en écoutant l'émission matinale Point du jour de 6 h à 9 h à la Première Chaîne de Radio-Canada en Saskatchewanet en répondant dans Internet à une question au sujet de la CFL.]]>
2009-10-07 16:49:38.0 https://fransaskois.info/concours-en-route-vers-la-coupe-grey-2009-t3495.html oppaquet.t3495 null opTexte
La deuxième étape confrontera les finalistes des quatre provinces dans un jeu questionnaire qui sera diffusé en direct le jeudi 12 novembre, dans les émissions du matin de la Saskatchewan, de l'Alberta, du Manitoba et de la Colombie-Britannique.

Logo ancien - Radio-Canada Saskatchewan
Le finaliste de la joute, animée par le reporter sportif Marc-Éric Bouchard, sera couronné gagnant et remportera le grand prix soit une fin de semaine pour deux à Calgary, incluant trois nuits à l'hôtel Delta Bow Centre-Ville, les billets d'avion, deux billets pour assister au match de la Coupe Grey et de l'argent de poche!

Ce concours est une collaboration de la Première Chaîne de Radio-Canada dans l'Ouest, de l'hôtel Delta Bow Valley Centre-Ville de Calgary et du comité organisateur Grey Cup Festival 2009.

(Source: communiqué de Radio-Canada)]]>
0
On y va-tu avec un placement ?
Logo - Roughriders
Ah ! Jouer sous la protection d'un dôme ( un stade couvert pour les plus jeunes ), pas de pluie, pas de vent, pas de temps froid, pas de …

Pourtant, nos grands guerriers Verts se sont inclinés 19 à 16 contre les Lions de la Colombie-Britannique. Une partie dont on avait besoin des 2 points importants qui concrétisait une victoire. Mais non ! On ne l'a pas fait car on s'est fait avoir avec un placement dans les dernières secondes de la partie par Eux Autres. ]]>
2009-10-05 07:31:39.0 https://fransaskois.info/on-y-va-tu-avec-un-placement-t3491.html oppaquet.t3491 null opTexte
Mais avant de rêver à terminer bon premier, revenons à cette partie. On commence la partie et on réussit à arrêter les Lions à une verge de notre zone payante. Pas seulement qu'une fois mais trois fois Messieurs, Dames ! Notre défensive est présente, surtout quand notre joueur de la ligne secondaire de la défensive, Renaud Williams, rencontre face à face le porteur de ballon Martell Mallet des Lions et Boum ! Quel contact ! Même Mallet en a été surpris. À ce moment-là, on était dans la partie mes amis partisans. On reprend le ballon à la ligne de notre zone payante et on a tout le terrain à remonter, enfin on réussit … jusqu'à la ligne de 51 verges. On botte ! Ensuite, les Lions reprennent le ballon et remonte le courant jusqu'à notre ligne de 24 verges. Ceux-ci envoient celui qui scellera l'issue de la partie, un jeune botteur recrue du nom de Sean Whyte, afin de botter un placement de 24 verges. Pouf ! Le ballon frappe le côté droit du poteau ! Ouf ! Pas de points pour Eux Autres. À la fin du 1er quart, 0 à 0 Wow !

Finalement au 2e quart, Omarr Morgan, notre vétéran demi de coin. Oui ! Oui ! Le pauvre hère qui errait sur le terrain lors du dernier touché de la partie ( Touché qui nous avait coulé lors de la partie contre les Eskimos au vieux stade Mosaïc )… est coupable d'une infraction sur un des receveurs de passe des Lions ! Omarr… Attention ! Mon homme ! Eux Autres sont à notre porte de la zone payante et Bang ! Notre chère défensive les arrête encore une fois. Les Lions se contentent d'un placement du jeune Whyte, celui qui allait… !

Finalement, on ne fait rien qui vaille sauf qu'on se retrouve par 2 fois à leur ligne d'environ 46 verges et c'est là que : Eille ! On y va avec un placement ? Non Luca ! Tu restes ici et on y va avec un botté de dégagement avec Jamie ! Je ne comprends toujours pas la décision de l'entraîneur en chef, M. Miller, de ne pas essayer de mettre des 3 points au tableau indicateur. Pourtant, notre botteur, Luca Congi a une jambe pour botter des placements de 55 verges et plus !!! Aller savoir pourquoi ! Sauf qu'à la fin d'une partie, ces points peuvent faire une différence…

Pendant ce temps, Whyte des Lions, y va d'un autre placement avec 8 minutes à faire au 2e quart. Puis, notre quart arrière Darian Durant est victime d'une interception et les Lions reprennent l'objet tant convoité. Ça se termine avec une autre tentative de placement du jeune Whyte, celui-ci le rate.

Finalement, avec 22 secondes à jouer avant le repos de la mi-temps, Luca Congi, notre botteur de placement qui vient juste de signer un contrat de 2 ans avec Nous Autres y va d'un placement de 49 verges, son plus long cette saison. Pointage avant d'aller se rafraîchir dans le vestiaire : Eux Autres 6 Nous Autres 3. Ce n'est pas compliqué, c'est une partie de bottés de placement jusqu'ici !!!

En passant, Buck Pierce, le quart arrière des Lions est vraiment malmené par notre défensive, je n'ai rarement vu pendant une partie un quart arrière se faire aplatir de la sorte, se faire étamper sur le terrain. Pour notre défensive, c'était un buffet ! On allait à même se servir de ce pauvre quart. Mais celui-ci se devait de tirer son épingle du jeu car auparavant cette semaine, son patron, M. Wally Buono l'avait rencontré afin de lui demander s'il voulait encore faire partie de l'équipe. Donc, c'était en sorte un ultimatum pour M. Pierce. Joue sinon… Et qu'est-ce qu'il a joué le bougre d'homme ! Un vrai pro !

Puis, les Lions y vont d'un touché avec le receveur Paris Jackson. Pointage 13 à 5 pour les Lions avec environ 5 minutes à faire au 3e quart. Allez ! Les Verts ! N'attendez pas à la fin de la partie… Congi y va d'un autre placement de 47 verges et porte le compte à 13 à 8 pour les Lions.

Dernier quart de la partie ! Un immense jeu pour nous. Un receveur des Lions échappe le ballon et notre demi de coin défensif, Donovan Alexander, le recouvre et ramène le ballon à la ligne de 47 verges dans le territoire de l'ennemi. On explose dans les chaumières. On se donne des Tape-là-dedans ! Mais pas pour longtemps car ensuite Darian Durant se fait intercepter par les Lions et ceux-ci capitalisent avec un autre placement du jeune Whyte. Pointage 16 à 8 pour Eux Autres avec environ 4 minutes à faire dans la partie !

Eh ! Bâtinse !!! Allez ! Les grands guerriers Verts ! Il ne faut pas la laisser aller celle-là ! Un peu de vigueur, de rigueur ! Allez ! Allez ! On a besoin des 2 points pour la victoire afin de se maintenir en tête de notre division !!!

Oui ! Oui ! Finalement, Durant y va d'une passe lancée d'aplomb et le grand receveur Fantuzzzzz la ramasse avec ses grandes mains pour le touché. On explose de nouveau dans les chaumières. Et avec encore plus de Tape-là-dedans ! Ça porte le pointage à 16 à 14. Pas le choix, l'entraîneur Miller décide d'y aller avec une transformation de 2 points afin d'égaliser le pointage. Ce qui est fait ! 16 à 16 !!!

Mais , il y a toujours un mais Bâtinse ! Les Lions apportent le ballon à notre ligne de 26 verges de notre zone des buts avec 9 secondes à jouer dans la partie et on demande au jeune Whyte d'y aller d'un botté de placement. C'est toujours le rêve d'un botteur de placement de terminer une rencontre avec un placement gagnant … Whyte se concentre et Paf ! Entre les 2 poteaux !!! 19 à 16 pour les Lions.

On éteint la T. V. et on s'en va se coucher en...

Texte: Claude Martel
(Ce texte est aussi publié dans l'Eau vive)]]>
0
Messieurs des Riders : Qu'est-ce que vous décidez s'il vous plaît ?
Logo - Roughriders
Ce qui comptait pour nos valeureux guerrier verts était la victoire. Point final. Victoire chèrement acquise contre Eux Autres par le compte de 23 à 20. En effet, il s'agissait d'une partie aller retour contre les Eskimos d'Edmonton au grand stade Commonwealth d'Edmonton qui contient 65 000 places. Un grand stade avec du vrai gazon et beaucoup, mais beaucoup de vent pour cette partie.

Il faut se rappeler que la dernière partie fut remportée par les Eskimos par le compte de 31 à 27 au stade Mosaïc.

Fallait pas la perdre celle-là !]]>
2009-09-27 22:45:38.0 https://fransaskois.info/messieurs-des-riders-qu-est-ce-que-vous-decidez-s-il-vous-plait-t3472.html oppaquet.t3472 null opTexte
Cette semaine, un panneau routier publicitaire dans la région d'Edmonton annonçait de la façon suivante : Aux partisans des Eskimos :
On va vous laisser une toute petite place dans votre propre stade pour la partie des Eskimos contre les RoughRiders. De la part des partisans des RoughRiders !
Cette publicité disait vrai car environ la moitié des 62 517 partisans portait des attirails de toutes sortes représentant notre chère équipe.

On se rencontre au milieu du terrain pour la cérémoniale lancée de la pièce commémorative indiquant soit qu'on prend le ballon ou bien on prend le côté du terrain. Nos capitaines gagnent le tirage au sort. L'arbitre en chef, celui avec la casquette noire, (car les autres arbitres adjoints portent une casquette blanche) nous demande poliment : Messieurs des Riders : Qu'est-ce que vous décidez s'il vous plaît ? ...Nous Autres décident de prendre le côté du terrain avec le vent dans le dos au 4e quart. Bonne décision car du vent mes amis partisans , il en avait assez pour écorner les bœufs de l'Alberta et de la Saskatchewan et peut-être même du Manitoba tant qu'à y être. Vent de 45 à 50 Km à l'heure au botté d'envoi.

On commence la partie. Ça joue bien des 2 côtés. Mais à 6 minutes avant la fin du 1er quart, Paf ! Une interception par les Eskimos et le joueur de la ligne secondaire d'Eux Autres remonte le terrain pour un touché de 60 verges. Ce fut une belle passe lancée par Darian Durant qui est attrapée au vol par le secondeur T.J. Hill. On s'énervera pas tout de suite les amis. Des interceptions ! Ça arrive au football. Je vous l'ai déjà dit que lorsqu'on lance le ballon au football, 3 choses peuvent arriver dont 2 de ces choses sont mauvaises. (Passe incomplète et interception).

On reprend le ballon. Le quart substitut, Steven Jyles, y va d'un beau jeu avec comme résultat un touché par Andy Fantuz sauf qu'un officiel, qui veillait au grain, a vu que les Verts étaient en formation illégal sur le terrain. Un de nos joueurs avait oublié de dire à l'arbitre en chef qu'il était en position de recevoir le ballon tandis que l'autre joueur, lui, n'avait pas oublié de le mentionner au Monsieur à la casquette noire. Résultat : pas de touché pour Nous Autres.

À la place, on y va pour un placement avec notre botteur au pied d'or, Luca Congi. Eux Autres 7 Nous Autres 3 avec 3 minutes à faire au 1er quart. Puis, les Eskimos reprennent le ballon mais un de nos Verts, Keith Shologan, gentil jeune homme qui a grandit pas loin d'Edmonton ramasse d'aplomb le quart d'Eux Autres, Ricky Ray. Ceux-ci doivent concéder un touché de sûreté, car on ne botte pas le ballon de sa ligne des buts lorsqu'un vent de face d'environ 50 Km nous dépeigne la couette. Pointage Eskimos 7 Riders 5 à la fin du premier quart.

Puis, Noël Préfontaine (Son papa est né à Verdun au Québec) y va d'un placement de 22 verges suite à une belle course de 63 verges en plein milieu du terrain par un des porteurs de ballon des Eskimos. Donc, on est à 10 à 5 pour les guerriers d'Edmonton. Puis, Nous Autres, on s'approche des buts et on a le vent en pleine face. On y va pour une tentative de placement de notre homme (Congi) mais on a une punition car on avait un joueur de trop sur le terrain, donc on recule le ballon et on essaye encore la tentative. Ça avorte encore car on a une autre punition, on prend plus que 20 secondes pour mettre le ballon en jeu (L'offensive a droit à un maximum de 20 secondes pour mettre le ballon en jeu). On recule encore sauf que cette fois-ci, on est trop loin pour M. Congi. On y a avec M. Boreham pour un botté de dégagement. Il botte le ballon. Le joueur des Eskimos désigné à recevoir le ballon décide de jongler avec l'objet tant convoité à la porte de la zone payante pour nos Verts et échappe le ballon. Une masse de valeureux guerriers verts s'en venaient à la charge et finalement Renauld Williams, avec beaucoup de ses compatriotes arborant un gros S sur leur casque, se jette sur le ballon dans la zone payante. On est bien content car au lieu des 3 points alloués pour un botté de placement, on va chercher 6 points avec le touché.

L'entraîneur des unités spéciales, Kavis Reed, ne souriait pas du tout, au que non ! Pas du tout, surtout lorsque les Verts ont été rappelé à l'ordre à cause de 2 punitions pour cause d'indiscipline. L'entraîneur en chef, M. Miller, qui se tournait la tête d'un côté vers l'autre regardait M. Reed et celui-ci aurait voulu être ailleurs que sur le bord de ce terrain. Mais après cette chance inouïe, M. Reed avait ressorti son plus beau sourire et on menait 12 à 10 à la fin du 2e quart.

Au début du 3e quart, Préfontaine y va d'un autre placement. 13 à 12 pour Eux Autres. Ensuite, notre quart arrière lance le ballon et se fait intercepter pour une 3e fois. Sans dommage cette fois-ci. OUF ! Puis un autre placement de notre homme Congi. On mène maintenant par 2 points au début du 4e quart.

Puis arriva ce qui devait arriver, on se fait mettre un touché lors d'une autre course en plein milieu du terrain de 55 verges. COUTDONC ! Nos joueurs de la ligne secondaire, étaient-ils là avec les autres gars de la défensive? Eille! C'est 20 à 15 pour Eux Autres. Faut se ressaisir les gars!

Comme de fait, on marque un touché avec un beau plongeon du quart arrière substitut, Steven Jyles. Pour la transformation d'après touché, on y va avec un 2 points. On le réussit avec un bel attrapé de notre gars aux mains sûres, Andy Fantuz. Pointage 23 à 20 avec environ 6 minutes à jouer. Ça reste là et on est heureux dans les chaumière saskatchewanaises. Bonne partie pour nos valeureux guerriers verts et on reprend le collier vendredi soir prochain contre les Lions à Vancouver.

En passant, nous sommes en tête du classement avec les Stampeders de Calgary. Saviez-vous que la dernière fois que nos Verts ont terminé en tête de la division Ouest était en 1976 ! Pas de farce les amis ! Donc d'ici la fin du calendrier régulier, chaque victoire sera importante afin de terminer bon premier !

Allez les Verts !!!

Texte: Claude Martel
(Ce texte est aussi publié dans l'Eau vive)]]>
0
Tout seul dans le fond du champ
Roughriders Eskimos - Tout seul dans le fond du champ
Nos valeureux guerriers avaient la chance en or de se retrouver en première place de la forte division Ouest de la ligue canadienne de football en ce dimanche pluvieux, mais un jeu crève-coeur a fait avorter cette réalisation unique de nos Verts.

Quelle partie mes amis partisans de notre belle équipe de football. Un seul mot pour résumer cette partie: AYOYE Batèche! Parce que ça cognait dur sur le terrain (Allez soigneur! Apporte des sacs de glace, on en a de besoin) et AYOYE Batèche ! Parce que ce fut une défaite dont on n'avait pas besoin contre l'équipe-de-la-capitale-albertaine-pleine-d'ancien-joueur-des-Riders.]]>
2009-09-22 06:29:09.0 https://fransaskois.info/tout-seul-dans-le-fond-du-champ-t3445.html oppaquet.t3445 null opTexte
Roughriders Eskimos - Tout seul dans le fond du champ
Dernier jeu de la partie, on est à la ligne de 17 verges de la zone payante des Eskimos, on perd par 4 points, Durant ramasse le ballon et le lance par-dessus les mains du solide Getzlaf juste devant le courageux Dressler et la partie se termine là! 31 à 27 pour les Eskimos. On quitte le vieux stade Mosaïc complètement engourdi ! En colère ! Non, pas vraiment. Coutdonc! C'est où qu'on s'est fait avoir ici! On menait 27 à 24 avec moins de 2 minutes à la fin du 4e quart! Qu'est-ce qui s'est passé exactement ?

Roughriders Eskimos - Tout seul dans le fond du champ
Qu'est-ce qui s'est passé ? C'est tout simplement que nous avons rencontré un adversaire de taille avec des joueurs de taille et surtout un quart arrière de taille et avec en plus, un nouvel coordinateur offensif de taille… Voilà mes chers amis partisans ! Pas plus compliqué que ça ! On s'est fait conditionner !!! Conditionner ? Qu'est-ce que ça veut dire ce mot au football ? Ce n'est pas compliqué ! Lisez attentivement ce qui suit !

Roughriders Eskimos - Tout seul dans le fond du champ
La partie a débuté et le quart-arrière-futur-joueur-du-Temple-de-la-renommée-du-football-canadien-à-Hamilton, Ricky Ray, a commencé à lancer des ballons à ses receveurs. Des petites passes ici et là, toujours à l'intérieur de 20 verges environ si bien qu'on s'est retrouvé avec un déficit de 11 points à la mi-temps. Eux-Autres 21 Nous-Autres 10. Fallait le faire car Ricky Ray a complété 20 passes en 20 tentatives ! WOW !!! Lorsqu'on parle de conditionner l'adversaire, en l'occurrence, nos valeureux guerriers verts, Ricky Ray s'est amusé à le faire pendant toute la partie sauf qu'à 69 secondes de la fin, il a décidé de feinter une courte passe à son receveur, Maurice Mann. Celui-ci, ( Mann ) est parti comme une balle et a laissé derrière dans la pluie et la bruine, Omarr Morgan, notre demi de coin. Maurice Mann a couru comme un receveur pressé et s'est retrouvé à capter le ballon à 38 verges d'Omarr Morgan et est parti en galopant à son gré vers la zone des Verts. Comme on dit dans le jargon, il était TOUT SEUL DANS LE FOND DU CHAMP !!!

Roughriders Eskimos - Tout seul dans le fond du champ
C'est devenu tranquille dans le vieux stade et ensuite on a bien essayé et ça s'est terminé comme je vous l'ai mentionné plus haut, Durant au 17 des Eskimos, lance par-dessus les mains du solide Getzlaf juste devant le courageux Dressler.

Roughriders Eskimos - Tout seul dans le fond du champ
Conditionner l'adversaire... Omarr Morgan était conditionné pendant toute la partie à voir Ricky Ray lancer des petites passes et sur le jeu où celui-ci s'est avoir, il croyait que Ray lancerait le ballon afin d'atteindre le premier jeu. Omarr a anticipé une petite passe et s'est fait complètement brûler... tu es un super joueur et tu l'as prouvé en recouvrant une échappée de 108 verges bon pour un touché pour Nous-Autres. Un record de la ligue canadienne en passant, mais Omarr on peut se permettre d'anticiper un jeu lorsqu'on mène 45 à 0 mais pas lorsqu'on mène par 3 points. Écoute Omarr, comme ton entraîneur en chef l'a mentionné à la fin de la partie dans le vestiaire, ce n'est pas la fin du monde mais méfie-toi la prochaine fois, surtout toi, un vétéran de 10 saisons dans cette super ligue.

Roughriders Eskimos - Tout seul dans le fond du champ
Félicitations à M.Miller, l'entraîneur en chef, de ne pas y avoir été avec la totale dans le vestiaire (Ce qui veut dire coup de pieds dans la poubelle, casquette qui revole...) après cette défaite crève-cœur de nos valeureux guerriers. Eille! C'est juste du football et on se reprendra la semaine prochaine à Edmonton dans le gazon naturel bien épais et avec les gros souliers à crampons, ceux qui ont 7 crampons…

Texte et photos: Claude Martel
(Ce texte est aussi publié dans l'Eau vive)]]>
0
55 à 10: La machine des Riders était bien huilée
Logo - Roughriders
- Jyles, prépare-toi à jouer !
- Foord, toi aussi tu vas y aller !
- Eille ! On embarque les remplaçants !
- Êtes-vous sûr M. Miller ?
- Messieurs les entraîneurs adjoints, regardez le pointage, c'est présentement 42 à 7 et nous sommes vers la fin du 3e quart !
- Allez vous amuser les gars...]]>
2009-09-14 01:04:01.0 https://fransaskois.info/55-a-10-la-machine-des-riders-etait-bien-huilee-t3426.html oppaquet.t3426 null opTexte Blue Bombers de Winnipeg. Nos valeureux guerriers l'ont emporté en ce beau dimanche ensoleillé par le compte de 55 à 10. C'était la suite de la partie aller retour commencée la semaine dernière avec Winnipeg. 4 points au classement pour nos Riders avec ces 2 parties, ce qui les met en tête du classement de la division Ouest avec les Stampeders de Calgary.

Pôvres Bombers ! Ils n'ont jamais rien vu venir lors de cette partie... C'est comme si quelqu'un quelque part, assis dans les estrades, s'acharnait à leur jeter mauvais sort après mauvais sort. Ce n'était pas des farces mes amis partisans. Je ne pensais pas qu'une équipe pouvait connaître autant de malchances pendant une partie.

Bref, tant mieux pour les Verts et tant pis pour les Bleus ! Parfois, ça fait du bien d'en gagner une comme ça ! Ça rend bien des partisans heureux. Un immense Bravo au professionnalisme de notre chère équipe qui n'a pas eu l'audace de monter le pointage à 70 à 10 car ils en auraient été bien capables tellement les Bleus n'étaient pas du tout présents sur le terrain après le premier quart.

Débobinons le film de cette partie. Les 2 équipes entreprennent la partie à force égale car c'était 0 à 0 avec 9 minutes à jouer au 1er quart. Mais après 5 jeux et 50 verges plus loin dans le territoire des Bleus, Wes Cates, des Verts, y va d'un touché sur une course de 10 verges. Ensuite pour finir ce 1er quart, Michael Bishop, des Bleus, donne le ballon à Fred Reid qui y va pour le majeur avec une belle course de 35 verges. À date, c'est 7 à 7 après le premier quart ! On ne peut pas se plaindre car les 2 équipes sont présentes physiquement et mentalement sur le terrain.

À partir du 2e quart, quelle déconfiture de la part des Bleus, LÀ ! Ce n'est plus drôle mes amis partisans…. Le film d'horreur commence avec les Bleus qui y vont avec une formation de style Wishbone, ce qui veut dire que le centre offensif ne remet pas le ballon au quart arrière mais bien à un autre joueur. C'est le porteur de ballon Fred Reid qui reçoit le ballon, se met à jongler avec l'objet tant convoité et l'échappe. Les Bleus avaient en tête une attaque surprise avec un 3e essai et 5 verges à faire. Je ne sais pas mais on aurait pu effectuer un botté de dégagement et ainsi éviter une descente aux enfers. Finalement tant mieux pour eux car les Verts reprennent le ballon et ne font rien qui vaille sauf un excellent botté de dégagement de Jamie Boreham qui donne un point aux Riders.

Après, Sean Lucas, un de nos gars de la défensive capte le ballon lancé par Bishop et galope jusqu'à la ligne de 49 des Bombers. Quelques jeux plus tard, Luca Congi y va de son premier placement de la partie. Il fera 5 autres placements dans cette partie. Nous en sommes déjà au 2e revirement de la part des Bleus en ce 2e quart.

Mes amis, ils en feront 6 autres pendant cette partie. NON ! On ne gagne pas une partie de football en échappant et en se faisant intercepter le ballon de la sorte. Ce fut comme ça à partir de la moitié du 2e quart. Puis Adarius Bowman, ( oui ! oui ! le-joueur-qui-jouait-pour-nous-l'an-passé-et-qui-n'attrapait-jamais-les-ballons-que-Michael-Bishop-lui-lançait ), échappa le ballon et fut recouvert par les Verts. Notre quart arrière, Darian Durant, qui devient de plus en plus un joueur clé de nos Riders y alla d'un touché sur une course de 10 verges.

Quelques minutes plus tard, un autre revirement de la part des Bleus. COUTDONC !!! Ils le font-tu exprès… Imaginez-vous donc que les Bleus ont eu l'audace de produire 4 revirements en 4 possessions de ballon ! Il faut vraiment, mais être vraiment soit pas bon, soit pas concentré, soit être malchanceux, soit être... je n'ai plus de mots pour décrire cette horreur. À ce moment-là, il y a quelqu'un, quelque part qui continuait à leur jeter un mauvais sort.

Puis le plus beau jeu de la partie se pointa pour nos Verts car à partir de ce moment ( 32 à 7 pour Nous Autres ) on pouvait se permettre toutes sortes de jeux abracadabrants. Le quart arrière Durant remet le ballon au receveur de passe Dressler qui lui part en courant vers le côté. Dressler remet le ballon à Jason Armstead qui s'en venait sens contraire à Dressler. Ensuite Armstead applique les freins et décide de jouer au quart arrière et envoie le ballon sur une distance de 34 verges et qui qu'on voit à la zone des buts, EH ! Oui ! Notre vieil ami Andy Fantuz revenu au jeu après une absence de 5 parties pour blessure. On s'était ennuyé de cet excellent joueur. Fantuz saute dans les airs parmi 3 joueurs des Bombers et réussi à garder le ballon dans le panier. WOW !!! Quel attrapé par ce Fantuz !

Ensuite ce fut le déluge de placements de Luca Congi et un majeur de la part de Wes Cates qui alla clore cette partie par le pointage de 55 à 10. Il était temps que cette partie se termine car à chaque fois que les Bombers touchaient au ballon, ça se terminait par une perte de ballon.

Bref, 8 revirements de la part des Bombers qui se sont capitalisés en 24 points pour nos Riders. On ne gagne pas des parties comme ça !!!

Pour la première fois cette année, nos valeureux guerriers ont réussi le plus haut pointage lors d'une rencontre de la saison régulière de la ligue canadienne de football.

Bravo à nos valeureux Riders pour cette excitante victoire contre ces Pôvres Bombers.

Texte: Claude Martel
(Ce texte est aussi publié dans l'Eau vive)]]>
0
<![CDATA[Le cauchemar du 3<span style="lowercase;font-size:60%;vertical-align:super;">e</span> quart n'est pas réapparu... ouf!]]>
Roughriders Blue Bombers - Le cauchemar du 3e quart n'est pas réapparu... ouf! - photo par Claude Martel
Quelle partie de football mes amis partisans des Roughriders en ce beau dimanche très mais très chaud et venteux au vieux stade de nos fistons. Cette victoire était importante car à ce stade-ci de la saison, il faut commencer à penser au détail de fin de saison ( Je parle ici des séries de fin de saison pour mes amis qui sont plus jeunes que moi).

Nos garçons ont remporté cette partie contre les Blue Bombers par le pointage de 29 à 14.

En effet, cette rencontre dite classique de la Fête du travail arrive au bon moment car nos garçons veulent absolument s'assurer du premier rang de la très forte division ouest de la ligue canadienne de football. En passant, ça fait cinq années de suite que les fistons font plaisir à leurs partisans en remportant cette classique de la Fête du travail contre l'équipe qu'on aime planter, c'est-à-dire les Blue Bombers de Winnipeg.]]>
2009-09-07 03:34:13.0 https://fransaskois.info/le-cauchemar-du-3e-quart-n-est-pas-reapparu-ouf-t3396.html oppaquet.t3396 null opTexte
Roughriders Blue Bombers - Le cauchemar du 3e quart n'est pas réapparu... ouf! - photo par Claude Martel
Revoyons le film de cette partie ensemble. Au début de la partie, les Bleus gaffent lors de la rencontre au sommet avec l'arbitre en chef. En effet, ceux-ci voulaient recevoir le ballon des Verts mais en décident autrement. Voilà que l'entraîneur en chef des Bleus s'avance sur le terrain avec 2 de ses capitaines et tentent de faire dire à l'arbitre en chef que celui-ci s'est trompé dans sa décision. Le monsieur zébré lui dit de retraverser le terrain et que c'était à ses capitaines de prendre la bonne décision. Avantage des fistons car ceux-ci se retrouvent avec le ballon mais avec le vent de 45 Km à l'heure dans la face. Ça dépeigne son joueur …

Roughriders Blue Bombers - Le cauchemar du 3e quart n'est pas réapparu... ouf! - photo par Claude Martel
On commence la partie. Un très long botté des Bleus et le nouveau et ancien retourneur de bottés des garçons, Jason Armstead concède un point. Il me semble qu'il aurait pu faire un petit effort et de sortir le ballon de la zone des Verts. Allez savoir pourquoi !!! Quelques minutes plus tard les Verts frappent à la porte des buts des Bleus. Le quart désigné en situation courte des fistons, Steven Jyles, y va d'une course du désespoir et compte son 2e touché de la saison. Verts 7 Bleus 1

Roughriders Blue Bombers - Le cauchemar du 3e quart n'est pas réapparu... ouf! - photo par Claude Martel
Ensuite, les Bombers y vont d'un placement d'Alexis Serna et le pointage est de maintenant 7 à 4. Puis pour clore le 1er quart, notre porteur de ballon, Wes Cates y va d'un touché sur une course de 3 verges. Pointage 14 à 4 pour les fistons. On a le vent dans les voiles et ce, dans les 2 sens du thème.

Au 2e quart, Luca ( Forza ) Congi y va d'un placement de 21 verges et son copain, Jamie Boreham enfile un point sur un botté de dégagement de 52 verges qui se ramasse dans la zone des Bleus. Merci monsieur le vent de 45 Km…

Roughriders Blue Bombers - Le cauchemar du 3e quart n'est pas réapparu... ouf! - photo par Claude Martel
Puis, le jeu de la partie. Les Blues sont à une verge de la zone des Verts grâce à un bel attrapée d'Adarius Bowman. En passant, ce Bowman a attrapé quelques passes de Michael Bishop lors de cette rencontre. C'est drôle, il ne faisait jamais ça lorsqu'il jouait pour nous l'an passé !!! Ah ! Ça change parfois…. En tout cas, il ne reste plus de secondes au tableau et les Bleus y vont avec une remise au porteur de ballon Fred Reid et celui-ci est arrêté net et sec par un de fistons. OUF !!! Ça fait du bien de ne pas se faire compter un touché juste avant d'aller faire le plein au vestiaire. Pointage Verts 18 Bleus 4

Roughriders Blue Bombers - Le cauchemar du 3e quart n'est pas réapparu... ouf! - photo par Claude Martel
Puis là on arrive au 3e quart… Ah ! Non… Au début du 3e quart, tout se déroule bien pour les fistons et puis après 10 minutes de jeu, un touché par celui-qui-ne-pognait-pas-les-ballons-pour-nous-autres-l'an-passé, soit l'ami Adarius Bowman. Pointage Verts 18 Bleus 14. Le cauchemar du 3e quart va-t-il réapparaître… Non car Ted Kornegay intercepte un ballon de Michael Bishop et le rapide Weston Dressler y va d'un beau plongé et marque un beau touché pour les fistons. Hourra! Le cauchemar du 3e quart n'est pas réapparu… OUF !!!

Pointage Verts 25 Bleus 14 vers la dernière minute du 3e quart. Les amis, on a passé au travers du 3e quart cette fois-ci…

Roughriders Blue Bombers - Le cauchemar du 3e quart n'est pas réapparu... ouf! - photo par Claude Martel
Puis au 4e quart, les fistons ont tenu leur bout et Ted Kornegay a intercepté pour une 2e fois dans cette partie un ballon lancé par Michael Bishop et puis Forza y est allé d'un botté de placement de 28 verges tandis que son ami Boreham a compté un point sur un botté de dégagement de 90 verges. Bien sûr, Bien sûr… Les gars avaient le vent dans le dos… car on avait l'avantage du terrain avec le vent dans le … Grâce à la gaffe des Bleus lors de la rencontre au sommet.

Roughriders Blue Bombers - Le cauchemar du 3e quart n'est pas réapparu... ouf! - photo par Claude Martel
Pointage final Verts 29 Bleus 14

6 revirements pour les Bleus !!! Disons que ça n'aide pas à gagner…

Prochaine chicane contre les Bleus sera la semaine prochaine et on apportera le banjo …

Hourra !!! Pour les petits gars !!!

Texte et photos: Claude Martel
(Ce texte est aussi publié dans l'Eau vive)]]>
0
Une défaite très honorable
Roughriders Alouettes - Photo par Daniel Paquet www.photo.paquet.ca
Vendredi dernier, nos fistons se sont rendus dans La Belle Province. Plus précisément pour y disputer la victoire contre les Moineaux. Les Alouettes avaient décroché la victoire ici même voilà un mois par le compte de 43 à 10. La pire défaite de nos garçons, depuis belle lurette, au vieux stade Mosaïc. ]]>
2009-08-24 06:45:16.0 https://fransaskois.info/une-defaite-tres-honorable-t3349.html oppaquet.t3349 null opTexte une défaite très honorable. Ils ont pu sortir du stade la tête très haute. Soyons fiers de notre équipe et allons ensemble ausculter cette partie.

Roughriders Alouettes - Photo par Daniel Paquet www.photo.paquet.ca
Au début du premier quart, on a fait un botté de dégagement et un dénommé Taylor décide de parcourir le champ jusque dans la zone payante de nos gars. Ouans ! Ça commence bien ! On joue contre la meilleure équipe de la ligue canadienne, surtout que la défensive des Moineaux n'a pas accordé de touchés depuis les 3 dernières parties, il faut le faire… C'est pas grave car on pourra se reprendre. Et mettez-en qu'on pourra se reprendre ! Nos fistons jouent bien et se retrouvent à une verge des buts des Méchants Moineaux. LÀ ! et LÀ ! On se retrouve comme l'an dernier, pas capable de compter en trois essais. À l'écran, on voit la défensive des Oiseaux se resserrer et LÀ ! On se dit qu'on va assister encore une fois à une faufilage du quart Durant, ou bien à une remise de ballon au porteur de ballon qui est à environ 5 verges derrière le quart. Comme de fait on remet le ballon à Hugh Charles, ( Où était-il passé celui-là, ça faisait un très bon bout de temps qu'on n'avait pas vu cet excellent joueur ), on gaffe. 2e essai, on regaffe encore. 3e essai, on y va coûte que coûte et on reregaffe…

Roughriders Alouettes - Photo par Daniel Paquet www.photo.paquet.ca
Coutdonc Batèche… Y aurais-tu moyen de changer de jeux lorsque ça ne fonctionne pas pendant 2 essais ! Je ne sais pas moi, une feinte de remise au porteur de ballon avec une petite passe au flanqueur (C'est un receveur de passe très, mais très éloigné sur les lignes de côté) qui effectue un tracé à l'intérieur ou bien une esquive du quart arrière vers la droite avec option de remettre au porteur si celui-ci... J'arrête.

Roughriders Alouettes - Photo par Daniel Paquet www.photo.paquet.ca
Je ne rentrerai pas dans les détails des jeux mais Bonyenne ! Les fistons ont un catalogue d'environ 125 jeux, il y a en sûrement une couple qui sont destinés à ce genre de situation. En tous cas, ils se sont faits arrêtés à la porte de la zone payante. Si ceux-ci avaient eu la chance de compter, je vous le dis les amis, ça aurait changé la partie. Mais que voulez-vous.

Roughriders Alouettes - Photo par Daniel Paquet www.photo.paquet.ca
Au milieu du 2e quart, notre ami Durant se met au travail et lance une belle passe à Rob Bagg qui fait une superbe de belle attrapée et s'envole vers les buts. Ensuite, le botteur Boreham envoie le ballon paître dans la zone des Moineaux. Pointage 10 à 9 pour NOUS-AUTRES. Je vous l'ai dit qu'ils étaient prêts mentalement et physiquement. À ce point dans la partie, ils jouaient très bien nos garçons. On avait espoir.

Roughriders Alouettes - Photo par Daniel Paquet www.photo.paquet.ca
Ensuite Montréal y va d'un placement qui vaut 3 points. Pointage 12 à 10 pour eux. Puis, Durant lance le ballon qui tombe dans le panier de Gerran Walker. 17 à 12 avec 2 minutes à faire pour NOUS-AUTRES. Je vous l'avais dit qu'ils…

Roughriders Alouettes - Photo par Daniel Paquet www.photo.paquet.ca
Ça aurait été agréable de garder ce pointage pour aller dans le vestiaire se refroidir à la mi-temps. Mais non ! Les Alouettes ont compté avec un touché du super receveur Cahoon. Il a capté une passe du quart Calvillo. Pointage 19 à 17 pour EUX-AUTRES Et qu'on a le don de se compliquer la vie quand tout baigne dans l'huile (Pour les plus jeunes, quand tout va bien).

Roughriders Alouettes - Photo par Daniel Paquet www.photo.paquet.ca
Au 3e quart, Durant lance le ballon et se fait intercepter par le maraudeur Matthieu Proulx qui en fait, en fera une autre dans la partie. C'est le job d'un maraudeur de ramasser des ballons perdus ou bien, échappés. Ensuite, dans une situation de 3e essai et quelques verges, les Moineaux ont envoyé pour la première fois de sa carrière professionnelle le quart arrière substitut Chris Leak. Pour cet ancien quart arrière étoile de l'université de la Floride, ça passait ou ça cassait. Eh bien ! Ça passé pour lui car il a réussi une passe de 2 verges à Kerry Watkins. Pointage 26 à 17 pour EUX-AUTRES.

Avec 6 minutes à faire dans la partie, les Alouettes y vont d'un touché par la passe à l'excellent Cobourne à cause d'une interception de Durant.

Roughriders Alouettes - Photo par Daniel Paquet www.photo.paquet.ca
Avec le pointage de 33 à 17 pour les Alouettes, les fistons ne lâchent pas d'une semelle les Moineaux car le porteur de ballon Hugh Charles y va d'un touché sur une course de 4 verges. On y va d'une transformation de 2 points qui est réussie avec une passe à Getzlaf de Durant avec 4 minutes à faire dans la partie. Mais avec 1 minute à faire nos garçons échappent le ballon et EUX-AUTRES reprennent l'objet tant convoité. Ensuite le botteur de dégagement des Alouettes, Damon Duval y va d'un botté qui s'enfuit dans la zone des buts pour clore la partie au compte de34 à 25.

Roughriders Alouettes - Photo par Daniel Paquet www.photo.paquet.ca
Le quart arrière, Darian Durant se blâmait pour avoir provoqué la défaite des siens avec 3 passes interceptées et de ne pas avoir capitalisé sur les 3 essais du 1er quart. Darian, tu es tout un joueur et continu ton excellent travail. Tu sais Darian que lorsqu'on joue plus souvent par la passe, il y 3 situations qui peuvent se passer dans une partie et malheureusement 2 de ces situations (échappée et interception) arrivent parfois à l'issue de la rencontre. À toi et tes receveurs de vous assurer que la meilleure situation (passe captée) arrive plus souvent qu'autrement. Ne lâche pas , allez ! On va y arriver à la coupe...

Les amis, ce fut une défaite honorable pour nos fistons, mais les revirements (5) les ont coulés contre l'excellente équipe des Alouettes de Montréal.

Je vous fais une prédiction, on va les revoir et vous savez où...]]>
0
Ça fait du bien …
Roughriders Tigres-Chats - Photo parClaude Martel -
Nos garçons ont joué du bon football dimanche soir contre les Tigres-Chats d'Hamilton au vieux stade mythique. Les hommes de l'ex-coordinateur offensif de nos fistons maintenant entraîneur en chef pour Hamilton, M. Marcel Bellefeuille, n'ont pas eu de chance car les garçons les ont battus par la marque de 33 à 23. Pôvres Tigres-Chats ! La dernière fois qu'ils ont remporté la victoire face à nos garçons au vieux stade remonte à l'année 2001. En effet, 11 défaites de suite à Regina . Faut le faire !]]>
2009-08-17 12:14:37.0 https://fransaskois.info/ca-fait-du-bien-t3333.html oppaquet.t3333 null opTexte
Roughriders Tigres-Chats - Photo parClaude Martel -
En tout cas, Ça fait du bien… d'avoir cette victoire car les petits gars s'en vont jouer contre les Moineaux à Montréal vendredi soir prochain. Ça ne sera pas facile. Je vous le jure. C'est pour cela que la victoire de ce soir arrive à bon point pour le mental… de l'équipe et surtout des farouches partisans.

Le premier touché de nos garçons a été réalisé par Keith Shologan, un gentil fermier de 6 pieds et 2 pouces, pesant 290 livres, de Spruce Grove au nord d'Edmonton et footballeur à ses heures. Keith qui est plaqueur défensif s'est retrouvé à l'offensive pour cette occasion afin d'aider cette unité. Il a capté une passe d'une verge du quart arrière Jyles. Oh ! Qu'il était heureux d'avoir réalisé ce touché. Il a même gardé le ballon en souvenir. On peut lui pardonner cet excès de joie.

Roughriders Tigres-Chats - Photo parClaude Martel
Ensuite , le quart des Tigres-Chats, Quinton Porter, commet une échappée et cela se transforme en placement par Luca ( Forza ) Congi. Pointage 10 à 0 pour Nous Autres. Ça va fait du bien… Bref, on se retrouve à la demie avec le pointage de 23 à 0 pour les fistons. Même que les Tigres-Chats n'ont pas eu de premiers jeux pendant la première demie. Incroyable ! Comme on dit : Le ballon ne roulait pas pour les footballeurs d'Hamilton.

En revenant de la demie, les gars d'Hamilton se sont finalement réveillés et après 11 minutes de jeu, le pointage était de 23 à 16 pour Nous Autres. On se croisait les doigts. Au début du quatrième quart, les Tigres-Chats font un touché. Pointage 23 à 23.

Roughriders Tigres-Chats - Photo par Claude Martel
Bon , ça va recommencer encore. On prend une bonne avance et on se laisse prendre au jeu en regardant l'adversaire nous empiler les points, si bien qu'on se met à jouer du football de rattrapage et on perd la partie et tout le monde est fâché ! On se revoit encore contre la partie d'Edmonton quelques semaines auparavant. Avec ce pointage, Ça grogne un petit brin autour de nous dans les estrades …

Finalement, le receveur étoile, Weston Dressler y va d'un beau touché avec une superbe de belle course et plonge dans la zone payante avec 6 minutes à jouer. Allez ! Il faut tenir encore les petits. Pointage 30 à 23 pour les RoughRiders. Les partisans sont heureux. Puis avec 2 minutes et demie à jouer, Luca ( Forza ) Congi y va d'un placement et ça se solde par la marque finale de 33 à 23 pour les fistons. Ça fait du bien …

Texte et photos: Claude Martel
(Ce texte est aussi publié dans l'Eau vive)
]]>
0
On repartait le carrousel
Casque des Roughriders de la Saskatchewan
Vendredi soir dernier vers 20h 30, on s'installait devant la boîte noire ancien style afin de regarder la partie de nos garçons. Ayant mis les deux moussaillons au lit ( Eh ! oui ! On couche ça de bonne heure chez nous ), on se disait qu'on allait assister à une bonne partie de nos fistons à Vancouver où ceux-ci avaient remporté 5 de leur dernières 7 rencontres. On jouait au football dans un dôme ( stade couvert pour les plus jeunes ), donc pas de pluie, pas de vent, rien pour influencer l'issue de la partie avec les éléments de Dame Température.]]>
2009-08-10 07:25:33.0 https://fransaskois.info/on-repartait-le-carrousel-t3321.html oppaquet.t3321 null opTexte
  • Passer et
  • attraper le ballon,
  • courir avec le ballon,
  • botter le ballon. Ensuite,
  • plaquer,
  • bloquer et
  • intercepter le ballon.
Mosus ! Lors de cette partie et ce, depuis quelques parties, on trouve toujours le moyen de manquer à un de ces 7 concepts de base qu'on apprend au football mineur avec nos garçons. C'est frustrant…

Casque des Lions de la Colombie-Britannique
On ne s'emportera pas ici et revenons à la partie. En commençant la partie, les Lions prenaient possession du ballon. Ceux-ci allaient se rendre à une verge de la zone payante. On se disait : Ça commence bien …. Pourtant un des 7 concepts (interception) était réalisé par un de nos garçons. Kye Stewart interceptait le ballon et se rendait jusqu'à la ligne de 25 verges dans notre zone. À l'autre séquence, notre quart arrière Durant ne faisait rien qui vaille et les Lions reprenaient le ballon. Puis, un autre revirement à l'avantage de nos garçons. Encore une fois, rien qui vaille pour Durant. Les Lions reprenaient le ballon et Paf ! Une autre INTERCEPTION pour nos fistons. Ceux-ci retournaient l'objet tant convoité dans la zone des Lions. Puis, finalement à 4 minutes de la fin du premier quart, Durant profitait d'un des concepts de base apprit et LANÇAIT le ballon. Le receveur canadien de l'université Queen's, Rob Bagg ATTRAPAIT le ballon pour un beau touché. Félicitations mon homme ! , ton premier touché dans la ligue canadienne de football et n'oublie pas de garder le ballon. Ce qui fût fait …

Puis, c'était au tour de Durant de se faire intercepter par les Lions, qui eux, récidivaient par un touché pour le jeu final du premier quart. Pointage 7 à 7 . Pas pire ! On est encore dans la partie !

Au début du 2e quart après 5 minutes de jeu, Durant LANÇAIT le ballon et encore une fois, Bagg ATTRAPAIT le ballon et c'était maintenant 14 à 7 pour Nous Autres. On était dans la partie, tassez-vous les Lions, vous allez en voir de toutes les couleurs…

Mais après avoir concédé un touché de sûreté et un placement aux Lions, le pointage était maintenant de 14 à 12 en faveur de nos fistons. Pas pire encore et puis Boom ! On a eu droit à un jeu qu'on voit environ à tous les 10 ans dans la ligue canadienne de football.

Les Lions faisaient un botté de dégagement. Le receveur de nos gars, Gerran Walker, lors de la réception du ballon, échappait celui-ci. Un joueur des Lions, qui passait par là, donnait un bon coup de pied sur le ballon. L'objet se mettait à rouler sur une bonne distance sur le terrain. Un de nos joueurs plongeait pour ramasser l'objet mais sans réussite. Le ballon roulait de plus belle vers la zone des buts. Le ballon faisait un bond et était aussitôt tombé dans le panier d'un des joueurs des Lions qui s'en accaparait et allait marquer un touché. Immédiatement, il y avait une réunion au sommet pour les arbitres qui jugeaient que le touché était bon. Quel jeu abracadabrant mes amis… Ce touché nous avait cassé les reins car après ça, les fistons n'étaient plus les mêmes. On rentrait au vestiaire. On se demandait dans les chaumières Saskatchewannaises pourquoi est-ce que l'entraîneur en chef, M. Miller n'avait pas remis en question ce jeu en lançant son mouchoir jaune au sol !

En revenant du vestiaire, les Lions marquaient un touché et le pointage était maintenant en leur faveur par le compte de 22 à 14. Jusqu'au début du 4e quart, le pointage des Lions avaient augmenté car ceux-ci y allaient d'un triplé en botté de placement. Pointage 28 à 14 pour eux. On n'était plus dans la partie. Puis, c'est à ce moment qu'ON REPARTAIT LE CARROUSEL pour nos garçons. Le quart arrière Durant laissait sa place à l'autre quart, Jyles, qui malheureusement ne faisait rien qui vaille lui aussi. Nous savons tous qu'un carrousel, ça tourne en rond et ça va nulle part. Il faudra que quelqu'un le dise à l'entraîneur en chef, M. Miller, de jouer avec un quart arrière. Tu gagnes ou bien tu perds avec ton quart arrière partant. Point final.

Mais tout n'était pas perdu ou presque car vers les derniers instants du match, le vétéran porteur de ballon de 13 saisons avec nos garçons, Chris Szarka y allait d'un touché sur une course de une verge. Ensuite, du jamais vu au football canadien. Pendant que le centre des longues remises, le francophone Jocelyn Frenette, se préparait à envoyer le ballon au teneur Bagg pour le botté d'un point d'après touché. Un des joueurs des Lions décidait à cet instant d'anticiper le compte. Le joueur s'était mis à courir afin de sauter par-dessus M. Frenette et celui-ci réussissait à bloquer le botté de Luca Congi. C'était incroyable de voir ça. Je me suis dit WOW ! Fallait toute une bonne coordination pour réussir ce saut et ce BLOQUÉ ! Bravo à ce joueur des Lions pour son exploit. Sachons apprécier des beaux jeux de football mes amis partisans…

Puis pour terminer cette soirée, les Lions y allaient d'un touché dans les derniers instants de la partie et nos garçons rentraient bredouille au vestiaire. Pointage final : Lions 35 Nous autres 20.

En tous les cas…

Texte: Claude Martel
(Ce texte est aussi publié dans l'Eau vive)
]]>
0
Le malheur de l'un fait le bonheur de l'autre…
Roughriders Stampeders - Photo par Mike Sturk -
Nos garçons se devaient mais dois-je le répéter, se devaient de gagner absolument leur partie samedi soir dernier contre les Stampeders de Fort-Brisebois (Calgary pour les plus jeunes).

Ayant subit 2 défaites de suite au stade Mosaïc, dont une crève-cœur contre les Eskimos d'Edmonton la semaine dernière, nos gars réussissaient à gagner de façon chanceuse au compte de 24 à 23 dans les derniers instants du match contre Henri Burris et ses Stampeders.]]>
2009-08-04 09:11:44.0 https://fransaskois.info/le-malheur-de-l-un-fait-le-bonheur-de-l-autre-t3313.html oppaquet.t3313 null opTexte Chris Getzlaf, pour prendre la relève du receveur Fantuz.

Roughriders - Chris Getzlaf - from www.riderville.com
Toute une famille de sportif ces Getzlaf. Ryan, le frérot de Chris, joue au hockey pour les Ducks D'Anaheim de la ligue nationale de hockey. Donc Chris Getzlaf a compté 2 touchés contre les Stampeders dont le touché de la victoire avec 1 minute et 27 secondes à jouer. Celui-ci est parti comme une balle en direction de la zone payante et le quart arrière Durant lui lançait la bombe. Getzlaf n'avait qu'à s'ajuster afin de recevoir le ballon dans le panier. Quelle sensation extraordinaire pour ce garçon de la place qui a idolâtré les RoughRiders depuis sa tendre enfance et maintenant en fait partie. Chapeau mon gars ! Car tu donnes l'exemple aux jeunes footballeurs de Regina. Ainsi le malheur de l'un ( Fantuz ) a fait le bonheur de l'autre ( Getzlaf ).

Roughriders Stampeders - Photo par Mike Sturk -
Pour en revenir à la partie, ça n'a pas été facile mes amis. Oh ! que non ! Il faisait chaud et le temps était à l'orage. Dans la première série de jeu des garçons, ceux-ci se sont emparés du ballon et y ont été pour le touché en 6 jeux de suite. L'auteur du premier touché de la partie pour le garçons, un dénommé Getzlaf. Ensuite, Durant se faisait intercepter le ballon et les Stampeders y allaient pour un majeur. Le pointage après le 1er quart était de 7 à 7.

Au début du 2e quart, il s'est mis à venter pour écorner les bœufs. Malheureusement, nos garçons avaient ce vent d'environ 70 km/h dans la face. Ils s'en sont tirés de façon chanceuse car Calgary a réussi seulement que 2 bottés de placement. OUF ! On rentrait au vestiaire avec un déficit de 3 points. Luca (Forza ) Congi avait réussi un placement au 2e quart. Pointage Calgary 13 Nous-Autres 10.

Roughriders Stampeders - Photo par Mike Sturk -
Au 3e quart, Forza Congi y allait d'un placement de 51 verges avec le vent dans le dos. Une chose qui est rare pour notre ami Congi , son botté était imprécis et s'en allait vers la gauche des poteaux. Donc, pas de points pour les garçons au 3e quart. C'est moche de ne pas compter surtout quand tu as le vent dans le dos.

C'est pas grave car le receveur des garçons, Dressler, captait une belle passe du quart Durant et marquait un touché. Avance de 17 à 13 pour les gars de Regina au début du 4e quart. Ensuite, Lucas ( Forza ) Congi y allait d'un autre placement de 33 verges mais le ballon frappa la barre horizontale. Faut croire qu'il ne l'avait pas ce soir-là ! Ça arrive !

Roughriders Stampeders - Photo par Meff McIntosh
Ensuite, l'ancien-quart-arrière-des-garçons-qui-a-décidé- d'aller-jouer-à-Fort-Brisebois-pour-plus-de-cash , Henri Burris, y allait de son propre touché et portait le compte 20 à 17 avec environ 8 minutes à faire. Ensuite, les Stampeders y allaient d'un botté de placement réussi. Le compte était de 23 à 17 avec 4 minutes à jouer.

Encore une fois, le botteur du Calgary, en faisant mouche, aurait pu sceller l'issue de la partie, mais heureusement pour nous , celui-ci manquait la cible et l'objet tant convoité allait choir dans le panier de Dressler. Celui-ci parti au grand galop et fut arrêté à la ligne de 45 verges dans le territoire des garçons. Toute une remontée à faire avec moins de 2 minutes dans la partie. Sachant qu'au football, 2 minutes peuvent sembler une éternité, Durant décocha une passe et allait dans le panier de vous savez qui. Le pointage était de 24 à 23 pour nous autres.

Roughriders Stampeders - Photo par Mike Sturk -
Heureusement pour les garçons, les Stampeders n'avaient pas la chance de marquer et la partie se terminait peu après. Les garçons et leurs partisans étaient heureux et on se serait pensé au Stade Mosaïc tellement ça criait pour les RoughRiders.

Les garçons ! Ce n'est pas terminé car vendredi soir prochain, on affronte les Lions. Allez ! On ne s'assit pas sur nos casques…

Texte: Claude Martel
Photos: site des Roughriders (www.riderville.com) et site des Stampeders (www.stampeders.com), photographes: Mike Sturk et Meff McIntosh
(Ce texte est aussi publié dans l'Eau vive)]]>
0
On reste à la maison ce soir
Roughriders - On reste à la maison ce soir - Claude Martel
- Chéri, veux-tu aller manger à l'extérieur de la maison ce soir car tu m'avais promis ce nouveau restaurant !
- Non, on reste ici ce soir car je ne veux pas me faire vilipender par les partisans qui veulent me tenir comme étant le bouc émissaire de cette &#?% défaite !

C'est peut-être cela qui s'est passé pour un bon nombre de nos garçons après cette partie contre les Eskimos d'Edmonton. Ils ont perdu au compte de 38 à 33. ]]>
2009-07-27 09:11:05.0 https://fransaskois.info/on-reste-a-la-maison-ce-soir-t3312.html oppaquet.t3312 null opTexte
Roughriders - On reste à la maison ce soir - Claude Martel
C'est peut-être cela qui s'est passé pour un bon nombre de nos garçons après cette partie contre les Eskimos d'Edmonton. Ils ont perdu au compte de 38 à 33.

Quelle défaite mes amis ! Celle-là, elle faisait mal ; C'est pas des farces !!

On peut dire que la saison est encore jeune. Mais dans la ligue canadienne de football, il ne faut pas et je le répète, il ne faut pas prendre les parties comme acquises car on en laisse passer quelques-unes et on se retrouve au bas du classement et peut-être, on se ramasse avec une partie éliminatoire loin de Regina. Il ne faut pas oublier qu'une partie dans le détail au vieux stade mythique mettra 2 millions de revenus avant les dépenses dans les coffres des verts. C'est du gros argin comme dirait l'avare Séraphin.

Roughriders - On reste à la maison ce soir - Claude Martel
Revenons au match. On fêtait le 20e anniversaire de la victoire de la coupe Grey de 1989 avec un rassemblement des anciens coéquipiers. Il y avait 34 joueurs en plus du personnel de soutien . Bref une belle rencontre et beaucoup de souvenirs à se partager.

Les garçons étaient pompés au début de la partie car le pointage était de 22 à 0 à la fin du premier quart. Je me suis dit : Ah ! pas de problème, un autre massacre comme celui de l'an dernier où les garçons l'avaient emporté par le compte de 55 à 8 contre ses mêmes Eskimos. Mais non ! Pas cette fois-ci car les Eskimos sont revenus vers la fin du 2e quart avec un majeur, une transformation et deux placements. Juste avant de rentrer au vestiaire pour se refroidir de cette chaleur estivale, les blessures avaient rejoint nos garçons ( Chick, Harris et Lucas ) qui étaient tombés au combat.

Roughriders - On reste à la maison ce soir - Claude Martel
En revenant du vestiaire après la demie, c'est là que ça s'est gâté… Les Eskimos ont pris le contrôle de la partie et l'avance de nos garçons a complètement fondu comme glace au soleil au 3e quart où plus rien ne fonctionnait pour notre équipe. Ils ont eu leur premier essai à 50 secondes avant la fin du troisième quart. Juste pour vous dire…. Finalement, le joueur de centre des longues remises, Jocelyn Frenette, nous remis dans la partie en recouvrant une échappée de l'adversaire lors d'un botté de dégagement de Jamie Boreham vers la fin du 3e quart. Ensuite ce fut une belle réception de 34 verges du Jason Clermont. Le joueur natif de Regina est sous-utilisé car c'est un excellent receveur de passe et celui-ci réchauffe le banc la plupart du temps.

Roughriders - On reste à la maison ce soir - Claude Martel
Lorsque les garçons ont entrepris le 4e quart, ils reprenaient les guides de la partie par le pointage de 33 à 30. Imaginez, c'était 22 à 0 à la fin du 1er quart. Bout de vinyenne de torvisse ! Qu'est-ce qui s'est passé pour nos gars, être obligé de jouer du football de 2e degré comme ça. Ça ne devrait pas se produire….

Roughriders - On reste à la maison ce soir - Claude Martel
Ensuite, notre botteur de dégagement concède 2 points sur un touché de sûreté au lieu de botter le ballon qui aurait tombé au milieu du terrain. Ce jeu-là, il y avait environ 30, 945 partisans qui ne l'avaient pas compris et se posaient beaucoup de questions pour ce choix de jeu, jeu sûrement appelé par le coordinateur des unités spéciales. En tous les cas, ça portait la marque au compte de 33 à 32 pour nos garçons. Puis, arriva ce qui devait arriver, les hommes de l'ancien coordinateur de la défensive de notre équipe devenu entraîneur en chef des Eskimos, Ritchie Hall, y allait d'un touché. Ceux-ci y allait d'une transformation de 2 points mais le jeu avorta dans la zone payante. 38 à 33 pour les gars de l'Alberta.

Ensuite, on essaya bien mais ce fût sans succès. Quelle défaite crève-cœur !!! Sérieusement, il ne fallait pas la perdre celle-là …

Texte et photos: Claude Martel
(Ce texte est aussi publié dans l'Eau vive)]]>
0
Gagner avec 4 joueurs talentueux
Roughriders Alouettes - Gagner avec 4 joueurs talentueux - Claude Martel
Les méchants Moineaux (Alouettes de Montréal) étaient en ville pour disputer la victoire à nos gars samedi le 18 juillet dernier au vieux stade Mosaïc. Wow! l'ont-ils remporté cette partie!!!…

Les Méchants Moineaux ont défait nos garçons par le compte de 43 à 10.

C'était la fin de semaine du style rétro pour les 8 équipes de la ligue canadienne de football. Avec leurs uniformes d'antan ( Voir ici les années 60 ) on aurait dit des équipes d'écoles secondaires s'affronter, mais en réalité c'était des équipes professionnelles.]]>
2009-07-20 09:10:26.0 https://fransaskois.info/gagner-avec-4-joueurs-talentueux-t3311.html oppaquet.t3311 null opTexte
Roughriders Alouettes - Gagner avec 4 joueurs talentueux - Claude Martel
L'importance pour cette partie de football était qu'il y avait sur le terrain 2 équipes invaincues depuis le jeune début de la saison. Lorsque la partie a débuté, nos garçons n'étaient pas en possession du ballon et plus important, de la partie.

Des bévues de parts et d'autres pour les 2 équipes apportaient le pointage de 4 à 0 pour les Moineaux. Au 2e quart, on recouvrait le ballon lors d'une échappée de l'adversaire et Wes Cates y allait d'un galop dans la zone payante et nos garçons reprenaient les rênes de la partie.

Roughriders Alouettes - Gagner avec 4 joueurs talentueux - Claude Martel
Au milieu du 3e quart, nous avons assisté à un relâchement de l'unité offensive qui allait nulle part sauf dans la zone pour des points. Le pointage était en faveur des Moineaux 30 à 8.

Pour le 4e quart, nous avions l'équipe des garçons à la dérive... et c'est là que les Méchants Moineaux de Montréal auraient dû amener seulement 4 footballeurs à Regina et ainsi épargner sur les chambres d'hôtel, le transport par avion et l'allocation monétaire journalière aux joueurs car les Calvillo, Cobourne, Cahoon et Duval ont fait le job de mettre plein de points au tableau indicateur.

Roughriders Alouettes - Gagner avec 4 joueurs talentueux - Claude Martel
Vers la fin de la partie, on a vu le quart arrière étoile des Moineaux, Anthony Calvillo, ( qui en passant a égalisé le record de passes de touché du regretté joueur des RoughRiders, Ron Lancaster, soit 334 passes ) remettre l'objet tant convoité au porteur de ballon, Avon Colbourne, presque à chaque jeux jusqu'à celui-ci parvienne à la zone des buts et s'écroule de fatigue tellement il avait traversé plus de la moitié du terrain ( 81 verges ) pour accomplir le touché.

J'assistais à cet exploit sans que la défensive des garçons puisse réagir ou bien s'adapter pour arrêter Colbourne. Je crois sincèrement qu'Anthony Calvillo a eu la décence de ne pas lancer une passe de touché au receveur étoile Cahoon dans les derniers instants du match pour ne pas humilier les partisans des garçons afin de battre le record du Petit Général ( M. Lancaster ) où celui-ci avait connu des années de gloire ici au Taylor Field. M. Calvillo voulait sans doute garder ce bijou pour les partisans des Moineaux à Montréal. (Ce qui fut fait contre Hamilton jeudi soir dernier ). 43 à 10 pour les Moineaux et ça faisait longtemps que les garçons n'avaient pas mangé une volée comme ça.

Roughriders Alouettes - Gagner avec 4 joueurs talentueux - Claude Martel
C'était beau de voir toutes les estrades du stade être peinturé en vert au début de la partie. Ce n'est qu'au milieu du 4e quart que malheureusement la peinture verte a commencé à couler et les estrades ont reprit leur couleur naturelle de jaune, orange, bleue...

Partie à oublier chers amis partisans...

Texte et photos: Claude Martel
(Ce texte est aussi publié dans l'Eau vive)]]>
0
Où est passé le pot de colle
Roughriders - Où est passé le pot de colle - Claude Martel
Quelle partie de football mes amis! OUF! Nos garçons ont procédé vendredi dernier à la présentation de leur premier match de la saison 2009 au vieux stade Mosaïc contre les Lions de la Colombie-Britannique. Oui ! Oui! Ces mêmes Lions qui, l'an dernier, avaient éliminé nos garçons ici même dans notre stade lors de la demi-finale de la puissante division Ouest. Ah! Ces Mosus de Lions!
]]>
2009-07-06 21:24:42.0 https://fransaskois.info/ou-est-passe-le-pot-de-colle-t3259.html oppaquet.t3259 null opTexte
Roughriders - Où est passé le pot de colle - Claude Martel
Est-ce que c'était un bon match ? Plus ou moins, car c'était tellement cousu d'erreurs ( Il y avait assez d'erreurs dans cette partie que même grand-maman aurait pu faire une courte pointe à l'effigie de notre équipe ) que s'en était parfois excitant au possible. Nos garçons ont réussi encore à retenir leurs partisans, tous habillés en vert pour l'occasion, jusqu'à la dernière seconde de la partie. Je trouve cela tellement insultant lorsque les partisans quittent lorsqu'ils restent encore 5 minutes avant le coup de sifflet final de l'arbitre en chef ! Je suis de la vieille école. Je reste jusqu'à la fin de la partie et ensuite je discute de celle-ci avec des partisans francophones assis pas trop loin de mon siège.

Roughriders - Où est passé le pot de colle - Claude Martel
Le premier quart s'est très bien déroulé pour nos garçons. À la première entrée de jeu de notre offensive, ( Sous la commande du quart arrière partant pour cette partie, Darian Durant ), celle-ci réussissait à se rendre jusqu'à la ligne de 40 verges dans le territoire de l'ennemi. À l'autre séquence, M. Durant échappait le ballon et les Lions recouvraient l'objet tant convoité. C'était une première échappée et n'ont pas la dernière ! Assez qu'on se demandait où était donc passé le pot de colle sur les lignes de côtés afin de garder le ballon dans ses mains !!! À la reprise, le quart arrière des Lions, Buck Pierce échappait lui aussi l'OTC ( Objet Tant Convoité ) en arrivant face à face avec l'arrière défensif, Eddie Davis. Un gros bonhomme en passant. Sous la force du choc, M. Pierce perdait le précieux morceau et nos garçons reprenaient le contrôle de la partie. Ensuite, M. Durant y allait d'une course dans les plantes bandes payantes de l'ennemi et le compte était de 7 à 0.

Roughriders - First Touchdown Regina 2009 - Darian Durant
Lors du botté d'envoi de nos garçons d'après touché, le botteur de notre équipe, Jamie Boreham y allait d'un botté d'envoi de 94 verges qui allait s'échoir dans la zone payante des Lions et donna 1 point à notre équipe. Sans doute avait-il terminé son gruau le matin du match pour effectuer un botté pareil. Quelle beauté ! Moi-même ancien botteur, j'étais en admiration devant ce botté !!! Le compte était maintenant de 8 à 0 pour les chandails verts. Quelques minutes plus tard, lors d'une interception de M. Durant, les Lions couraient de l'autre côté du terrain pour marquer 6 points. (Un immense merci de ma part à l'entraîneur en chef, M. Miller, de ne pas avoir envoyé aux douches M. Durant à sa troisième interception de la partie ! S.V.P. Laissez le jouer et qu'il apprenne de ses erreurs et nous en ferons un excellent quart arrière ! Garantie !). Pour terminer le premier quart, nous avions eu droit à un placement de Luca ( Forza ) Congi. Après 15 minutes de jeu, la marque était de 11 à 7 pour nos garçons.

Roughriders - Où est passé le pot de colle - Claude Martel
Et puis c'est là, ET c'est là que ça commencé… Des échappés de ballons en n'en plus finir. Des interceptions des deux côtés. Des bottés bloqués. Du jeu désordonné. En veux-tu ! En v'là !!! En tous les cas, ça nous tenait sur le bout de notre siège. Au quatrième quart, le pointage était de 28 à 21 avec 2 minutes et 21 secondes à faire. Notre botteur de dégagement se faisait bloquer son botté par un joueur des Lions et ceux-ci reprenaient l'OTC à la ligne de 33 verges de la zone payante de nos garçons. L'adversaire y allait d'un botté de placement. Le pointage était alors de 28 à 24 pour nous autres.

Puis on a botté le ballon car il y a un nouveau règlement dans la ligue canadienne de football cette année. On doit faire un botté d'envoi après une tentative de placement. Les Lions ont ensuite repris l'OTC et se sont avancés jusqu'à la ligne de 54 verges de la zone des verts.

Roughriders - Où est passé le pot de colle - Claude Martel
LÀ ! LÀ ! Mes amis, parmi les partisans, on priait sans doute car on commençait à entendre tout bas des ( Je vous salue M… ). M. Paris Jackson, le quart arrière des Lions, en renfort à M. Pierce, à cause de la puissance de son bras, décidait lui même d'en envoyer un, soit un Hail ! Mary (Le fait de lancer une passe dans des circonstances désespérées), mais malheureusement pour lui et heureusement pour nous, ça n'a pas fonctionné et sa passe s'est retrouvée dans les bras du maraudeur des RoughRiders, James Patrick, à la ligne de 15 verges. Celui-ci en avait sans doute assez de jouer cette partie abracadabrante et s'écroula de tout son long après une brève course et pouvait enfin savourer la victoire de nos garçons. OUF!

Texte: Claude Martel
Photos: Claude Martel et Daniel Paquet
(Ce texte est aussi publié dans l'Eau vive)]]>
0
Les amis, On se calme le Ponpon s'il vous plaît
Roughriders - On se calme le pompon - Claude Martel
Oui ! Qu'on arrête de dire que nous ne connaîtrons pas une bonne saison… Bon Yenne, ce n'était qu'une partie d'avant saison soit un autre test d'évaluation. En effet, nos valeureux garçons ont perdu la semaine dernière au stade Mosaïc contre les champions en titre de la Coupe Grey de l'an dernier soit les Stampeders de Calgary par le compte de 27 à 19. Il s'agissait de la dernière partie hors-concours de la saison 2009. Nos RoughRiders ont bien joué mais qu'à partir du deuxième quart car voyez-vous, au premier quart, les garçons n'ont pas réussi une seule fois à atteindre l'autre moitié du terrain, soit la zone du Calgary… Sans doute qu'on ne voulait pas piétiner les fleurs dans la zone payante du Calgary… Pourtant si on veut gagner une partie de football, on se doit d'aller jouer dans les plates-bandes de l'adversaire. En effet, les Stampeders ont dominé dans la zone des RoughRiders au premier quart et ça faisait longtemps que je n'avais pas vu cela au football canadien. ]]>
2009-06-23 11:23:25.0 https://fransaskois.info/les-amis-on-se-calme-le-ponpon-s-il-vous-plait-t3254.html oppaquet.t3254 null opTexte
Roughriders - On se calme le pompon - Claude Martel
Pour cette partie, il y avait 29,107 spectateurs et ce n'était pas salle comble, une première comparée à l'an passée. Je considère que c'est très bien pour une partie de football présentée le mardi soir surtout que 85 % des spectateurs qui assistent à une partie de football de nos garçons viennent de Regina, tandis que l'autre 15 % provient de la province.

Roughriders - On se calme le pompon - Claude Martel
Les garçons ont perdu, c'est triste mais ce qui est encore plus triste est la perte du vétéran joueur de ligne offensive Gene Makowsky. M. Makowsky est le vétéran de l'équipe. Il débute cette année sa quinzième année avec les RoughRiders et c'est un gars de la province. Genre de bonhomme que lorsqu'il se lève dans le vestiaire, les autres joueurs arrêtent de parler et l'écoute. C'est un des capitaines de l'équipe. M. Makowsky s'est blessé au genou droit et il sera absent pendant trois semaines. Encore une fois, est-ce que c'est la hantise de l'an passée ( lire ici , les BLESSURES) qui vient frapper à la porte des garçons avant même que la saison ne débutent vendredi contre les Lions de la Colombie-Britannique ???

Roughriders - On se calme le pompon - Claude Martel
Malheureusement cette partie était la dernière occasion pour beaucoup de joueurs de prouver qu'ils appartenaient à cette équipe. Le lendemain, l'entraîneur en chef, M. Miller avec l'aide de ses entraîneurs de position, procédait à retrancher 15 joueurs de l'alignement qui ne reviendront pas avec les RoughRiders. Pas évident de dire à un joueur qui a une famille qu'il doit se trouver de l'ouvrage ailleurs car il ne fait pas partie des plans de l'équipe. Ceci reste dans la tête de bien des entraîneurs car pendant la saison surtout si l'équipe s'en va à la dérive, on regrette peut-être certains retranchements de joueurs. On gardera une liste des joueurs blessés en plus d'une autre liste de 8 joueurs qui pratiqueront avec l'équipe mais qui ne verront aucune action cette saison.

Roughriders - On se calme le pompon - Claude Martel
On en a vu un exemple frappant à la partie de mardi soir d'un joueur qui a manqué sa chance. Vers la fin de la partie, les Stampeders menaient par le pointage de 20 à 19. Ceux-ci se retrouvent à leur troisième essaie à leur ligne de 45 verges dans leur zone. Le botteur de dégagement y va de son botté. Le receveur de passe des RoughRiders, Casey McGabee, converti en receveur de botté de dégagement attrape très bien le ballon à la ligne de cinq verges dans la zone de nos garçons. Malheureusement, celui-ci n'avait pas refermé son panier, expression au football pour désigner qu'on attrape toujours le ballon comme dans un panier. Boum ! Le ballon sort du panier de McGabee qui rebondit au sol et va directement dans les mains du joueur du Calgary qui s'en venait à pleine vapeur. Celui-ci continua au petit trot jusque dans la zone payante de nos gars. La partie se terminait là !!! 27 à 19… Le lendemain, McGabee était sans doute appelé au bureau pour se faire dire qu'il pouvait faire ses bagages et que c'était fini pour lui. Avant même que cette partie ne soit disputée, les entraîneurs avaient probablement une très bonne idée du noyau principal de cette équipe pour cette nouvelle saison ! Pourtant selon les dires, McGabee avait connu un très bon camp d'entraînement ! Allons-nous regretter ce joueur quand, je ne l'espère pas, les défaites vont s'accumuler ! On ne le sait pas et c'est mieux comme ça !!! Maintenant après 2 défaites d'avant saison, calmons-nous le Ponpon. Allez ! que le vrai test d'évaluation, celui qui compte pour le bulletin, débute !!!

Texte et photos: Claude Martel
(Ce texte est aussi publié dans l'Eau vive)]]>
0
Une chance que ça ne comptait pas
Roughriders - Une chance que ça ne comptait pas - Claude Martel
Nos valeureux RoughRiders ont disputé mercredi dernier dans la capitale albertaine la première rencontre de deux parties hors-concours. La prochaine partie d'avant - saison sera au vieux stade mythique Mosaïc de Regina le mardi 23 juin à 19hrs.

Les parties hors-concours d'avant - saison sont des rencontres importantes portant sur l'évaluation des joueurs pour les entraîneurs de position et l'entraîneur en chef. On fait jouer surtout des recrues qui essaient de prouver qu'elles ont une place (lire ici d'avoir un job… très bien rémunéré) pour l'édition 2009 des RoughRiders.]]>
2009-06-17 11:20:48.0 https://fransaskois.info/une-chance-que-ca-ne-comptait-pas-t3253.html oppaquet.t3253 null opTexte
Roughriders - Une chance que ça ne comptait pas - Claude Martel
Les représentants provinciaux se sont faits, plutôt dire, planter d'aplomb par le compte de 45 à 12 contre les Eskimos d'Edmonton. En passant, l'équipe des Eskimos s'est monté tout un club de football pour cette nouvelle saison. Entre autres, ils sont venus chercher M. Ritchie Hall, l'ancien coordinateur de la défensive des RoughRiders, comme entraîneur en chef en plus du populaire secondeur intérieur défensif, Maurice Lloyd et du joueur de ligne défensive, Kitwana Jones, tous les deux des anciens joueurs de votre équipe préférée. Ah ! Parfois, la senteur de l'argent albertaine …..

Cette partie hors-concours donnait la chance d'évaluer tous les joueurs, surtout les recrues des RoughRiders. Beaucoup de vétérans n'avaient pas participé à la partie. On voulait surtout voir comment certains joueurs réagissaient lors des différentes sélections de jeux. Pour les entraîneurs, le pointage ne les dérangeait pas. Une chance que ça ne comptait pas !!!

L'entraîneur en chef de nos protégés M. Ken Miller, avec la compétence professionnelle de ses entraîneurs de position, aura la chance de reprendre l'évaluation de ses ouailles sur le terrain contre la formation du sud de l'Alberta, soit les champions en titre de l'édition de la Coupe Grey 2008, les Stampeders de Calgary. Après cette partie, l'état-major de nos favoris devra se réunir et décider qui fera partie de la prochaine édition des RoughRiders. Donc, on regardera beaucoup, mais beaucoup de films lors des deux parties hors-concours. Des décisions crève-cœurs devront être prises. Comme on dit dans le jargon du football, c'est sera bien plate de dire à des joueurs de talents qu'ils ne feront pas partie de l'équipe à cause de la règle de la ligue canadienne de football d'avoir un alignement de 46 joueurs lors de la première partie de la saison régulière. Mais c'est comme ça pour les sept autres équipes qui forment la ligue canadienne de football.

Allez ! Bonne chance à tous les joueurs qui fouleront le tapis du stade Mosaïc mardi soir contre les Stampeders pour une dernière évaluation avant de se faire demander d'aller au bureau. Pour une bonne ou mauvaise nouvelle.

Texte et photos: Claude Martel
(Ce texte est aussi publié dans l'Eau vive)]]>
0
Tu as fait le club mon gars
Roughriders - Camp d'entrainement - Claude Martel
Voilà sans doute les plus beaux mots que nos footballeurs professionnels, qui sont en train de se tailler une place pour la prochaine édition de nos RoughRiders, veulent entendre de la part de leurs entraîneurs respectifs sinon l'entraîneur en chef, M. Ken Miller. ]]>
2009-06-16 11:15:31.0 https://fransaskois.info/tu-as-fait-le-club-mon-gars-t3252.html oppaquet.t3252 null opTexte Tu as fait le club mon gars !!! Bienvenue dans le monde merveilleux du football professionnel de la Saskatchewan. Même si tu n'as pas réussi à te tailler une place dans la Grosse ligue au sud de notre pays ( entendre ici la NFL ), tu pourras t'amuser à ta guise dans cette province, où presque toute la population se déguise en joueur de football de juin à novembre.

Roughriders - Camp d'entrainement - Claude Martel
L'objectif ultime, lors des deux prochaines semaines du camp d'entraînement, avec deux parties hors-concours, sera pour les entraîneurs de position et l'entraîneur en chef de trouver 46 joueurs, parmi environ 70 joueurs, qui pourront s'intégrer à l'intérieur du système de jeux offensifs ( pour produire des points ) et défensifs ( pour empêcher la production de points de l'équipe adverse ) de l'édition 2009. Le point terminal de cet ensemble sera de lever à bout de bras la célèbre Coupe Grey au mois de novembre prochain.

J'aime bien les camps d'entraînement car on y travaille fort pour se trouver un emploi tout en ayant du PLAISIR et de la PASSION à pratiquer son sport préféré. Dans un camp d'entraînement, il n'y a pas de traîneux de savates ( entendre ici des joueurs qui ne veulent pas participer ou se donner à fond ). Il n'y a aucune place ou bien position de garantie à un camp d'entraînement. Même si on a un contrat en poche, on peut se faire renvoyer à la maison si on ne démontre pas des qualités de joueur pouvant faire la différence parmi ses futurs coéquipiers.

Roughriders - Camp d'entrainement - Claude Martel
Les joueurs ne doivent surtout pas, non mais surtout pas, oublier cette maxime d'un ancien entraîneur de football universitaire américain ( Lou Hotlz de l'université Notre-Dame qui disait que :

Dans la vie comme au football, tu n'arrives jamais à destination, aussitôt que tu penses que tu y es parvenu, il y aura toujours une embûche quelconque pour te faire tomber. Donc, au camp d'entraînement, les joueurs doivent tout donner et ne jamais rien prendre pour acquis afin de s'assurer d'une place dans l'équipe.

Présentement, les futurs joueurs qui composeront la nouvelle équipe 2009 travaillent sans relâche, apprennent un nouveau système de jeux offensifs et défensifs. Dans un camp d'entraînement, les joueurs n'ont pas grands temps de prouver à leurs entraîneurs respectifs que ceux-ci méritent une place de premier poste pour la nouvelle cuvée. Quelques erreurs et on entend plus les mots magiques. Le footballeur se doit d'appeler son agent et s'en retourner dans son Texas et ou bien son Arkansas natal. C'est comme ça au camp d'entraînement. Pas de pitié.

Allez les gars !!! Ne vous mettez pas Martel en tête et allez-y à plein régime pour nous épater lors de vos deux parties d'avant saison d'ici les deux prochaines semaines. Surprenez-nous comme vous savez si bien le faire…

Texte et photos: Claude Martel
(Ce texte est aussi publié dans l'Eau vive)]]>
0